Partager

Angoisse séparation 21 mois après absence prolongée : que faire ?

il y a 7 mois

Bonjour,
Je fais à nouveau appel à vos lumières car vous m’aviez bien aidé lorsque mon bébé était plus petit.

Aujourd’hui, mon fils a 21 mois. Il a une grande sœur de 3 ans et demi et un papa aimant.

Je suis partie une semaine avec ma fille à l’étranger pour rejoindre ses grands-parents pour une fête familiale. Mon mari n’ayant pas de congés et la destination étant située à 12 h d’avion, je n’ai pas été en mesure d’emmener mon dernier.

Tout s’est bien passé pendant la semaine, mes beaux parents sont venus aider mon mari. Il était très agréable, a fait des siestes et dormi comme habituellement, sans pleurs. Il se réveillait même plus tard que d’habitude parfois.
Je suis partie en suivant les recommandations du pédiatre, après lui avoir expliqué et dit au revoir le matin.

Depuis mon retour, c’est la catastrophe. Il présente une angoisse de séparation majorée. Dès que je pars au travail ou dans une autre pièce c’est le drame. Parfois, il joue dans son parc, son père et sa soeur à côté, et il se souvient que j’existe et se met à pleurer très fort en me réclamant alors que je suis en haut.

Le soir au coucher, il ne veut plus dormir dans son lit à barreaux. J’ai essayé de le rassurer, le bercer, aller le voir graduellement… rien ne semble fonctionner. Il est capable de pleurer vraiment longtemps. Pourtant, à la sieste, avec la nounou, il s’endort tranquillement…

Les premiers jours de mon retour, il acceptait uniquement de dormir dans grand lit de la chambre d’ami. Il s’y endort même sans ma présence, donc j’ai du mal à comprendre le bénéfice qu’il en retire.
Dans un second temps, j’ai réussi à lui installer un matelas au sol dans sa chambre. Depuis trois jours, il accepte de s’y endormir, après plusieurs rappels comme pour vérifier que je suis là et tentatives d’accéder à la chambre d’ami. Le souci est qu’il se réveille en deuxième partie de nuit entre 4h et 6H.
Lorsque c’est après 6h30, c’est ok car c’est son heure de réveil (même si plus tôt que d’habitude).
Avant, je sais que ce n’est pas la fin de sa nuit. Il m’appelle, me réclame. Je lui explique calmement qu’il doit rester sur son matelas. Il veut impérativement sortir de la chambre, soit aller sur le canapé, soit dans le grand lit.
Epuisée, je finis par céder. Ce qui est étrange, c’est qu’il s’endort sans moi dans le grand lit.

Je lui ai même proposé de dormir avec lui dans sa chambre sur le matelas, pensant le rassurer mais il ne veut pas, ce qu’il veut c’est en sortir.

Comment interpréter ce comportement ?
Que dois-je faire ? J’aimerais qu’il dorme dans sa chambre, une nuit complète. Il en est capable car avant mon départ il n’avait pas de réveils nocturnes, sauf maladie.

Clairement, il y a une part qui est liée à mon absence et je culpabilise beaucoup.

Dois-je refuser de le transvaser en fin de nuit (d’ailleurs au tout début c’était vers 1h du matin) au prix de pleurs à mon avis assez long (il a la dent très dure). Ou dois-je continuer à le transvaser en espérant que ça finira par passé ? Je précise qu’au début il veut toujours autre chose (ne pas dormir sur le matelas) mais finit par “diminuer” ses exigences pour accepter l’alternative que je lui propose après m’être fâchée (typiquement, au coucher il n’accepte pas tout de suite le matelas et tente de négocier le grand lit, quand il voit que je suis fâchée, et lui dit soi c’est le matelas, soit le lit à barreau, il finit par s’endormir).

Je suis perdue sur la démarche à adopter et vous remercie pour votre avis.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour,

Je crois vraiment qu’il ne faut pas vous prendre la tête et qu’il faut aller au plus simple !

Oui votre enfant a été déstabilisé par votre absence. Et alors ? Est-ce une raison pour vous sentir coupable alors que justement, vous avez pris toutes les précautions raisonnables et qu’il était dans les meilleures conditions possibles pour palier votre absence ? Ce voyage n’a-t-il pas été une richesse pour la grande et vous ? N’était-ce pas justement un moment privilégié à vous deux ? Elle aussi a droit à des moments d’exception ! Et puis, ces occasions de séparation, aussi bien encadrées que vous l’avez tous fait, font grandir même si elles déstabilisent un peu. Alors surtout ne regrettez rien bien au contraire. Il va « métaboliser » d’autant plus vite et mieux que vous serez tranquille vous-même.

En ce qui concerne le lit : oui je pense qu’il a besoin d’un lit normal et ne veut plus de lit à barreaux. Habituellement ce changement est réclamé par l’enfant à 2 ans, votre fils en a besoin maintenant. Surtout faite au plus raisonnable et au plus simple : couchez-le dans sa chambre sur le matelas par terre tant qu’il n’a pas son grand lit et dans la nuit, quand il appelle, mettez-le là où il veut aller c’est à dire dans le grand lit de la chambre d’ami. Au « pire » si le coucher est trop difficile mettez-le d’emblée dans le lit de la chambre d’amis. Qu’est-ce que ça peut bien faire ?  Tout est bon à mon avis pour éviter les crises et les fâcheries ! Parce que je suis sûre que quand il aura son grand lit et aura « digéré »  tranquillement votre absence, tout rentrera dans l’ordre.