Partager

Qu’est-ce-que la MIN – Mort Inattendue du nourrisson ?

Mis à jour le 02 novembre 2016

1
(c) Pauline Bocquet

La mort subite du nourrisson (MSN), dont le bilan effectué après le décès ne permet pas de retrouver une cause précise au décès, est responsable d’environ la moitié des cas de mort inattendue du nourrisson (MIN).

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Qu’est ce que la MIN, Mort Inattendue du Nourrisson ?

Ce nouveau terme (MIN) est utilisé pour désigner le décès brutal et inattendu d’un bébé considéré jusque-là comme étant en bonne santé. En plus des cas de MSN, les MIN peuvent être d’origine accidentelle, être liées à une maladie précise (infection, malformation) ou rarement à un cas de maltraitance.

Les MSN sont plus fréquentes entre 2 et 6 mois, période de changements importants dans le fonctionnement de l’organisme du petit nourrisson. Elles sont plus fréquentes en période hivernale. Statistiquement, elles concernent plus les nourrissons de sexe masculin. En baisse régulière, les MSN sont passées de 2,3 à 0,3 pour mille naissances en 20 ans, en particulier depuis que l’on couche les enfants sur le dos. Les enfants prématurés, et / ou issus de grossesses multiples sont plus vulnérables.

Parmi les facteurs de risque, on retrouve en premier le couchage en position ventrale, mais aussi une température élevée dans la pièce, une literie inadaptée, un lit partagé avec les parents (co-sleeping) surtout avant l’âge de 3 mois, une infection débutante, le tabagisme maternel et le tabagisme passif. Ces différents facteurs peuvent fragiliser un nourrisson en entraînant des changements dans le contrôle de la respiration et du rythme cardiaque, et une diminution des mécanismes d’éveil qui permettent normalement au bébé de réagir au mieux à une situation à risque, dans son sommeil.

Prévention de la MIN

Les données récentes des études européennes ont montré que le contexte le plus protecteur était que le nourrisson dorme sur le dos, dans son propre lit, dans la chambre de ses parents.

Il est possible de diminuer très nettement le risque d’accident fatal en respectant quelques règles :

Tout d’abord, couchez votre bébé sur le dos. C’est la recommandation principale qui permet à votre enfant de ne pas enfouir son visage dans le matelas à un âge où il ne pourra pas toujours se dégager. Ne mettez en aucun cas votre bébé sur le ventre pour dormir ! Ne le couchez pas non plus sur le côté, position trop instable : le risque de finir sa nuit sur le ventre est grand, et aucun dispositif sensé réduire les risques (cale bébé, détecteur de mouvement ou autre) n’a fait la preuve de son efficacité, ni même de son innocuité.

Jusqu’à ses 2 ans, couchez votre bébé dans une « gigoteuse » ou « turbulette » pour toutes les périodes de sommeil, aussi bien la nuit que pour les siestes. N’utilisez ni couette ni couverture. Un matelas ferme, recouvert d’un drap doit être utilisé. Votre bébé doit pouvoir bouger sans problème : n’utilisez pas de coussin d’allaitement pour le caler, ne le faites pas dormir dans un cocon, sur un coussin ou sur un pouf, aucun matériel ou objet moelleux ou mou ne doit être placé sous le bébé. Ne le couchez pas sur un lit d’adulte ou sur un canapé. Si vous utilisez un lit parapluie, ne rajoutez pas de matelas supplémentaire, votre bébé pourrait se coincer entre ce matelas et la toile du lit.

Si vous utilisez une écharpe de portage, installez votre bébé en position verticale, tête sortie de l’écharpe et visage visible. Un nouveau-né ou un petit nourrisson porté en « hamac » peut manquer d’air si l’écharpe se referme sur lui, ou se retrouver avec une flexion exagérée de la tête qui gêne sa respiration.

Ne le couvrez pas trop, surtout s’il a de la fièvre. Gardez la température de la chambre en hiver entre 18 et 20 degrés et ne fumez pas dans l’entourage proche de votre enfant, dans la même pièce, ou dans la voiture.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Marie-Josèphe Challamel , pédiatre, spécialiste du sommeil

Béatrice Kugener, pédiatre, spécialiste des MIN
Marie-Agnès Dodane, École de Puériculture du CHU Besançon
Site internet de l’association Naitre et Vivre
Le sommeil de l’enfant, Marie-Josèphe Challamel. Collection Masson « Pédiatrie au quotidien ». Elsevier – Masson éditeur. 2009. 187 pages
Prévenir la Mort Subite du Nourrisson, P. Franco, B. Kugener et M.-J. Challamel. Pour la Science – n° 391 – Mai 2010
Moon RY. SIDS and other sleep-related infant deaths: expansion of recommendations for a safe infant sleeping environment. Task Force on Sudden Infant Death Syndrome. Pediatrics 2011 Nov;128(5):1030-9
Prevention of deformational plagiocephaly in neonates. Cavalier A, Picot MC, Artiaga C, Mazurier E, Amilhau MO, Froye E, Captier G, Picaud JC. Early Hum Dev. 2011 Aug;87(8):537-43
American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages
Affiche – Réseau Elena

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !