Partager

Bébé BABI 4 mois : que faire ?

il y a 7 mois

Bonjour,

Mon fils a 4 mois et demi mais né prématuré a 35SA avec hospitalisation en neonat pendant 3 semaines mais sans soucis de santé. Il dort 12h par nuit depuis début décembre mais refuse les siestes en journée à la maison alors qu’il est très fatigué. J’ai énormément de crises de fatigue mais impossible que ce soit dans les bras, en écharpe, en poussette ou dans son lit. Il mange bien et n’a pas de colique, il mouille bien ses couches. Par contre, hors de la maison, chez des amis ou de la famille il fait de longues siestes entre 2 et 3h. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Le kiné (séance car hypertonie) m’a parlé d’un bébé BABI mais je n’y crois pas trop.

Je suis à bout je me lève en étant fatiguée, je craque souvent le soir quand je passe le relais à Monsieur.

Merci pour vos lumières.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Je suis de l’avis de votre kinésithérapeute votre bébé est un bébé “BABI” en ce sens qu’il a des besoin intenses puisqu’il crie beaucoup et que rien ne semble l’apaiser. D’accord mais une fois qu’on a dit ça, on fait quoi ? On n’est pas “BABI” par hasard ni par constitution mais par son histoire de vie et par celle de ses parents. Je veux dire par là que le stress des bébés aux besoins intenses, des bébés énervés, des bébés qui dorment peu vient le plus souvent de circonstances de grossesse, de naissance, de vie de la famille qui sont stressantes.

Je ne sais pas comment s’est passée votre grossesse mais ce que je sais c’est que, d’une part démarrer sa vie par 3 semaines d’hospitalisation n’est pas banal et que d’autre part, pour la maman, avoir un bébé qui ne dort pas de la journée n’est pas banal non plus. Voilà deux circonstances au moins favorisant le stress du bébé et son énervement qui l’empêchent de dormir et votre énervement en retour dans une boucle d’excitation mutuelle.

Vous dites que vous vous levez fatiguée (alors même que vous avez passé une longue et belle nuit puisque votre bébé dort 12h la nuit) et vous dites que vous craquez le soir quand vous pouvez vous le permettre, c’est à dire quand vous passez le relai. J’ai comme l’impression que vous prenez sur vous toute la journée pour ne pas craquer et être violente avec ce bébé qui vous met les nerfs à vif et que le soir, les digues craquent.

J’en veux aussi pour preuve que, quand vous êtes occupée et éloignée de votre bébé et sans doute détendue par un entourage qui vous aide et vous rassure (ailleurs que seuls tous les deux), il dort.

Permettez-moi alors d’évoquer des hypothèses car je ne vous connais pas plus et ne peux pas discuter avec vous. Il me semble qu’il convient d’abord de s’occuper de vous et de voir si vous ne seriez pas déprimée après ce début de vie difficile pour votre enfant. Pour cela il vous faut consulter votre médecin et bien lui exprimer ce que vous ressentez. Vous pourriez aussi consulter un(e) psychologue bien habitué(e) aux problèmes du début de la vie et je pense que la psychologue du service où a été hospitalisé votre bébé sera de bon conseil pour vous prendre en charge ou pour vous orienter. Ensuite je pense qu’il convient de vous soulager de cette présence constante de ce bébé “exigent”. Il vous faudrait reprendre des activités rien que pour vous, sport, loisirs avec des amies de temps en temps, en faisant garder votre bébé. Il doit bien y avoir dans votre ville une halte garderie. Il existe aussi des lieux d’accueil parents/bébés où on rencontre d’autres mamans et souvent des professionnels qui peuvent aider. Il a l’âge maintenant où il peut se séparer quelques heures.

Voilà quelques pistes de réflexion. Vous n’êtes pour rien dans ce qui se passe et, si je vous conseille de vous occuper de vous, ce n’est pas parce que vous êtes responsable de ce qui se passe mais parce que vous en êtes victime, tout comme votre bébé. Heureusement il dort 12h et ça c’est une bonne nouvelle.

C’est terrible de passer une journée seule avec un bébé d’autant plus qu’il n’est pas simple. C’est terrible d’accoucher prématurément et d’être séparé de son bébé tout comme c’est terrible d’être séparé de sa maman quand on nait. Il faut “récupérer” de tout cela et ça, on ne peut pas le faire seul ni à deux avec le papa. Quand on est “à bout” il convient de se faire aider.

Bon courage.