Partager

Méningite : fiche technique

Mis à jour le 07 octobre 2022 4 de nos experts

Méningite purulente bébé

Qu’est-ce qu’une méningite ? Quelle est la différence entre une méningite virale et une méningite purulente ? Quels en sont les symptômes, les traitements et les mesures de prévention pour éviter un syndrome méningé ? Explications.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Définition et différence entre méningite virale et purulente

Il existe plusieurs sortes de méningites, la plupart d’origine infectieuse. Elles consistent en une inflammation des méninges (membranes qui entourent et protègent le système nerveux – cerveau et moelle épinière).

  • Les plus fréquentes sont d’origine virale. Elles touchent particulièrement les nourrissons (avant un an) et les grands enfants. Elles sont le plus souvent bénignes (mais pas toujours) et guérissent spontanément, en général au bout d’une à deux semaines. Elles se déclarent souvent en période estivale et, au début, ressemblent un peu aux symptômes d’une grippe.
    Certaines maladies virales, comme les oreillons, par exemple, comportent une atteinte méningée.
    Avant d’envisager le diagnostic de méningite virale, il faut toujours s’être assuré qu’il ne s’agit pas d’une infection bactérienne, laquelle impose un traitement antibiotique d’urgence.
  • Les méningites purulentes, quant à elles, sont causées par une bactérie (méningocoques, pneumocoque et Hæmophilus influenzæ…); elles surviennent plutôt l’hiver, et peuvent être mortelles si elles ne sont pas correctement et rapidement prises en charge.
    La transmission se fait de personne à personne, à travers la salive ou la toux (en toussant, en éternuant, etc.) et elle est facilitée par la promiscuité avec une personne infectée (vie en dortoir par exemple), c’est pourquoi elle survient par épidémie dans les collectivités.
    L’incubation de la maladie est en général de quatre jours, mais elle peut varier entre deux et dix jours. Il existe des porteurs sains, qui ne sont pas malades, mais qui transmettent néanmoins la maladie par voie aérienne.

Méningite virale : symptômes, traitement et prévention

Les méningites virales sont marquées par un syndrome méningé (raideur de la nuque, de la colonne vertébrale, maux de tête intenses, amplifiés par le bruit et la lumière qui est difficilement supportable (photophobie), des vomissements importants en jet, parfois une constipation) associé à une fièvre importante, un écoulement nasal, des maux de gorge, des maux d’oreille, de la toux et de la difficulté à respirer.

Traitement

Diagnostiquer une méningite ne peut se faire que par ponction lombaire (PL). C’est elle qui permet de faire la différence avec une méningite bactérienne. Une méningite virale évolue en quelques jours, principalement à l’aide d’antalgiques (paracétamol) et de beaucoup de repos. L’hospitalisation est nécessaire pour faire la PL, surveiller l’état général, réhydrater, traiter la douleur…

Rarement, selon le type de méningite, le médecin hospitalier prescrira également un antiviral: ceci concerne essentiellement les méningo-encéphalites herpétiques.

Le traitement des méningites virales ne nécessite pas d’antibiotiques contrairement à celui des méningites bactériennes.

Mesures de prévention

Comme pour la grippe, l’hygiène est très importante pour limiter la propagation du virus (lavage des mains après un passage aux toilettes ou avant la préparation d’un repas, désinfection des poignées de porte, etc.).

Méningite purulente : symptômes, traitement et prévention

Les signes précurseurs sont parfois une infection de l’oreille (otite moyenne), ou des sinus (sinusite), ou encore une infection respiratoire. L’apparition d’un purpura (une lésion hémorragique de la peau consistant en petites tâches rouge foncé ne s’effaçant pas lorsqu’on appuie) peut faire suspecter une méningite et doit donc faire l’objet d’un examen sérieux. Les méningites sont caractérisées par une fièvre et un syndrome méningé (raideur de la nuque, de la colonne vertébrale, maux de tête intenses, amplifiés par le bruit et la lumière qui est difficilement supportable (photophobie), des vomissements importants en jet, parfois une constipation) et des signes d’infection sévère.

Traitement

Une méningite purulente constitue toujours une urgence médicale. La diagnostiquer ne peut se faire que par ponction lombaire*. Dans tous les cas, le traitement doit être mis en place le plus rapidement possible. Il s’appuie principalement sur une antibiothérapie intraveineuse adaptée au germe dès qu’il est identifié accompagné d’un traitement contre la fièvre (paracétamol, aspirine…). Le traitement se fait sur dix à quinze jours selon les méningites.

Mesures de prévention

Certains vaccins existent et sont recommandés pour le nouveau-né dès deux mois : le vaccins contre Haemophilus influenzae type b (Hib) et celui contre les infections à Pneumocoque.

Vers l’âge de un an, on propose le vaccin contre le Méningocoque C.

Un vaccin contre le Méningocoque B (le plus fréquent) est disponible depuis fin 2013.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Caring for your baby and young child – Birth to age 5 – American academy of pediatrics

Infovac-France, Ligne directe d’informations sur les vaccinations – www.infovac.fr

Larousse médical

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Ce service est fermé pour le moment, vous pouvez poser vos questions à nos experts du lundi matin jusqu'au vendredi à 12h.