Partager

Mon enfant a de la fièvre, que faire ?

Mis à jour le 21 septembre 2015 Dr François CORRARD

1

La compréhension de la fièvre s’est profondément transformée ces dernières années. L’avancée des connaissances permet de centrer l’attention des parents, non plus sur la hauteur de la fièvre, une réaction positive et sans danger de l’enfant, mais sur son inconfort éventuel qui justifie un traitement et surtout sur le pourquoi de la fièvre, c’est-à-dire sur la maladie elle-même qui justifie souvent une consultation médicale.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

A partir de quelle température et comment la mesurer ?

Un enfant a de la fièvre lorsque sa température rectale atteint et dépasse 38°C. La prise rectale, avec un thermomètre électronique à sonde flexible mesure la température interne, la température la plus fiable. Un peu de vaseline facilite son acceptabilité. Chez l’enfant plus grand, après l’âge de 2 ou 3 ans, lorsque cette méthode est moins bien acceptée, le thermomètre auriculaire à infra-rouge devient utile. Les autres modes de mesures (sous l’aisselle, sur le front, sur l’artère temporale, dans la bouche) bien que pratiques, mesurent la température superficielle du corps et ont peu d’intérêt.

A quoi est due la fièvre ?

La fièvre est une réponse du système immunitaire de votre enfant à une agression. De manière autonome, il mobilise ses défenses en augmentant sa température interne. La fièvre est donc le témoin de sa réponse immunitaire. Elle est le signe d’un enfant qui réagit bien.

La fièvre est-elle dangereuse ?

On l’a longtemps cru, en pensant qu’elle était responsable de crises convulsives, des changements de comportement de votre enfant. Les nouvelles connaissances ont transformé cette façon de comprendre la fièvre. La fièvre n’est pas responsable de tous ces événements. Cette petite augmentation de la température corporelle (5 à 10% environ) n’est pas dangereuse.

La fièvre est-elle intéressante ?

OUI, la fièvre peut augmenter les défenses de votre enfant et diminuer la multiplication des virus, la principale cause des fièvres. La faire baisser systématiquement comme l’on faisait avant, peut augmenter la persistance de virus dans l’organisme. Respecter la fièvre, c’est respecter son enfant.

Y-a-t-il des situations où je dois la faire baisser ?

Elles sont exceptionnelles. La fièvre consomme de l’énergie et nécessite de l’oxygène. Lorsque votre enfant a une maladie pulmonaire très gênante (bronchiolite) et de la fièvre, il vaut mieux la faire baisser. Enfin, il existe des anomalies hormonales (insuffisance cortico surrénales) ou du sang (drépanocytose), rares et détectées très tôt dans la vie, qui obligent à faire baisser la fièvre. Les parents de ces enfants sont prévenus de ce qu’il faut faire. Dans l’immense majorité des cas, la fièvre est respectable.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  • Les recommandations françaises (déc 2004)

http://ansm.sante.fr/S-informer/Presse-Communiques-Points-presse/Le-traitement-de-la-fievrechez-l-enfant

  • Les recommandations américaines

Fever and antipyretic use in children. Section on Clinical Pharmacology and Therapeutics; Committee on Drugs, Sullivan JE, Farrar HC. Pediatrics. 2011 Mar;127(3):580-7.

  • Les recommandations anglaises

NICE guideline : feverish illness in children – assessment and initial management in children younger than 5 years. Davis T. Arch Dis Child Educ Pract Ed 2013 ;98 :232-235

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.