Partager

L’asthme : fiche technique

Mis à jour le 27 août 2018

FA
 Dr Liliane CRET

Écrit par 2
de nos experts

1

Fiche technique: l’asthme en quelques mots

Sommaire de l'article

Définition

L’asthme est une maladie des bronches, qui se resserrent en raison d’une inflammation de leur paroi, et qui se remplissent d’un mucus épais provoquant une obstruction avec de la toux et une respiration difficile et sifflante. Fréquemment de caractère familial, cette maladie est principalement liée à des réactions allergiques à différents allergènes : acariens de la poussière, pollens, moisissures, poils d’animaux, aliments, etc.

Les personnes asthmatiques ont souvent d’autres manifestations allergiques : rhinite, conjonctivite, eczéma, urticaire, ou autre manifestation d’allergie alimentaire. Les crises d’asthme peuvent être déclenchées aussi par le stress, une émotion forte, l’exercice physique, l’effort. La fumée de cigarette et la pollution aggravent les manifestations de la maladie.

Symptômes

La maladie peut apparaître chez l’enfant à différents âges : nourrisson, enfant ou adolescent. Les crises se produisent lors du contact avec le facteur déclenchant, plus volontiers le soir. Les signes avant-coureurs que l’enfant et ses parents peuvent reconnaître sont souvent un rhume avec éternuements, suivi d’une toux sèche qui s’accentue; il peut ensuite être essoufflé, avoir une respiration sifflante, de la difficulté à parler, être sans énergie, se sentir oppressé. La respiration, sifflante, se fait de plus en plus difficile. Certains enfants vontsurtout avoir des accès de toux, survenant la nuit ou lors des efforts.

Traitement

Pour instituer le traitement, le médecin doit analyser le contexte familial et personnel de l’enfant pour connaître l’ancienneté et la fréquence des manifestations. Il demande une radio du thorax et un test de la fonction respiratoire, selon l’âge de l’enfant. Il cherche à identifier l’origine de cette maladie asthmatique, en particulier l’allergène responsable s’il en existe un, dans le but d’essayer de l’enlever le plus possible de l’environnement du patient, ou bien de proposer une désensibilisation à celui-ci.

Pour cette maladie qui va s’étaler dans le temps, il faut que l’enfant et ses parents comprennent ce qui se passe au niveau des bronches, connaissent l’effet des médicaments et comment les prendre, pour être capables de réagir d’eux-mêmes, dès les premiers symptômes.

Le médecin prescrit un médicament « d’urgence », un bronchodilatateur (beta-2-mimétique) (principalement en aérosols doseurs utilisés avec une chambre d’inhalation avec masques jusqu’à 4-5 ans, puis embout buccal jusqu’à 8-10 ans) qui permet de dilater les bronches (ce qui soulage immédiatement le malade) lors de la crise.

Il prescrira aussi un traitement de fond, qui vise à traiter la maladie, c’est-à-dire l’inflammation des bronches, le plus souvent sous forme inhalée, et qui doit être pris de façon prolongée plusieurs mois ou années. Le contrôle de l’inflammation permet d’éviter les récidives et les manifestations entre les crises (toux et difficultés lors des efforts sportifs). Il s’agit le plus souvent de corticoïdes, également en aérosols.

Une crise d’asthme sévère peut aboutir à une insuffisance respiratoire aigüe grave. Une hospitalisation d’urgence permet alors de traiter le malade, sous surveillance médicale, par de plus fortes doses d’aérosols et par oxygénothérapie.

Pour ne pas arriver à une crise grave et à l’hospitalisation, les circonstances qui déclenchent les crises doivent être identifiées et les premiers symptômes bien connus ; le médecin remet un « plan d’action » écrit au patient, pour savoir comment soulager la crise dès son début.

Pour les lieux de vie de l’enfant en dehors de sa famille un Plan d’Accueil Individualisé (PAI) est rédigé pour que l’entourage en crèche, école, centre de loisirs (etc.) puisse également doser les médicaments nécessaires.

Prévention

Si votre enfant est asthmatique, certaines mesures peuvent limiter les risques de crises. Ces mesures sont à adapter en fonction de la cause trouvée : en limitant la température de la chambre (19°– 20°), en choisissant un matelas et un oreiller synthétiques, en dépoussiérant soigneusement votre maison et en supprimant les tapis, moquettes, par exemple, pour les allergiques aux acariens.

Diminuez le nombre de peluches avec lesquelles votre enfant dort la nuit. Ne gardez que les indispensables. Vous pouvez aussi faire un « roulement » avec les peluches en les mettant alternativement au congélateur pendant quelques jours pour détruire les acariens.

Attention bien sûr au tabagisme passif. Ne fumez pas dans la maison et demandez à vos amis de sortir pour fumer. La hotte de la cuisine n’enlève pas toute la fumée. Souvenez-vous qu’il ne faut absolument pas fumer dans une voiture, a fortiori quand vous êtes avec un enfant.

L’enfant asthmatique peut avoir une activité sportive normale. Pour les enfants particulièrement sensibles à l’effort, il est conseillé d’éviter les activités extérieures par temps froid et humide et de prendre les médicaments préventifs. Pensez aussi à prévenir son établissement scolaire de son asthme : le médecin scolaire pourra rédiger (en collaboration avec le médecin traitant) un « plan d’accueil individualisé » qui permettra à votre enfant de prendre ses médicaments à l’école si nécessaire.

En dehors des crises, les enfants asthmatiques doivent vivre tout à fait normalement. Il est important pour cela de bien gérer la maladie, en restant vigilant devant des signes annonciateurs d’une crise, en suivant scrupuleusement le traitement prescrit et en ayant toujours ce traitement sur soi.

L’enfant présentant de l’asthme sera d’autant moins gêné qu’il aura compris ses facteurs déclenchant et connaîtra la bonne réaction à avoir devant les premiers signes de crise.
Une large proportion des asthmes du nourrisson ne vont pas persister dans l’enfance, et de même pour l’asthme de l’enfant à l’âge adulte.

Je retiens !

 

– Savoir bien analyser les facteurs déclenchant

– Connaître ses premiers symptômes

– Avoir son plan d’action

– Prendre régulièrement son traitement de fond qui permet de bien atténuer la maladie asthmatique

 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

• Dutau G. Revue Générale: Asthme de l’enfant Réalités Pédiatriques février 2018
• Global strategy for Asthma Management and Prevention Updated 2018 Global Initiative for Asthma (GINA) https://ginasthma.org/2018-gina-report-global-strategy-for-asthma-management-and-prevention/

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !