Partager

Comment aider notre fils qui régresse suite au confinement ?

il y a 2 mois

Bonjour,

Notre petit garçon de tout juste 3 ans qui était propre le jour et pour la sieste depuis l’été dernier connaît une régression depuis quelques semaines.
Les accidents (pipi dans le slip) en journée deviennent très fréquents. Pas d’accident à la sieste en revanche.
Ces accidents sont apparus au cours du confinement. Si on l’emmène régulièrement aux toilettes, on peut les éviter mais si on le laisse gérer soit il oublie en jouant (ce qui n’était pas le cas avant) et le slip est déjà mouillé quand on finit par l’emmener aux toilettes car on a un doute, soit il finit par aller aux toilettes de lui-même mais nous signale que le slip est mouillé comme pour attirer notre attention ou le retire et le laisse traîner. Quand on lui demande pourquoi il n’est pas allé aux toilettes quand il a senti le pipi venir il répond « c’est un petit accident », « c’est des petites gouttes »… Nous ne savons pas comment réagir à ce moment là et quoi lui dire pour ne pas dramatiser ni trop relativiser.

On se demande par ailleurs si cette régression ne serait pas une réaction pour attirer notre attention.
Nous sommes tout deux cadres mis en télétravail 100% et tentons depuis 2 mois d’assurer au mieux de nos possibilités nos responsabilités en même temps que la garde et l’apprentissage de nos deux enfants de 3 ans et 6 ans (dont les 2/3h par jour de cours de CP pour la grande). Mais nous ne sommes pas en mesure de leur donner l’attention et la stimulation qu’ils doivent recevoir. Notre fils vient des fois nous voir alors que nous sommes au téléphone ou en train de travailler sur nos ordinateurs en disant “je m’ennuie”, “je suis tout seul”…

Comment réagir à ces accidents et à cette régression ? Que lui dire quand il y a pipi dans le slip ? Quels mots employer ? Pouvez-vous nous guider pour passer cette épisode ?

Nous avons l’impression que le manque de stimulation n’aide pas non plus son langage qui stagne avec une prononciation qui reste aléatoire (“Re”=”ye” ou “le”, “ch” et “sse”=”te” comme tat pour chat, “fr”=”tr” comme traise pour fraise…) même si le pédiatre vu à 3 ans n’a pas semblé inquiet pour le langage et nous a dit qu’il était trop tôt pour de l’orthophonie.

Notre fille doit reprendre l’école 2j/semaine mais nous n’avons malheureusement pas eu de place pour remettre notre fils à sa crèche…
Il était pour nous crucial qu’il puisse reprendre une vie sociale et son apprentissage à la crèche avec des enfants de son âge et des animateurs en mesure de lui accorder le temps et la stimulation nécessaires à son bon développement. C’est donc un coup dur.

Malgré tous nos efforts il nous est malheureusement difficile de tout mener de front et de le stimuler comme il se doit.

Merci par avance pour vos précieux conseils.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Monsieur,

Votre situation décrit très bien ce que vivent de très nombreux parents depuis 2 mois…. Et votre texte comprend les questions mais aussi les réponses ….

Effectivement je pense que , mais c’est inconscient, votre petit garçon cherche à vous solliciter par son pipi. Vous êtes mis en situation d’y penser pour lui ou de le changer. Sur cette question précise je crois qu’il ne convient pas d’y penser pour lui mais de lui donner plus d’attention autrement, nous y reviendrons. Ne pas gronder, ne pas négliger non plus : cela doit rester au constat désolé ” mince !  tu as encore fait pipi dans ton slip.  Allez viens,  porte-le au linge sale et viens en prendre un autre et mets-le tout seul je te regarde, montre moi comment tu es fort ”

La  question qui reste à résoudre est ” comment s’occuper plus de cet enfant ?” ou plutôt, sans s’en occuper plus, de façon directe je veux dire,  comment lui montrer qu’on est un peu disponible et non pas toujours devant un ordinateur ou les devoirs de sa sœur… C’est la grande question du confinement … Et je suis sûre que vous y avez déjà mûrement réfléchi avec votre conjointe. Alterner à deux du temps-enfants et du temps-travail. Celui qui travaille s’enferme dans une pièce dédiée si vous le pouvez , il sera ainsi concentré et optimisera son temps. Maintenant il fait beau et on peut sortir donc l’autre parent peut même quitter la maison avec le petit garçon  . Sacrifier quelques soirées ou matins tôt au travail pour le bien des enfants mais sans trop empiéter sur la nuit ni se priver de sommeil. Ce n’est pas satisfaisant bien sûr mais à situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles. Les enfants sont prioritaires sur les soirées des parents….

Vous voyez je n’ai pas de solution miracle ….mais cet enfant, oui, a besoin de temps pour lui et surtout il a besoin de parents psychiquement disponibles pendant ce temps là et non pas préoccupés par le travail.

En ce qui concerne les stimulations, les parents sont bien plus stimulants qu’une nounou et faire un gâteau avec son papa, ou couper des courgettes bien plus stimulant qu’un puzzle ….

En ce qui concerne le langage je suis absolument de l’avis de son pédiatre : à 3 ans seul le vocabulaire compte mais pas du tout la prononciation.

Bon courage , nous sortirons de cette folle période et votre garçon n’en sera pas perturbé.