Mon enfant dit non

Article : Entre 1 et 3 ans : affirmer peu à peu son identité

Entre 1 et 3 ans, votre enfant va établir les bases de l’affirmation de soi. C’est une période très riche pour lui puisqu’il explore son environnement, apprend à parler, marcher et à être propre, tout en découvrant, aussi, frustrations et interdits. L’âge du « non » correspond donc à une étape importante de son développement au cours de laquelle votre enfant va progressivement s’affirmer.  

S’affirmer dès la naissance

Dès sa naissance, votre enfant manifeste sa présence. Il éprouve des émotions, réclame de l’affection, cherche votre contact, suscite votre attention. Ainsi, avant même de savoir parler, et de pouvoir dire « non », votre nourrisson possède la capacité de s’affirmer et de faire connaître ses attentes et besoins. Pour cela, dès ses premiers mois, il utilise un langage propre. Ce ne sont pas encore des mots, mais toute une palette de manifestations passant par la modulation de ses babillages, ses pleurs, mais aussi ses regards, ses mimiques faciales, ses gestes, bref, tout ce qui traduit sa présence en tant qu’individu interagissant avec autrui, en sachant que chaque enfant possède ses propres particularités et différences. 

Entre 1 et 3 ans : s’affirmer et dire non.

Entre 1 et 3 ans, votre enfant va connaître une période très riche pour son développement moteur, intellectuel, social, affectif et psychologique. En effet, durant cette phase, les enfants éprouvent encore ce que les médecins appellent la « toute-puissance infantile », une sensation de maîtrise de soi et de son environnement un peu magique. Dans le même temps, c’est un moment où, pour votre petit, l’univers s’ouvre et les limites se repoussent, avec les débuts de l’apprentissage sphinctérien et de la propreté, les premières étapes de la motricité, jusqu’à une bonne maîtrise de ses déplacements et mouvements. Parallèlement, il apprend à parler et à enrichir son vocabulaire. Ces différentes facettes de sa croissance lui permettent alors de développer une autonomie grandissante et un désir nouveau d’exploration. Par ailleurs, c’est en repoussant ainsi les limites de son univers, que votre bébé va découvrir les frustrations et les interdits qui découlent de cette entrée dans la socialisation. C’est alors le début de « l’âge du non », étape essentielle et incontournable du développement psychoaffectif de chaque enfant. En disant non, votre enfant comprend qu’il a le pouvoir de s’affirmer, d’être entendu et pris en compte en tant qu’individu doté de sa propre identité. 

Comment trouver un équilibre ?

L'affirmation de soi est une question de juste équilibre entre la nécessité de se faire respecter, tout en respectant les autres. Elle implique d’être capable de dire son opinion, de formuler ses besoins, d’exprimer ses sentiments, et ainsi de les faire connaître et partager par autrui, tout en étant soi-même à l’écoute de l’autre, c'est-à-dire réceptif à ses avis, attentes et ressentis. C’est la base de l’échange réciproque, égalitaire et donc de la vie en société.

Ainsi, entre 1 et 3 ans, lorsque votre enfant manifeste son refus, essayez toujours de comprendre pourquoi il vous dit « non ». En effet, il n’est pas rare que le « non » de votre enfant signifie « oui », votre bambin cherchant simplement à susciter votre attention, tester votre réaction, éprouver les limites de son environnement et mieux comprendre les règles du monde qu’il découvre pas à pas.

Dès lors, par la prise en considération de cette expression d’une opinion personnelle, votre enfant va se percevoir comme un être différent des autres, pensant par lui-même et capable d’échanger et partager avec autrui.

C’est alors le début d’une belle aventure dans laquelle vous aurez plaisir à le guider et l’accompagner ! 

Question de parents :

Dans tous les cas, dire « non » pour un enfant, c’est aussi et surtout lui permettre de pouvoir mieux dire « oui » après ! Cela fait partie d’un apprentissage essentiel. Alors ne soyez pas inquiets, votre enfant ne vous rejette pas, bien au contraire… Accompagnez-le simplement en lui montrant les limites et interdits que chacun (parent, comme enfant) se doit de respecter, en lui réaffirmant votre affection. C’est ainsi qu’il développera ses compétences et son autonomie. Bien évidemment, en fonction de chaque enfant, cette étape du développement pourra s’avérer douce ou, au contraire, beaucoup plus tumultueuse.
Experts interviewés :
Article publié le 21/01/2013 Mis à jour le 11/07/2014
Sources :

Interview du Dr Laurence Racle (pédo-psychiatre)

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages