Partager

Mon enfant a mal au ventre

Mis à jour le 08 avril 2024 3 de nos experts

enfant malade ventre scaled
(c) Freepik

Les enfants se plaignent souvent d’avoir mal au ventre. Mais comment savoir s’il s’agit simplement d’une douleur fonctionnelle (c’est-à-dire sans maladie physique associée) ou bien d’un symptôme d’une maladie ? Comment mesurer la gravité des maux de ventre de votre enfant ? Quelles sont les causes possibles ? Quand faut-il consulter un médecin ?

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Les maux de ventre

Les maux de ventre sont des douleurs, plus ou moins violentes, ressenties dans la région de l’estomac ou de l’intestin, aussi appelée abdomen. Ils peuvent être de courte durée et isolés ou chroniques (épisodes répétés et/ou de longue durée) et s’accompagner – ou non – d’autres symptômes.

Bien qu’ils puissent être très gênants, ils sont la plupart du temps sans gravité et sont les soucis de santé les plus fréquents chez les enfants en âge d’aller à l’école.

En l’absence d’autres signes, il faut vous rassurer, et rassurer votre enfant. En effet, une inquiétude exagérée autour de lui peut entraîner un retentissement important sur la vie quotidienne (notamment des problèmes d’absentéisme scolaire) et une augmentation des douleurs et des crampes. Toutefois, il est important de bien les identifier, afin de ne pas passer à côté d’un problème de santé plus grave, et de ne pas négliger leur dimension psychologique (anxiété, phobie scolaire…).

Douleurs abdominales : les signes à surveiller

Les douleurs abdominales expriment parfois la présence d’un problème plus grave, comme une maladie organique, s’accompagnant alors d’autres symptômes. Petit tour d’horizon des signes à surveiller :

  • Si, lorsque votre enfant se plaint de douleurs abdominales, il s’agit d’une plainte isolée, survenant rarement, si la douleur vous semble modérée et que votre enfant paraît plutôt en bonne santé (il bouge sans problème, n’a pas perdu l’appétit, ne présente pas d’autres symptômes…), ceci est banal et arrive à tout le monde !
  • Si ces douleurs persistent, se répètent, il s’agit alors de maux de ventre chroniques qui sont souvent fonctionnels. Ils sont situés autour du nombril ou passent de droite à gauche. Ils durent rarement longtemps (quelques minutes), et disparaissent souvent quand l’enfant est distrait ou va aux toilettes.
  • Hormis ces douleurs de ventre, si votre enfant mange normalement, si son état général n’a pas changé, s’il ne se plaint de rien d’autre, s’il grossit normalement et s’il n’a pas mal la nuit, il s’agit probablement de simples spasmes abdominaux qui n’ont, à priori, rien d’inquiétant.

Si ces maux de ventre sont associés à d’autres symptômes (vomissements, diarrhée, fièvre, perte de poids, sang dans les selles, toux..), alors ils peuvent être signes d’une maladie. C’est la maladie associée qu’il faudra soigner et nécessitera parfois une consultation auprès d’un professionnel de santé qui, s’il le juge nécessaire, procédera à des examens complémentaires : analyse de sang et/ou d’urine, radiographie ou échographie de l’abdomen, endoscopie intestinale… Il pourra ainsi poser un diagnostic et prescrira éventuellement un traitement médicamenteux. Si les maux de ventre de l’enfant sont bénins ou liés à de l’anxiété, des médicaments antispasmodiques pourront, dans un premier temps, soulager la douleur.

Les différentes causes possibles

Douleurs dites fonctionnelles

Si la douleur ressentie par l’enfant est bien réelle, elle n’est pas forcément le symptôme d’une maladie. C’est ce que nous appelons « douleurs abdominales fonctionnelles ». Par exemple, certains enfants ont l’intestin plus sensible que la moyenne, et sont régulièrement sujets à des gaz ou ballonnements.

Certains problèmes digestifs, sans être directement liés à une pathologie, peuvent aussi être causés par une alimentation pauvre en fibres, un manque d’hydratation ou d’activité physique, ou encore faire suite à une infection ou à la prise de certains médicaments (effets secondaires).

Brochure Campagne européenne sur les douleurs abdominales fonctionnelles de l'enfant
Brochure issue de la campagne européenne sur la douleur abdominale fonctionnelle de l’enfant ESPGHAN

Douleurs causées par une maladie

De très nombreuses maladies peuvent être à l’origine de douleurs au ventre. Pour les parents, il est donc parfois difficile de bien mesurer leur gravité. L’alimentation, le froid, les virus et les bactéries sont les plus impliqués dans les douleurs et les crampes à l’abdomen. 

  • Troubles digestifs : constipation, diarrhée, accumulation de gaz, intolérance alimentaire (lactose, gluten – maladie cœliaque –, etc.), ou encore allergie alimentaire (lait de vache, arachide, œufs, etc.).
  • Infections gastro-intestinales: gastro-entérite, généralement causée par une infection virale ou bactérienne. Une solution de réhydratation orale (SRO) pourra alors être proposée pour éviter tout risque de déshydratation.
  • Infections parasitaires intestinales, dont les parasites sont généralement transmis par la consommation d’eau ou d’aliments contaminés (eau provenant de sources non traitées ou insalubres, consommation d’aliments crus ou insuffisamment cuits – en particulier la viande, le poisson ou les légumes mal lavés -, lavage insuffisant des mains après être allé aux toilettes, etc.).
  • Douleurs abdominales aiguës : certaines maladies, comme l’appendicite, ou, plus graves, comme la péritonite (inflammation, voire perforation d’un organe abdominal), l’inflammation du pancréas (calculs biliaires, infection virale, etc.) ou du foie (maladies hépatiques, etc.), peuvent provoquer des douleurs abdominales sévères.
  • Infections urinaires, causées la plupart du temps par la présence de bactéries dans le système urinaire, mais aussi par la rétention d’urine (souvent due à des troubles de vidange de la vessie), une constipation, une mauvaise hygiène intime ou encore un syndrome de la vessie hyperactive.

Douleurs liées à un trouble émotionnel

Des maux de ventre répétés, sans autre symptôme, peuvent être également liés à une anxiété ou au stress provoqué par un changement : déménagement, entrée à la crèche, disputes fréquentes ou séparation des parents, chômage, décès d’un proche, arrivé d’un petit frère ou d’une petite sœur, etc. Les douleurs surviennent souvent dans des conditions identiques (avant d’aller à l’école, de se coucher, pendant les repas, etc.). Cela correspond alors à un véritable langage du corps pour parler de son désarroi, de sa tristesse, de son angoisse. Si c’est le cas (par exemple si votre enfant se plaint en allant à la crèche ou à l’école), n’hésitez pas à en parler ensemble. Expliquez-lui la situation (même s’il est tout petit, vos paroles le réconforteront et l’aideront à passer le cap) : “Je vais au travail, pendant ce temps-là, tu resteras à la crèche, on va bien s’occuper de toi. Je reviendrai te chercher en fin de journée”. S’il est en âge de parler, invitez-le à exprimer ce qu’il ressent : vous pourrez ainsi le rassurer et l’aider à faire face à ses craintes.

Dans quels cas consulter un médecin ?

Vous devez consulter un médecin (pédiatre ou médecin généraliste) d’urgence, ou vous rendre dans un service d’urgence si votre enfant, quel que soit son âge :

  • se plaint de maux de ventre soudains et violents (comme un coup de poignard) , ou augmentant rapidement en intensité,
  • ressent ces douleurs suite à un accident, une chute, ou après avoir reçu un coup dans le ventre,
  • ne parvient pas à émettre de gaz, à uriner, ou à aller à la selle,
  • présente d’autres symptômes comme une fièvre élevée ou même modérée (température entre 38 °C et 38,5 °C), des difficultés à respirer, une diarrhée abondante, des vomissements, du sang dans les selles ou dans les urines,
  • a des sueurs froides ou est très pâle.

La douleur aiguë est généralement associée à un trouble organique et s’accompagne fréquemment d’autres symptômes. Une douleur qui réveille la nuit, qui est localisée précisément (en dehors de la région du nombril), a souvent une cause organique. En effet, une grande part des maladies (même indirectement liées à la zone abdominale) est à l’origine de maux de ventre, affectant également différents organes.

Lorsque la douleur abdominale aiguë s’accompagne d’autres symptômes, prenez rendez-vous avec un professionnel de santé pour avis médical :

  • En cas de constipation chez le bébé, s’il hurle, semble inconsolable, est tout rouge, s’il y a des traces de sang dans les selles qui peuvent être très dures et ont du mal à sortir, et si son ventre est tendu.
  • En cas d’arrêt de transit accompagné de vomissements (sans fièvre) : il peut s’agir d’une invagination ou occlusion intestinale.
  • En cas de diarrhée douloureuse avec selles très liquides, survenant brutalement et en abondance, plusieurs fois par jour (avec ou sans traces de sang).
  • En cas de suspicion de gastro-entérite : les maux de ventre et la diarrhée sont alors accompagnés de vomissements, parfois de fièvre, de troubles de l’appétit, etc.
  • En cas de douleur localisée en bas à droite du ventre ou si votre enfant est pâle, a de la fièvre et vomit : il s’agit peut-être d’une crise d’appendicite. N’attendez pas pour consulter : en cas d’appendicite, un examen clinique précoce renforce l’efficacité du traitement et diminue les risques de complications.
  • En cas de symptômes associés tels que la jaunisse, des brûlures en urinant, de la fièvre, des selles rouges ou noires, des maux de tête ainsi que des vomissements verts ou jaunes.

La multiplicité des affections possibles (allergies alimentaires, infection urinaire, ORL, etc.) doit vous conduire à rester vigilant sur l’état de santé de votre enfant, en surveillant les signes associés. Dans tous les cas, chez les enfants, un retentissement sur la croissance (perte ou prise insuffisante de poids) peut être signe d’une pathologie organique. Par précaution, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez son pédiatre / médecin généraliste. Une consultation précoce permet en effet de trouver plus rapidement un traitement adapté et efficace.

A savoir

Un enfant entre 6 mois et 3-4 ans peut faire une invagination intestinale aiguë (blocage de l’intestin entravant le passage des matières fécales et de l’air) avec des crises douloureuses abdominales qui se répètent et sans pour autant avoir de fièvre ou de vomissements.

Zoom sur

Le nourrisson

Dans le cas d’un nourrisson avant trois mois qui va bien par ailleurs, il peut s’agir d’un simple trouble de l’adaptation postnatale, qu’on appelle communément aussi coliques du nourrisson : les maux de ventre peuvent s’accompagner de difficultés à évacuer ses selles (mais votre bébé finit quand même par y arriver), de gaz, ballonnements, régurgitations, selles consistantes ou molles.

Détecter la présence, l’endroit et la cause des douleurs chez un bébé est particulièrement difficile. N’hésitez pas à consulter votre médecin.

Si le nourrisson est nourri au biberon, vérifiez au moment de la préparation que vous respectez bien les doses prescrites par le fabricant de lait, et respectez les conseils de puériculture indiqués dans cet article.

Cet article vous a-t-il été utile ?

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Des conseils adaptés à l’âge de votre enfant !

Je m'abonne à la newsletter

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement. Un pédiatre se tient également à votre disposition du lundi au samedi entre 18h30 et 21h sur notre service de messagerie instantanée mpedia.CHAT !

Je pose ma question

Plus que 6 questions disponibles aujourd’hui