Partager

L’éducation a-t-elle un impact sur le cerveau ?

Mis à jour le 15 juin 2017

1

Les sciences nous livrent les secrets du développement du cerveau. Car oui, certains comportements agissent sur la construction du cerveau. Voyons ensemble comment les câlins ou les punitions peuvent avoir un impact sur le développement de l’enfant et sur sa vie future.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

L’éducation a-t-elle un impact sur le cerveau ?

Si l’on sait que l’enfant a besoin d’amour pour bien grandir, on sait un peu moins que cet environnement bienveillant agit directement sur le développement de ses neurones. L’environnement social et affectif modifie donc à long-terme le développement du cerveau de l’enfant, et ce particulièrement durant la petite enfance où le cerveau est beaucoup plus malléable et fragile.

Un cerveau « éponge » durant les premières années

Un enfant est en constante évolution, et son cerveau également. C’est au cours de la grossesse et jusqu’aux deux ans de l’enfant, que le cerveau est le plus vulnérable et fragile. Il est même en phase d’extrême immaturité jusqu’à 5 ans. Le contrôle des émotions débute à cet âge-là, entre 5 et 7 ans. Par contre il faut attendre 25 ans pour que le cerveau atteigne sa pleine maturité.

Le maternage et ses effets positifs.

Que ce soit venant de la maman ou du papa, le maternage dope la production de molécules ayant un effet anxiolytique. Le stress est réduit, la mémoire et l’apprentissage sont améliorés. Les câlins et autres caresses améliorent la maturation cérébrale.

L’importance de l’empathie.

Etre empathique avec son enfant, c’est percevoir, comprendre ses émotions et souhaiter son bien-être. Plus l’enfant vivra des expériences empathiques, et plus il développera des relations sociales optimales.

Comment aider son enfant ?

  • Commencer par percevoir les émotions de l’enfant. Lui donner l’occasion d’exprimer ses émotions, en lui posant des questions « Tu es triste parce que… ? », « Tu es en colère parce que… ? ». Ce n’est pas toujours simple, surtout quand l’enfant ne parle pas encore.
  • Savoir interpréter ces émotions.
  • Le soutenir, l’encourager avec une voix calme, apaisante, rassurante, et un regard compréhensif.

Etre empathique et bienveillant, sans oublier de donner un cadre.

L’enfant a besoin de limites et de valeurs, mais toujours inculquées avec empathie et bienveillance. Fixer des règles et non des interdits. L’enfant comprend mieux quand on lui dit ce qu’il doit faire, plutôt que ce qu’il ne doit pas faire.

Les humiliations physiques, verbales, les punitions, les menaces sont à proscrire.

Si elles sont fréquentes, elles peuvent provoquer la destruction de neurones dans les zones du cortex préfrontal, l’hippocampe, ou encore le cervelet. Les gifles et les fessées, peuvent être la cause de troubles du comportement: agressivité, troubles de l’humeur, qui peuvent persister à l’âge adulte sous forme de dépression, d’addictions…

Zoom sur

Le maternage

Le maternage participe à la maturation du cerveau. Notamment dans les zones du cortex préfrontal et de l’hippocampe, ce qui améliore l’apprentissage et la mémoire. La sécrétion de la molécule BDNF permet aux cellules cérébrales de bien se développer et d’avoir de bonnes connexions. L’ocytocine est également sécrétée et aide à réduire le stress. Le maternage agit sur tout le système nerveux.

Le saviez-vous ?

 

L’éducation et l’environnement dans lequel évolue l’enfant ont des répercussions sur le développement de ses neurones et sur son comportement.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Psychologue Ruth Feldman et al. Parental oxytocin and early care giving jointly shape children oxytocin respons and social reciprocity. Neuropsychopharmacology: 38 1154-1162-2013.

Etude canadienne de Michael Meaney et al. Epigenetics and the biological definition of gene X environment interaction – Child development 81 (1):41-79-2010.

John Bowlby (1907-1990) : psychiatre et psychanalyste britannique, auteur de travaux sur l’attachement et la relation mère-enfant.

23° Congrès de pédiatrie ambulatoire (AFPA) de Tours

Catherine GUEGUEN – Pédiatre

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !