Partager

Jusqu’à quand laisser pleurer un bébé de 3 mois ?

il y a 5 mois

Bonjour,
On entend beaucoup l’injonction « il ne faut pas laisser pleurer un bébé » et la référence aux récentes découvertes liées aux neurosciences et à l’impact que les pleurs peuvent avoir sur le développement cognitif du bébé.
Du coup je m’interroge : à quel moment les pleurs d’un bébé sont-ils vraiment mauvais pour lui ?
Je me torture avec cette question et je culpabilise beaucoup car pour lui apprendre à dormir la nuit dans son lit et dans sa chambre, mon mari et moi avons suivi les conseils d’amis et avons laissé pleurer notre bébé de presque 3 mois. Voilà comment ça s’est passé : nous avons mis en place un rituel du coucher, nous lui avons expliqué qu’il devait dormir seul dans son lit, nous l’avons posé dans son lit après câlins, bisous et mots doux et nous avons quitté la chambre. Puis au bout de quelques minutes de pleurs (plus ou moins forts en fonction des soirs) nous sommes revenus le rassurer (chanson, câlins dans son lit et parfois dans nos bras). Puis rebelote pendant une dizaine de minutes. Jusqu’à 15 minutes si les pleurs étaient faibles. Ces « sessions pleurs/câlins » ont pu parfois durer jusqu’à 45 minutes avant qu’il s’endorme enfin. Au bout d’une petite semaine, nous avons pu le poser dans son lit après le rituel sans aucun pleur et cela dure depuis plus de 2 semaines maintenant.
Est-ce que nous avons fait du mal à notre fils ? Va-t-il avoir des problèmes de développement à cause de notre comportement ?
Je précise qu’il est en bonne santé, allaité, et que nous répondons toujours à ses pleurs le jour et la nuit (sauf quand ça concerne les réveils nocturnes où l’on attend un peu avant de répondre). C’est un bébé qui a toujours été très difficile à poser une fois endormi dans nos bras ou au sein. L’écharpe et la poussette ont longtemps été une bonne solution en journée mais ça devient très contraignant et nous envisageons de suivre la même méthode pour qu’il dorme dans son lit lors des siestes. Seulement, j’ai peur que ça lui fasse encore plus de mal…
Merci par avance pour votre aide et vos conseils.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Je trouve que ce que vous faites est juste PARFAIT et je vous félicite de vos réflexions et remise en question.

Bien sûr que les neurosciences sont d’un apport précieux mais leur données mal interprétées entrainent des dérives tout aussi délétères que ce sur quoi elles devraient nous amener à lutter. Je veux dire par là que garder sur soi ou contre soi, en portage, en permanence, un bébé de 3 mois, ne tolérer aucun pleur ou bien se paniquer ou se culpabiliser au moindre cri, entraine des attitudes très excessives tout aussi nocives pour le bébé.

C’est vous et vous seuls qui savez comment vous y prendre avec votre bébé et vous avez décidé une attitude différente de ce qui est recommandé : le mettre déjà dans sa chambre et le laisser crier alors qu’il est recommandé qu’un bébé dorme dans la chambre de ses parents jusqu’à 6 mois (prévention de la mort subite) et soit endormi au sein ou dans le bras. C’est vous et vous seuls qui savez si votre attitude est acceptée par votre bébé et il semblerait que oui puisque ses cris n’ont pas excédé 15 minutes et n’ont jamais été excessifs et que vous commenciez par le bercer et le câliner avent de le laisser crier pour qu’il s’endorme seul, et que au final il a appris à s’endormir seul. Bravo.

Ce que vous faites est tout à fait différent que de ne pas aller voir un bébé qui se réveille en appelant, de laisser hurler très fort un bébé pendant des heures et de le laisser crier alors qu’il vient de dormir et appelle pour qu’on le prenne ou encore de  le laisser crier beaucoup et plusieurs fois par jour. Ce qui abime le cerveau d’un bébé et est appelé maltraitance sont ces attitudes là, excessives et non raisonnées. Cela n’a rien à voir avec ce que vous me décrivez là.

Donc ne craignez rien. Vous n’avez pas fait et ne faites pas de mal à votre bébé si vous le câlinez beaucoup, si vous le bercez après la tétée et si vous lui demandez de s’endormir seul même en criant 10 minutes y compris le jour. Au delà, prenez-le et re-bercez le. Mon seul conseil : fiez-vous pour le mettre au lit, à ses signes de fatigue et non pas à votre montre. En effet le rythme des bébés est très variable jusqu’à 6 mois et ils décalent les horaires chaque jours. Ce n’est que vers 6 mois que les heures de siestes sont à peu près fixes et bougent encore par la suite mais moins vite.

Donc BRAVO madame.