Partager

Mon enfant est enrhumé, il a le nez qui coule : que faire ?

Mis à jour le 27 août 2018 3 de nos experts

1

Le nez qui coule est la première cause de consultation des enfants chez les médecins. En fait, votre enfant est souvent plus gêné parce que son nez est « bouché », entraînant une respiration buccale et des éternuements.

Sommaire de l'article

Qu’est-ce que le rhume, la rhinite ou la rhino-pharyngite ?

Le rhume, ou rhinite, est une inflammation des fosses nasales. C’est une rhino-pharyngite lorsque le premier jour il y a une douleur et rougeur dans la gorge (au niveau du pharynx). Elle est généralement due à un virus mais peut dégénérer en infection bactérienne (surinfection). D’ordinaire, le rhume dure environ 1 semaine, dont les 3-4 premiers jours sont marqués par un écoulement du nez clair, ou qui est bouché, une toux sèche, de légers maux de gorge, une fièvre peu élevée, une perte d’appétit. Il peut se poursuivre jusqu’à 2 semaines avec un encombrement nasal plus épais et une toux grasse due à cet écoulement dans la gorge. Il disparaît habituellement de lui-même.

La rhinite se soigne simplement grâce à un lavage de nez régulier au sérum physiologique ou avec un spray à base d’eau de mer. Les antibiotiques ne seront nécessaires qu’en cas de surinfection bactérienne.
Certaines rhinites sont d’origine allergique et ont une évolution chronique. En dehors du lavage des fosses nasales, elles nécessitent un diagnostic précis pour limiter le contact avec l’allergène, et donnent lieu à un traitement spécifique comme des antihistaminiques ou une désensibilisation.

Les rhumes sont plus fréquents en automne et en hiver, lorsque les gens vivent plus à l’intérieur et en contact étroit les uns avec les autres, ils se propagent ainsi plus facilement d’une personne à l’autre. Les enfants les attrapent en collectivité, par un membre de leur famille ou la personne qui les garde.
Lorsqu’une personne est infectée par ces microbes, ils sont très nombreux dans son nez, sa bouche, ses yeux et sur ses mains. Ainsi les enfants se contaminent :

  • soit par contact direct (visage, bouche ou main d’une personne infectée),
  • soit par contact indirect en touchant un objet (mouchoir, jouet, poignée) qu’une personne infectée a déjà touché et sur lequel les microbes se sont déposés. Certains microbes peuvent survivre sur une surface pendant plusieurs heures.
  • soit par voie aérienne. Lorsqu’une personne tousse ou éternue, elle projette des gouttelettes devant elle, qui peuvent atteindre le nez ou la bouche d’une autre personne.

Après avoir attrapé un virus de rhume, l’enfant s’immunise contre ce virus. Malheureusement il en existe plus d’une centaine d’autres, c’est pourquoi les parents ont souvent l’impression que le petit enfant est enrhumé tout l’hiver, car les moins des 2 ans n’ont pas acquis l’immunité contre tous ces virus. Ils peuvent ainsi attraper 8 à 10 rhumes chaque année avant l’âge de 2 ans, heureusement beaucoup moins après.

Comment laver le nez de votre enfant, le soulager, et éviter une surinfection ?

Installez votre enfant pour qu’il soit le plus à l’aise possible, donnez-lui souvent à boire et fractionnez les repas s’il a du mal à finir, vérifiez sa température. Pour soulager la douleur, les courbatures, ou l’inconfort dû à la fièvre, utilisez du paracétamol toutes les 6 heures si nécessaire.

Désencombrez fréquemment son nez (autant de fois que vous le sentez “ronronner” ou obstrué, 6 à 10 fois par jour si nécessaire), et toujours avant les repas et les couchers. Pour ce faire il n’y a pas de consensus :

Les anglo-saxons préconisent l’utilisation d’une poire nasale en caoutchouc pour aspirer doucement les mucosités et expulser le virus du nez. Si le mucus est très épais, vaporiser dans les narines une solution saline (sérum physiologique) auparavant.

En France, nous préférons le lavage nasal, même s’il est peu agréable. Il permet de soulager l’obstruction et l’encombrement nasal et d’empêcher la multiplication des microbes.

Chez le nourrisson, il peut se faire :

  • Soit en position ventrale, les bras le long du thorax, la tête maintenue sur le côté, introduire l’embout d’une dose de sérum physiologique dans l’axe de la narine du dessus et instiller entièrement le contenu de la dose qui va ressortir par l’autre narine avec des sécrétions nasales. On peut aussi utiliser un spray de solution saline isotonique que l’on pulvérise pendant 2 à 3 secondes. Laisser l’enfant dans cette position pendant 1 minute pour favoriser l’écoulement spontané des sécrétions. Cette instillation suffit la plupart du temps, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser un mouche-bébé pour évacuer le reste des mucosités.
  • Soit en position couchée latérale : tout en maintenant la tête sur le côté, la bouche fermée, introduire l’embout d’une dose de sérum physiologique dans l’axe de la narine du dessus et instiller entièrement le contenu de la dose qui va ressortir par l’autre narine. On peut aussi utiliser un spray de solution saline isotonique que l’on pulvérise pendant 2 à 3 secondes. Dans cette position l’enfant est plus difficile à contenir…et il faut impérativement fermer sa bouche.
    Vous pouvez l’enrouler dans une serviette avant de le coucher, cela facilite son immobilisation qui est indispensable pour que l’embout de la dosette de sérum physiologique soit bien positionné à l’entrée de la narine sans lui faire mal.
  • Inutile de faire un lavage par les 2 narines à chaque fois. Il suffit de changer de narine à chaque mouchage.
  • N’instillez jamais de produits lorsque votre enfant est allongé sur le dos, car il y a un risque de fausse route.

Chez l’enfant plus grand, ce lavage nasal se fera assis ou debout.

  • Une autre option possible est l’utilisation du mouche-bébé qui aspire les mucosités, parfois fluidifiées auparavant avec quelques gouttes de solution saline hypertonique.Il est impératif d’aspirer doucement afin de ne pas créer trop de dépression, dangereuse pour le bon fonctionnement des voies aériennes. Il faut choisir celui qui vous convient le mieux.
  • Une technique simple et très efficace, chez l’enfant de plus de 5 ans, est l’utilisation de la corne de Horn avec de l’eau tiède dans laquelle on ajoute une dose de sel (dose fournie avec l’appareil) afin d’obtenir une solution isotonique.

La toux permet de libérer et d’évacuer le mucus des voies aériennes, il faut donc la respecter : ne donnez pas de médicaments contre la toux. Par ailleurs, les antihistaminiques ne sont pas efficaces contre le rhume.

Les humidificateurs à air froid ne sont pas recommandés en raison du risque de contamination par des bactéries ou des moisissures. Si vous les utilisez, vous devez les nettoyer et les désinfecter tous les jours.Les vaporisateurs à eau chaude, quant à eux, ne sont pas recommandés à cause du risque de brûlures.

Les antibiotiques ne sont pas indiqués, ils ne seront prescrits que face à une complication (otite ou pneumonie).

Les enfants peuvent continuer leurs activités régulières s’ils se sentent bien, en leur expliquant les consignes d’hygiène pour ne pas infecter leurs camarades. Sinon, il sera nécessaire de les garder au repos quelques jours à la maison, mais ils pourront tout à fait continuer à jouer dehors.

Faut-il consulter un médecin ?

Les bébés de moins de 3 mois qui ont le nez bouché et qui respirent encore mal par la bouche peuvent avoir des difficultés pour respirer et pour s’alimenter, mais surtout le rhume se complique plus fréquemment et rapidement que chez l’enfant plus grand. Consultez votre médecin si :

  • votre bébé a de la difficulté à respirer,
  • il ne mange pas ou vomit,
  • il a de la fièvre (une température rectale de 38,5 °C ou plus).

Pour les plus grands, ce sont des signes de complications qui vous feront consulter comme :

  • enrouement, respiration aboyante (laryngite)
  • douleurs aux yeux et gonflement (ethmoidite),
  • mal de gorge et enflure du cou (angine),
  • respiration sifflante (angine),
  • douleur ou écoulement d’oreille (otite).

Dans tous les cas, ces signes doivent vous amener à consulter : respiration rapide ou difficile, des lèvres bleues, une toux incessante ou provoquant des vomissements, du pus dans les yeux, un écoulement nasal jaunâtre ou verdâtre épais pendant plus de 10 à 15 jours, une reprise de la fièvre après quelques jours; des troubles du comportement (somnolent, irritable, inconsolable).

Comment puis-je éviter le rhume à mon enfant

Vous trouverez les gestes de prévention et d’hygiène dans notre article complémentaire sur le nez qui coule, en cliquant ici.

A savoir

Prévention

Pour prévenir les infections O.R.L., notamment en période d’épidémie, il est important de se laver fréquemment les mains, d’aérer régulièrement votre maison, de penser à l’humidifier surtout si l’atmosphère est particulièrement sèche. En cas d’écoulement nasal, nettoyez régulièrement le nez de votre enfant avec du sérum physiologique ou un spray à base d’eau de mer.

Cet article vous a-t-il été utile ?