Partager

Mon enfant a mal à la tête

Mis à jour le 02 novembre 2016 Dr Jacques LANGUE

1

Dans 9 cas sur 10, le mal de tête, appelé céphalée, est bénin chez l’enfant. Il s’agit le plus souvent de migraines ou de céphalées de tension. Le détail des symptômes et des traitements des céphalées chez l’enfant est précisé ici.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Les migraines

La migraine touche 5 à 10 % des enfants et des adolescents. Elle est le plus souvent familiale (dans 70% des cas). Elle évolue par crises répétitives. La douleur est intense et amène souvent l’enfant à interrompre ses activités. Elle est dite pulsatile : l’enfant ressent des pulsations douloureuses. Le mal de tête est le plus souvent frontal, unilatéral (d’un seul côté de la tête) ou bilatéral (des deux côtés). Il est souvent accompagné d’une pâleur, de nausées, voire de vomissements et parfois de douleurs abdominales et de vertiges. La migraine peut être précédée par des sensations visuelles, auditives, sensitives ou motrices bizarres, dont l’enfant ne parle pas spontanément : ces manifestations groupées sous le nom d’ “aura” doivent toujours être recherchées à l’interrogatoire. Chez l’enfant, les crises de migraine durent moins longtemps que chez l’adulte (1 à 48 heures). Bien souvent, le sommeil est réparateur.

Le traitement contre la crise migraineuse doit être pris le plus tôt possible. En première intention, on donnera de l’ibuprofène par voie orale, souvent proposé à double dose pour cette première prise. Si l’ibuprofène ne fait pas effet ou si les vomissements empêchent toute prise par la bouche, votre médecin vous conseillera d’autres molécules (notamment le diclofénac en suppositoire chez l’enfant de plus de 16 kg ou le sumatriptan, en pulvérisation nasale, chez l’enfant de plus de 12 ans). Le traitement de fond repose d’abord sur une bonne connaissance des facteurs déclenchants que l’enfant apprend à connaître, et à éviter, en constituant un agenda des crises, et sur des techniques de relaxation ou une thérapie comportementale et cognitive de gestion du stress. La prescription d’un traitement médicamenteux quotidien, destiné à éviter l’apparition des migraines, doit rester l’exception.

Les céphalées de tension

Les maux de tête sont plus fréquents que dans la migraine mais moins intenses. L’enfant dit qu’il a mal “sur” la tête plutôt que “dans” la tête. La douleur est souvent plus étendue mais moins forte. Elle n’est pas pulsatile et n’est pas déclenchée par l’effort physique. Les céphalées de tension sont souvent causées par le stress, par exemple par des difficultés scolaires ou des conflits familiaux. Elles peuvent être liées à un terrain anxieux. Elles viennent souvent s’associer aux migraines : l’enfant parle alors du “grand mal de tête” (migraine) et du “petit mal de tête” (céphalée de tension).

Le traitement repose sur les mêmes moyens que le traitement des migraines, en évitant au maximum tout médicament, y compris en phase aiguë, l’abus de médicaments pouvant accentuer la fréquence des céphalées, jusqu’à les rendre quotidiennes !

Les examens complémentaires

Le diagnostic de migraine et de céphalées de tension repose sur l’interrogatoire et sur l’examen clinique qui ne relèvent aucune anomalie à l’examen, en particulier aucun déficit neurologique.

Il est recommandé d’effectuer un examen ophtalmologique : un défaut de vision non corrigé ou un défaut de convergence des yeux peuvent être la cause de céphalées qui sont rapidement améliorées par la correction oculaire.

La radiographie du crâne est totalement inutile. L’imagerie cérébrale est réservée en urgence aux cas rapportés dans l’encadré “Les cas d’urgence” : on utilise encore le scanner cérébral pour des raisons d’ordre pratique. L’IRM cérébrale est demandée lorsqu’il y a un doute sur l’existence d’une anomalie cérébrale, en particulier chez le jeune enfant, lorsque les céphalées s’accentuent ou changent de nature ou lorsque les résultats scolaires ou l’humeur de l’enfant s’en ressentent.

Rappelons que ces examens sont négatifs au cours des migraines et des céphalées de tension !

A savoir

Les cas d’urgence

Les maux de tête répondant aux critères suivants constituent des urgences :
  • Votre enfant a d’un seul coup très mal à la tête : on parle de céphalée brutale “en coup de poignard”.
  • Votre enfant a mal à la tête à la suite d’un traumatisme crânien.
  • Votre enfant a mal à la tête et a de la fièvre.
Si les maux de tête de votre enfant ont tendance à s’aggraver progressivement avec le temps ou à changer de nature, prenez rendez-vous avec votre médecin.

Cet article vous a-t-il été utile ?

• Interview du Dr Jacques Langue.

• Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l’adulte et chez l’enfant,  recommandations, octobre 2002, Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES).
• Prise en charge antalgique d’une céphalée aux urgences pédiatriques, Dr Daniel Annequin, Centre de la migraine de l’enfant, Unité fonctionnelle d’analgésie pédiatrique, Hôpital d’enfants Armand-Trousseau, Paris. Migraine et céphalée.

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Ce service est fermé pour le moment, vous pouvez poser vos questions à nos experts du lundi matin jusqu'au vendredi à 12h.