Partager

Sommeil : comment mon enfant dort-il après un an ?

Mis à jour le 02 septembre 2019 Dr Marie- Josèphe CHALLAMEL

1

Plus votre enfant grandit, plus son rythme de sommeil se rapproche du rythme d’adulte. Cependant, jusqu’à 3 ans, il a encore besoin de nombreuses heures de sommeil, réparties entre le jour et la nuit. C’est d’autant plus indispensable qu’il traverse une période remplie de découvertes : la marche, la parole, le raisonnement, les 5 sens…

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Comment s’organise le sommeil entre 1 et 3 ans ?

A partir de 6 mois, et très graduellement, votre enfant acquiert peu à peu le même rythme de sommeil qu’un adulte. En effet, son sommeil se compose désormais de davantage de sommeil lent profond en début de nuit, et de sommeil paradoxal en fin de nuit.

A 2 ans, les cycles de sommeil sont de 70 minutes, et c’est à 6 ans que votre enfant acquiert le même rythme que vous. On considère qu’avant 5 ans, les enfants ont besoin de dormir au moins 11 heures sur 24. Ce sommeil se répartit entre la nuit et le jour.

Pendant ses 12 premiers mois, votre bébé fait de nombreuses siestes. La sieste du matin disparaît entre 15 et 18 mois et celle de début d’après-midi perdure jusqu’entre deux et cinq ans. Ne faites pas l’impasse sur la sieste, elle est importante pour votre enfant (et pour vous, si la nuit était agitée) ! Gardez en tête que votre enfant est en train de construire le rythme et la structure de son sommeil entre 1 et 3 ans. Il a besoin de repères pour acquérir des habitudes de sommeil stables, particulièrement importantes pour lui dans cette période de croissance et de développement corporel et cérébral rapide. Le fait que votre enfant dorme suffisamment ou pas s’appréciera à son comportement dans la journée, il sera plus ou moins agité, nerveux, irritable.

Comment l’aider à aller se coucher ?

Durant cette période, les enfants refusent souvent d’aller se coucher. Il est en effet difficile pour eux de conclure cette journée sûrement pleine de nouveautés, de découvertes. Se coucher signifie arrêter de jouer, et se séparer de vous,alors c’est à vous, parents, d’essayer de leur faire préférer le sommeil, en leur expliquant son importance ! Votre enfant risque sûrement de tenter de reculer le plus possible le moment d’aller au lit, c’est pourquoi voici quelques trucs pour mieux l’accompagner vers le sommeil :

  • prévoyez un sas de décompression avant le coucher, un moment plus calme, une lumière plus douce, moins de bruit (éviter les jeux excitants à ce moment là)
  • respectez un horaire de coucher. Sans être trop stricts, définissez une période propice à l’heure du dodo et respectez-la.
  • suivez un rituel : une histoire, une chanson, un moment partagé, un gros baiser, mais quittez la chambre avant qu’il ne soit endormi ; il apprendra ainsi à s’endormir seul. Le mot “bonsoir” est important : c’est le signal du début de la nuit. Il doit être suivi de “à demain matin”, promesse que l’on va se retrouver après la nuit. Vous pouvez placer 2 petites lumières de couleur différente à 2 endroits différents de la chambre, mais toujours au même endroit : elles rassureront votre enfant qui pourra ainsi se repérer facilement dans l’espace.
  • souvent une lumière allumée dans une pièce adjacente et la porte de la chambre un peu ouverte sont plus efficaces que la veilleuse et la porte fermée (l’enfant a besoin de sentir que vous n’êtes pas loin et qu’il n’est pas seul)
  • ne lui donnez pas trop d’eau, il risquerait de se lever plusieurs fois pour aller aux toilettes ou de vous demander de l’accompagner.
  • soyez résolus au moment d’aller se coucher, tout en étant calme et confiant et en montrant que le sommeil est un repos bienfaisant. Votre enfant comprendra vite qu’il n’y a pas d’alternative.
  • faites du coucher et du lit de votre enfant un moment et un lieu agréable, qu’il aura plaisir à retrouver.

Le conseil du pédiatre

 

Si votre enfant se réveille souvent la nuit, essayez dans un premier temps de le laisser se rendormir tout seul. Il est entre deux cycles de sommeil, il est normal qu’il connaisse une petite phase d’éveil, mais il est important pour lui de savoir l’organiser tout seul. Si vous constatez qu’il ne se rendort pas et se réveille à répétition, cherchez à comprendre d’où vient cette difficulté de sommeil. En effet, le sommeil est un langage, c’est un moyen pour votre enfant de s’exprimer. Malheureusement, fatigués par ces réveils intempestifs, vous ne le comprenez pas forcément. Il est alors nécessaire de s’interroger sur l’origine des troubles de son sommeil. Sont-ils organiques ? A quelle fréquence se produisent-ils ? Sont-ils dus à un changement d’habitudes ou d’environnement, à une inquiétude particulière ? Votre médecin est là pour vous accompagner à identifier ces signes et à trouver une solution.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Le sommeil, le rêve et l’enfant. Marie Thirion, Marie-Josèphe Challamel  Editions Albin Michel 2011

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

 

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Ce service est fermé pour le moment, vous pouvez poser vos questions à nos experts du lundi matin jusqu'au vendredi à 12h.