Partager

Techniques pour tirer et conserver son lait

Mis à jour le 15 janvier 2021 2 de nos experts

1

Pour continuer à allaiter votre bébé même en votre absence, vous pouvez tirer votre lait et le conserver ensuite au réfrigérateur ou au congélateur. Comment cela se passe en pratique ? Nos conseils étape par étape.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Etape 1 : Choisir son tire-lait

Il peut y avoir de multiples raisons pour avoir besoin d’un tire-lait : si vous reprenez votre travail par exemple, et souhaitez légitimement continuer à allaiter votre bébé. Ou bien s’il est séparé de vous en raison d’une hospitalisation. Enfin, pour pallier un risque d’engorgement ou pour stimuler vos seins qui ne sont pas suffisamment sollicités par votre bébé. En effet, le tire-lait présente l’avantage de reproduire le geste de succion de votre bébé et donc de stimuler la lactation.

Reste à savoir quel tire-lait choisir…manuel ou électrique ?

Pour recueillir votre lait, vous pouvez soit utiliser un tire-lait manuel, soit un tire-lait électrique. Peu encombrant, le tire-lait manuel a l’avantage d’être discret et de se glisser assez facilement dans le sac à langer pour l’emporter n’importe où. En revanche, vous pouvez vite attraper des crampes à la main à force d’appuyer 50, 100, 200 fois de suite sur la gâchette !

Qu’à cela ne tienne, certaines femmes préféreront le tire-lait manuel au tire-lait électrique. Ce dernier est quand même plus rapide et efficace, et généralement recommandé aux mamans qui tirent régulièrement leur lait.

Tout dépend en effet de la manière dont vous allez utiliser ce tire-lait :

  • Si vous comptez vous en servir occasionnellement, un tire-lait manuel suffira largement.
  • Si vous avez l’intention de l’utiliser un certain temps et plusieurs fois par jour (en cas de prématurité de votre enfant par exemple), un tire-lait électrique fera mieux l’affaire. L’idéal est de le choisir à double pompage, ce qui permet de tirer le lait des deux seins simultanément, d’en recueillir beaucoup en un laps de temps réduit (les deux seins étant drainés en même temps) et d’augmenter la production de lait.

A l’heure actuelle les tire-laits se sont nettement améliorés. Ils stimulent de mieux en mieux les seins en imitant la succion de votre bébé puisque vous pouvez même régler la cadence et la pression de l’aspiration à votre convenance. A noter aussi qu’il existe des petits tire-laits électriques à pile bien pratiques à transporter. Veillez, en choisissant votre tire-lait, à ce que la taille de la téterelle soit bien adaptée à vos mamelons qui ne doivent pas être serrés mais suffisamment maintenus pour pouvoir se vider correctement. L’utilisation d’un tire-lait ne doit pas entraîner de douleurs ou de lésions aux seins : si c’est le cas, c’est probablement le fait d’un matériel inadapté ou mal utilisé.

Renseignez-vous au préalable sur les modèles les plus récents et les marques les plus conseillées auprès de votre centre de PMI ou de votre médecin, de votre sage-femme ou de votre puéricultrice. Demander conseil auprès d’un professionnel vous permettra de choisir le matériel qui vous conviendra le mieux.

L’entretien du matériel

Les tire-laits et leurs accessoires sont faciles à entretenir, et bien entendu, il est très important de veiller à une hygiène parfaite de tous les ustensiles. La plupart vont au lave-vaisselle ou se nettoient aisément à la main. Un bon nettoyage à la brosse, à l’eau chaude et au produit vaisselle suffit.

N’oubliez pas, dans tous les cas, de toujours bien vous laver les mains avant de vous en servir.

Louer ou se faire prêter un tire-lait

L’achat d’un tire-lait coûte cher, mais d’autres solutions existent : sachez  que vous pouvez le louer en pharmacie, munie de l’ordonnance de votre médecin ou de votre sage-femme. La location du tire-lait électrique est en partie remboursée par la sécurité sociale (les accessoires restent à votre charge mais n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mutuelle pour savoir si elle peut les prendre en charge).

D’autre part, si vous souhaitez offrir votre lait excédentaire à un Lactarium, sachez qu’un tire-lait et des pots de conservation vous seront prêtés gracieusement. Si vous avez des difficultés à vous déplacer (si vous vivez en milieu rural, par exemple), le personnel du Lactarium se déplacera en général volontiers pour vous conseiller, vous apporter le matériel nécessaire et venir récupérer les pots de lait.

Etape 2 : tirer son lait

Même si tout est fait pour tirer son lait et le conserver dans les meilleures conditions possibles, on est pourtant bien éloigné du plaisir de l’intimité mère-enfant.

Alors à vous (dans la mesure du possible bien sûr) de recréer ce moment de félicité : installez-vous confortablement, mettez une musique douce, allumez une bougie, respirez, détendez-vous, et surtout… pensez à votre bébé.

  • Stérilisez d’abord les accessoires avant de les utiliser pour la première fois.
  • Lavez-vous soigneusement les mains (brossage des ongles, essuyage avec un linge propre).
  • Installez-vous dans une pièce au calme pour être la plus détendue possible.
  • Humidifiez le mamelon avec un peu de lait pour augmenter l’adhérence du tire-lait.
  • Faites bien entrer le mamelon dans la coupole.
  • Si c’est un tire-lait électrique, allumez l’appareil sur le niveau de pression ou de succion le plus bas possible et augmentez progressivement.
  • Massez le sein avant et pendant l’expression du lait.
  • Si jamais vous avez mal, vérifiez que le mamelon est bien centré et si besoin, baissez le niveau de pression ou de succion. Si jamais vous avez toujours mal, arrêtez pour le moment et demandez conseil à votre sage-femme, votre médecin ou encore à une consultante en lactation.
  • Si le lait ne coule pas suffisamment, gardez près de vous une photo de votre bébé ou un de ses doudous pour augmenter le flux d’éjection. Véridique, cette technique a fait ses preuves !
  • Après chaque utilisation, nettoyez soigneusement les accessoires en contact avec le lait à l’eau chaude et au savon. Rincez-les à l’eau froide, laissez-les s’égoutter et recouvrez-les d’un linge propre.

Etape 3 : choisir ses récipients

Après avoir tiré votre lait… Encore faut-il le stocker dans de bonnes conditions. Il existe pour cela des petits pots souvent fournis avec le tire-lait. Lors de l’achat, choisissez plutôt des récipients en verre (les pots ou sachets plastiques font perdre au lait un peu d’anticorps) ou en polypropylène. En effet, depuis quelques années, les pots (ou les sachets alimentaires) en plastique ou en polycarbonate sont controversés en raison de la présence de bisphénol A (un composant chimique) qui peut passer dans le lait et perturber le système endocrinien. Ils sont d’ailleurs désormais interdits à la fabrication et à l’importation en France et en Europe.

Avant usage, les pots doivent bien sûr être propres. Ceux qui sont fournis avec le tire-lait présentent l’avantage de passer directement du tire-lait au réfrigérateur puis au congélateur, ce qui évite de transvaser le lait. Les pots ne doivent être remplis qu’aux trois quarts (puisqu’en congélant le liquide augmente en volume). Pensez aussi à le laisser refroidir avant, au moins deux heures au frigo, le refroidissement devant se faire progressivement. A noter également qu’il ne faut pas mélanger deux laits de température différente (attendez que le lait sorti du tire-lait ait bien refroidi au réfrigérateur avant de le mélanger avec du lait froid). Deux échantillons de votre lait tirés à des moments différents de la même journée peuvent être mélangés après avoir été refroidis au réfrigérateur à la même température, et le mélange peut ensuite être congelé. Congelez des petites quantités à chaque fois (60 ml), pour éviter les pertes.

N’ajoutez pas du lait tiré, même refroidi, sur un lait déjà congelé. Et n’oubliez pas de noter systématiquement sur le récipient la date et l’heure du recueil du lait, que vous le conserviez au réfrigérateur ou au congélateur !

Etape 4 : conserver le lait

Voici les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) :

  • A température ambiante (c’est-à-dire entre 19°C et 22°C), le lait qui vient d’être recueilli se conserve au maximum 1 heure.
  • Au réfrigérateur (à une température inférieure ou égale à 4°C), vous pouvez garder le lait 48 heures.
  • Au congélateur (à une température de moins 18°C), le lait se conserve 4 mois. Après avoir tiré votre lait, mettez-le au réfrigérateur pour le laisser refroidir puis congelez-le dans les 24 heures. Le lait décongelé se garde 24 heures au réfrigérateur et 1h à température ambiante. Il ne doit jamais être recongelé.

Sachez qu’à l’étranger (en Amérique du Nord en particulier), les délais de conservation sont plus longs. A titre d’exemple, la Human milk banking association of North America recommande de consommer le lait conservé au réfrigérateur avant 8 jours.

Etape 5 : réchauffer le lait

Vous pouvez tiédir le lait (après l’avoir fait décongeler si besoin au réfrigérateur) soit au bain-marie, soit au chauffe-biberon, soit sous le robinet d’eau chaude. Ne chauffez jamais le lait au micro-ondes:

  • le lait perd plus en qualité nutritionnelle et surtout, il y a un risque de brûlure. Vérifiez toujours la température du lait en versant quelques gouttes sur la surface interne de votre avant-bras avant de le donner à votre bébé.
  • le lait réchauffé doit être consommé dans la demi-heure qui suit. Si votre bébé n’a pas tout bu, jetez le lait dans l’évier.

Le conseil du pédiatre

Comment faire au travail ?

Si vous souhaitez tirer votre lait au travail, assurez-vous que vous pourrez bien le conserver au réfrigérateur jusqu’à la fin de la journée. Ensuite, vous le transporterez jusqu’à la maison dans une glacière ou dans un sac isotherme avec à l’intérieur un pack de réfrigération (le lait doit être maintenu à 15°C maximum). L’important, c’est de ne jamais rompre la chaîne du froid. Par ailleurs, quelques semaines avant la reprise, vous pouvez déjà commencer à faire des stocks dans votre congélateur pour ne jamais être à court !

Il vaut mieux attendre que la lactation soit bien installée (au bout d’un mois environ) avant de commencer à tirer son lait dans l’intention de se constituer des réserves.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Le guide de l’allaitement maternel édité par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) et le Ministère de la santé. 68 pages.

Site internet de la Coordination Française pour l’Allaitement Maternel (COFAM)

Site internet www.santeallaitementmaternel.com

L’allaitement de la première à la dernière tétée : CD-Rom réalisé par l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) avec le concours des Lactariums de France et de l’Union régionale des médecins libéraux (URML). Tremey L, Gelbert N, Schelstraete C.

Allaitement maternel : les bénéfices pour la santé de l’enfant et de sa mère. Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie. Coordination D. Turck. Archives de pédiatrie. Octobre 2012 ; volume 19, supplément 3 : p.S77- S96

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

QUIZ Vaccination infantile

Découvrez l'article

Moins d’écrans, plus d’interactions !

Voir le dossier

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

La rubrique est exceptionnellement fermée jusqu'au lundi 17 mai. Merci pour votre compréhension !