Partager

Jaunisse du nouveau-né et chez l’enfant

Mis à jour le 29 mai 2022 2 de nos experts

Couveuse jaunisse

La jaunisse est très fréquente chez le tout-petit : elle concerne un nouveau-né sur trois. En langage médical, on parle d’ictère, caractérisé par une coloration jaune de la peau et des muqueuses. Bien que souvent bénigne, la jaunisse exige une surveillance étroite pour éviter toute complication.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

La jaunisse (ictère, en terme médical) est caractérisée par la coloration jaune de la peau, des muqueuses et des yeux (d’où son nom). Cette coloration est due à l’accumulation dans le sang de bilirubine, un pigment biliaire. Elle est souvent le signe d’un dysfonctionnement du foie ou de la vésicule biliaire qui peut avoir des causes très variées, l’une des principales étant l’hépatite virale. En dehors de la forme particulière du nouveau-né (voir paragraphe ci-dessous), les autres causes possibles de jaunisse sont les suivantes : cirrhose, tumeur, intoxication médicamenteuse, destruction des globules rouges (hémolyse)… Il est évidemment très important de consulter le médecin pour déterminer la cause de la maladie, afin de la soigner en conséquence. Si nécessaire, un avis spécialisé en hépatologie (les maladies du foie, en terme médical) pédiatrique doit être rapidement demandé.

Les causes chez le nouveau-né

A la naissance, le nouveau-né possède un très grand nombre de globules rouges qui vont être détruits. Un pigment de couleur jaune rougeâtre est alors libéré : il s’agit de la bilirubine. Or, le foie du nouveau-né est parfois encore immature, particulièrement chez les bébés nés avant terme. Il ne dispose pas des enzymes nécessaires pour dégrader toute cette bilirubine. L’excès de bilirubine dans le sang va ainsi provoquer un ictère dit physiologique.

Un ictère précoce et important peut se voir dans certaines situations particulières :

  • infection,
  • incompatibilité entre les groupes sanguins des deux parents (ABO ou Rhésus),
  • prématurité,
  • maladie des globules rouges…

Un taux de bilirubine très élevé risque d’endommager le cerveau du bébé, mais c’est tout à fait exceptionnel à l’heure actuelle.

Les symptômes

Chez le nouveau-né

Le taux élevé de bilirubine dans le sang entraîne une coloration jaune de la peau et des muqueuses qui apparaît d’abord au niveau du visage (blanc de l’œil et muqueuses de l’intérieur de la bouche) puis de la poitrine, de l’abdomen et parfois des bras et des jambes. L’ictère apparaît 24 à 48 heures après la naissance, parfois un peu plus tard. Il disparaît en deux à trois semaines.

Chez l’enfant

La couleur jaune du teint et du blanc des yeux sont les premiers signes de la jaunisse. D’autres symptômes permettent d’affiner le diagnostic : fièvre, urines foncées et selles de couleur claire. Lorsque la jaunisse est très intense, elle peut s’accompagner d’un prurit (sensation de grattage, en terme médical) qui perturbe la vie quotidienne du petit patient.

Les traitements

Chez le nouveau-né

En cas d’ictère léger, le bébé est simplement exposé le plus longtemps possible à la lumière du jour (mais attention, pas à la lumière directe du soleil) qui va l’aider à éliminer la bilirubine. Si la température le permet, il est déshabillé au maximum car plus la surface de peau exposée est grande et plus la dégradation de la bilirubine est rapide.

Le bébé est également nourri très fréquemment pour favoriser l’élimination de la bilirubine par les selles. On mesure régulièrement son taux de bilirubine à l’aide d’un lecteur électronique appliqué sur sa peau. Si ce taux est élevé, il est vérifié par un dosage sanguin.

L’équipe médicale peut alors décider de mettre en place un traitement par photothérapie en fonction du taux de bilirubine révélé par la prise de sang, du poids du nouveau-né, et de son terme. Celui-ci est placé nu, les yeux protégés par un masque, sous une lampe spéciale de couleur bleue.

Cette lumière bleue va aider plus efficacement que la lumière naturelle le bébé à dégrader les pigments en les rendant solubles, ce qui favorise leur élimination urinaire. L’efficacité de cette technique est dépendante de la surface de peau exposée à la lumière et a été considérablement améliorée avec les nouveaux appareils de photothérapie (tunnels).

L’exsanguino-transfusion, c’est-à-dire le remplacement du sang de votre bébé, est devenue exceptionnelle. Chez le jeune nourrisson, une jaunisse qui persiste plusieurs semaines après la naissance ne doit jamais être négligée ou banalisée : il peut s’agir en effet d’une malformation grave et chirurgicalement curable, appelée l’atrésie des voies biliaires extra-hépatiques (absence d’écoulement normal de la bile du foie vers l’intestin par l’intermédiaire des canaux biliaires, qui sont obstrués).

Chez l’enfant

Le médecin procède à un examen clinique complet avant de demander un bilan sanguin (éventuellement complété d’une échographie, d’une radiographie abdominale, d’une bili-IRM, voire d’une biopsie du foie) pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une jaunisse, et en trouver l’origine. Une fois la cause de la maladie découverte, un traitement adapté est prescrit (médicamenteux ou chirurgical selon le cas).

Les mesures de prévention

Il est important de veiller à ce que le nouveau-né tète le plus précocement possible et qu’il s’alimente bien. S’il est nourri au sein, n’hésitez pas à solliciter l’aide des professionnels de la maternité. Ils sauront vous dire si vous êtes bien installée et si votre bébé tète correctement. Mettez-le au sein le plus souvent possible. C’est le meilleur moyen de satisfaire ses besoins et d’avoir assez de lait les premiers jours. N’attendez pas qu’il réclame. Vous pouvez le mettre au sein quand il est calme et éveillé, il réussira plus facilement à téter.

Il est recommandé de vacciner les jeunes enfants contre l’hépatite A et surtout l’hépatite B, souvent à l’origine de la jaunisse. Ces vaccinations sont sans danger. Voir sur le site Infovac-France, Ligne directe d’informations sur les vaccinations.

Le conseil du pédiatre

« Si le bébé mange tôt – dans la demi-heure qui suit l’accouchement dans l’idéal – on n’évitera pas forcément l’ictère mais celui-ci sera moins sévère. »

Cet article vous a-t-il été utile ?

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

“Le Grand livre de ma grossesse”, sous la direction du professeur Jacques Lansac, éditions Eyrolles, 2011.

Pr Dominique Turck, spécialiste de gastro-entérologie et nutrition pédiatrique, Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de médecine, Université Lille 2, Lille

“Pédiatrie pour le praticien”  A. Bourrillon – 6e édition – 2011 – Masson éditeur – 832 pages.

« Guide des vaccinations », édition 2012, Direction générale de la santé, Comité technique des vaccinations.

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Bonjour,

La rubrique est exceptionnellement fermée en raison du pont et rouvrira le lundi 30 mai à partir de 9h00.
Pour tout ce qui concerne la santé de votre enfant, nous vous conseillons de prendre RDV directement avec le médecin de votre enfant.
En cas d’urgence médicale, composez le 15.

L'équipe mpedia.