Partager

Refuse d’être allongé quand il est fatigué à 3 mois : que faire ?

il y a 6 mois

Bonjour,

Je suis jeune papa.
Notre fils de 3 mois et demi supporte d’être allongé sur le dos pour jouer sur son tapis d’éveil ou dans son transat. Par contre lorsqu’il est fatigué, il ne supporte pas être en position “horizontale”, ni dans son lit, ni allongé sur notre bras. Nous avons vu un ostéopathe, aucun problème.
Il ne s’endort que sur notre épaule, en position “verticale” et nous le déposons dans son lit ensuite, mais les siestes ne durent qu’une trentaine de minutes, il ne sait pas encore se rendormir seul pour enchainer les cycles de sommeil. Par contre lorsque je le garde avec moi, il peut dormir 2h sans problème.
Nous avons commencé à instaurer un rituel pour le coucher du soir mais l’étape de “déposer l’enfant dans son lit, lui parler et quitter la pièce avant qu’il ne soit endormi” est impossible puisque dès qu’il est déposé dans son lit, il crie et pleure énormément. Nous avons essayé de le laisser pleurer un peu mais le calmer ensuite est encore plus dur, il est très nerveux.

Aussi, dès le premier bâillement, nous le prenons sur nous, le calmons, marchons avec lui en lui tapotant les fesses, lui parlons pour lui expliquer qu’il est fatigué et qu’il doit se reposer… Mais malgré la fatigue, il peut bâiller une dizaine/quinzaine de fois avant d’accepter de se laisser s’endormir, sur notre épaule bien sûr.

Mes questions sont les suivantes :
– comment lui faire accepter progressivement la position allongée lorsqu’il est fatigué ? J’ai le sentiment que c’est la clé qui résoudrait plusieurs de nos problèmes.
– comment l’accompagner dans l’enchaînement des cycles de sommeil?
– que faire pour que l’enfant comprenne qu’il est fatigué et qu’il se laisse aller quand le sommeil le gagne?

En information complémentaire, nous sommes des parents qui avons toujours pris l’enfant lorsqu’il pleurait depuis sa naissance (césarienne), ma femme allaite notre enfant, les nuits restent encore très découpées avec 4 à 5 réveils par nuit et il ne se rendort pas systématiquement en prenant le sein… Il a des moments d’éveils agités la nuit ce qui est de plus en plus fatiguant…

Merci pour votre aide.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Monsieur

Je suis enchantée d’avoir à répondre à un papa ce qui n’est pas si fréquent. Votre bébé a de la chance que vous soyez aussi impliqué. Je vais sans doute vous décevoir car je n’ai pas de réponse précise à vos questions. En effet ce que vous me décrivez est tout à fait normal à 3 mois. Ce n’est pas la position horizontale que refuse votre bébé (puisque vous le dites vous même il l’accepte très bien pour jouer), c’est qu’il a besoin de contact et de bercement pour s’endormir et, à son âge, c’est tout à fait normal. Tous les bébés doivent être bercés et il est tout à fait illusoire de penser qu’il va s’endormir seul. Il est trop tôt pour mettre en place un rituel de sommeil autre que son rituel préféré, à savoir : votre contact et vos bercements. Les rythmes de sommeil vont encore changer jusqu’à 6 mois et les périodes de sommeil vont s’allonger.

Ce qui se passe pour vous c’est, comme tous les parents, que la fatigue s’accumule et que vous supportez de moins en moins les particularités des rythmes des bébés. Et pourtant on n’y peut rien. Il faut laisser le temps au temps.

Je ne sais pas si votre compagne a une activité professionnelle ou pas. Si oui, il est important qu’elle dorme et je suppose qu’elle tire son lait pour que le bébé le prenne à la crèche donc je suggère que, une nuit sur deux, vous donniez des biberons pour que le maman récupère un peu, et la nuit suivante c’est vous qui dormez (quitte à changer de pièce). Si elle ne travaille pas alors il est très important qu’elle fasse des siestes la journée en même temps que le bébé.

Dernière chose si le bébé crie avant de s’endormir ou entre deux cycles de sommeil la nuit ce n’est pas “la fin du monde”. Il n’a plus 1 mois et il est maintenant capable d’attendre un peu que le sommeil vienne (et il le fait très bien puisque vous parlez de veille agitée). Tant qu’il ne hurle pas… Essayez de ne pas intervenir.

Voilà. Bonne chance et bon courage. Cette période de la toute petite enfance est bientôt derrière vous.