> Nouveau-Né > Alimentation > Allaiter > J'hésite toujours à allaiter
J'hésite toujours à allaiter
Choix de l'allaitement
Nouveau-Né
Mémoriser Je vous recommande l'article "J'hésite toujours à allaiter, quoi faire ?" sur le site mpedia.fr

J'hésite toujours à allaiter, quoi faire ?

Allaiter ou donner le biberon ? C'est un choix difficile pour vous ? Pour vous aider à avancer dans votre réflexion, notre pédiatre, commente vos possibles réticences, craintes et interrogations. Dans tous les cas, c'est une décision qui doit être personnelle et bien assumée.

Je ne veux pas que le papa se sente exclu

Notre pédiatre : « Il n'y a pas de raison que le papa se sente exclu. C'est grâce à lui que vous vous sentez bien avec vous-même et avec votre bébé. Il vous permet d'élargir le lien fusionnel maman-bébé. Ainsi, en favorisant des moments de partage entre le papa et le bébé, vous mettez en place la base d'une relation à trois dans les premiers mois de la vie. Et même s'il ne nourrit pas son enfant, le papa peut développer une relation tout aussi forte avec lui en le berçant, en lui parlant, en lui donnant le bain, en l'aidant à s'endormir...».

Au bout de quelques semaines, il est aussi possible que votre mari puisse donner de temps en temps des biberons de lait que vous aurez tiré. Pendant ce temps-là vous pourrez sortir un peu, vous ressourcer. C’est important que votre mari soit là pour vous ménager quelques créneaux de temps libre…

J'ai peur d'avoir mal

Notre pédiatre : « Il est vrai que les mamelons peuvent être sensibles au début mais passés les premiers jours, ce n'est pas normal d'avoir mal. Si les douleurs persistent, vous devez consulter. Le professionnel de santé observera comment se déroule la tétée et il vous fera éventuellement corriger la position du bébé au sein ou sa prise du sein. Une mauvaise position ou une mauvaise prise du sein sont en effet souvent à l'origine des irritations ou des crevasses. Par ailleurs, sachez que si vous mettez précocement et régulièrement votre bébé au sein – c'est-à-dire dans les premiers instants qui suivent l'accouchement pour la première tétée et dès les signes d'éveil par la suite –, la montée de lait sera mieux vécue car elle sera plus progressive.»

Je suis trop pudique, je ne vais plus sortir de chez moi !

Notre pédiatre : « Même si vous êtes pudique, ne craignez pas d'allaiter à l'extérieur car en réalité, c'est très facile de dissimuler la tête de l'enfant et le sein sous un petit châle. Au contraire, il faut sortir et ne pas rester tout le temps chez soi avec son bébé, c’est mauvais pour le moral ! Il est aussi indispensable de prendre un bol d'air frais tous les jours pour avoir une activité physique et pour satisfaire le besoin d'exploration de votre bébé. » 

Je suis influencée par les autres mais je ne sais pas ce que je veux vraiment

Notre pédiatre : « Profitez du rendez-vous du 4e mois de grossesse avec votre sage-femme pour aborder la question. Parlez-en à votre mari, discutez-en avec des amies. Vous pouvez aussi contacter une association de soutien à l'allaitement qui pourra vous aider à prendre votre décision. Mais même si vous arrivez à la maternité en étant toujours indécise, ce n'est pas grave. Si vous en êtes d'accord, on vous proposera de donner la tétée d'accueil à votre bébé après sa naissance (voire 2 à 3 tétées supplémentaires) et vous verrez ensuite si vous décidez ou non de poursuivre l'allaitement. A la maternité demandez à rencontrer une personne compétente en allaitement qui pourra vous accompagner dans votre prise de décision. Souvenez-vous aussi que si vous allaitez, c’est par désir et non par devoir. Certes vous connaissez les bénéfices de l’allaitement mais il ne faut pas allaiter en se « forçant » et si certaines femmes sont mal à l'aise avec l'allaitement, ce n'est pas pour cela qu'elles seront de mauvaises mères. » 

Je vais devoir vite reprendre le travail

Notre pédiatre : « Même si vous n'allaitez votre bébé que quelques semaines, ce sera toujours bénéfique pour sa santé et la vôtre. Ensuite, il est le plus souvent possible de continuer à allaiter tout en travaillant. Selon le Code du travail, vous avez le droit à une heure par jour pour allaiter votre enfant. Si votre bébé est gardé tout près de votre lieu de travail, vous pouvez éventuellement aller le retrouver pour lui donner le sein dans la journée. Sinon, vous tirez votre lait sur votre lieu de travail, dans une pièce isolée, vous le mettez au réfrigérateur et vous le ramenez chez vous le soir dans une glacière. Il sera donné le lendemain à votre bébé par l’assistante maternelle, les employés de la crèche ou la mamie selon le mode de garde que vous avez choisi. D'ailleurs, avant de reprendre le travail, vous pouvez commencer à tirer votre lait pour faire des stocks au congélateur. Si vous ne souhaitez pas tirer votre lait sur votre lieu de travail, vous pouvez choisir l'allaitement mixte : quand vous êtes à la maison, vous donnez le sein et en votre absence, votre bébé est nourri avec du lait artificiel ou des aliments solides s'il a commencé la diversification ».

J'ai peur d'être vite débordée avec les deux aînés en plus

Notre pédiatre : « Au contraire, c'est souvent plus facile d'allaiter. La logistique est moins lourde : il n'y a pas de biberons à préparer, à nettoyer, à transporter, pas de lait à acheter... En plus, pendant que vous allaitez, vous pouvez aider l'aîné à faire ses devoirs... »

 

Question de parents :

Haut de page
Experts
Article publié le 15/05/2012 Mis à jour le 08/08/2014
Sources

Le guide de l’allaitement maternel édité par l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé) et le Ministère de la santé. 68 pages

Site internet de la COFAM (Coordination Française pour l’Allaitement Maternel)

Site internet www.santeallaitementmaternel.com

L’allaitement de la première à la dernière tétée : CD-Rom réalisé par l'AFPA (Association Française de Pédiatrie Ambulatoire) avec le concours des Lactariums de France et de l'Union régionale des médecins libéraux (URML). Tremey L, Gelbert N, Schelstraete C. 

Allaitement maternel : les bénéfices pour la santé de l’enfant et de sa mère. Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie. Coordination D. Turck. Archives de pédiatrie. Octobre 2012 ; volume 19, supplément 3 : p.S77- S96

Mémoriser Je vous recommande l'article "J'hésite toujours à allaiter, quoi faire ?" sur le site mpedia.fr