Partager

Les acides gras dans l’alimentation de bébé 0 – 3 ans

Mis à jour le 12 janvier 2021 Dr Alain BOCQUET

1

Il existe 2 acides gras essentiels (AGE) sous formes d’oméga 3 et oméga 6. On dit qu’ils sont essentiels car ils doivent absolument être apportés par les matières grasses de l’alimentation de votre bébé car l’organisme n’est pas capable de les fabriquer. Ces AGE pourront être transformés par l’organisme en acides gras poly-insaturés à longues chaines (AGPI-LC). Ceux-ci interviennent dans différents métabolismes, mais sont surtout indispensables au bon développement cérébral et sensoriel.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

AGE et AGPI-LC : qu’est-ce que c’est ?

Dans chaque famille oméga 6 et oméga 3, on distingue un acide gras essentiel précurseur (AGE) et un (ou deux) dérivés supérieurs : les acides gras polyinsaturés à longue chaîne (AGPI-LC).

Les acides gras essentiels précurseurs (AGE)

Les AGE sont des molécules à 18 atomes de carbone. On les retrouve dans les omégas 6 sous forme d’acide linoléique (AL), et dans les omégas 3 sous forme d’acide alpha linolénique (ALA).

Les acides gras polyinsaturés à longue chaine (AGPI-LC)

Les AGPI-LC sont des molécules à 20 ou 22 atomes de carbone. Il s’agit donc de dérivés supérieurs. Ils comportent des doubles liaisons d’où leur nom : “insaturés”.

Pour les omégas 6, c’est l’acide arachidonique (ARA), tandis que pour les omégas 3 ce sont l’EPA (acide eicosapentaénoïque) et le DHA (acide docosahexaénoïque).

Leurs rôles

Comme expliqué précédemment, les AGE jouent un rôle clé dans la fabrication des AGPI-LC.

Les AGPI-LC, quant à eux, ont une importance majeure dans le développement cérébral et sensoriel, si bien que l’ajout de DHA devenu obligatoire depuis 2020 dans les laits infantiles (règlement européen : EU 2016/127). L’ajout d’ARA reste facultatif, bien que vivement recommandé par les scientifiques. Ils jouent aussi un rôle dans de nombreuses fonctions physiologiques comme l’agrégation des plaquettes, la réponse inflammatoire, la migration leucocytaire, la vasoconstriction et la vasodilatation, la pression artérielle, la broncho-dilatation, les contractions utérines et l’apoptose. Un effet bénéfique dans la prise en charge des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité a été rapporté [5].

Où les trouve-t-on ?

Les AGE ne peuvent pas être fabriqués par l’humain, ils doivent donc être apportés par l’alimentation – d’où leur qualificatif « essentiels ».

L’enfant, à terme, est capable de fabriquer les dérivés supérieurs (AGPI-LC) à partir des précurseurs (AGE), sous l’action d’enzymes qui vont augmenter la taille de la molécule (élongases) et lui apporter des doubles liaisons (désaturases).

Les enfants nourris au sein reçoivent dans le lait de leur mère des quantités notables d’AGPI-LC sans avoir à les fabriquer… D’où la recommandation de l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) et de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de les ajouter dans les laits infantiles.

Les AGE : Dans les huiles végétales

On trouve les précurseurs dans les huiles végétales. Il faut un bon équilibre entre oméga 6 et oméga 3 car un excès d’oméga 6 augmenterait le risque d’obésité et de maladies métaboliques. Les huiles qui apportent le plus d’AGE et avec un bon rapport oméga 6 / oméga 3 sont les huiles de colza, de noix et de soja ; alors que les huiles de tournesol, maïs, arachide, et pépins de raisin, apportent beaucoup d’oméga 6 et très peu d’oméga 3. L’huile d’olive, quant à elle, n’apporte que très peu d’oméga 6 et 3.

Les AGPI-LC : Dans les poissons

On trouve les dérivés supérieurs principalement dans les poissons, surtout dans les poissons gras (saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée) et dans certaines algues. Alors que le DHA ne se trouve pratiquement que dans les huiles de poisson, l’ARA est aussi présente, mais en quantité plus modeste, dans d’autres aliments comme la viande et les œufs.

Quantités recommandées d’AGE et d’AGPI-LC

Les quantités recommandées (par jour) par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire pour l’alimentation, l’environnement et le travail), depuis 2011, sont les suivantes pour les bébés de 0 à 3 ans

Ces recommandations sont par ailleurs proches de celles émises par la FAO (Food and Agriculture Organization for the United Nations) / OMS*.

Les valeurs recommandées de DHA et d’ARA sont indiquées en pourcentage du total des lipides : 0,5% pour l’ARA et 0,32% pour le DHA. Quand vous voulez connaître la teneur en AGPI-LC dans un lait infantile, vous divisez la quantité d’ARA ou de DHA en mg (valeur donnée sur l’étiquette) par la quantité de lipides en g (valeur donnée sur l’étiquette) puis vous divisez le résultat par 10.

AGPI-LC = ARA (ou DHA) mg / lipides g /10

 

Depuis 2020 les laits infantiles 1er et 2e âge doivent contenir obligatoirement du DHA à une dose comprise entre 14 et 35 mg/100ml.

Certaines marques n’ajoutent pas d’ARA dans leurs laits infantiles alors que cela est recommandé par les scientifiques, au moins dans les laits 1er âge, à une dose au moins égale sinon supérieure à celle de DHA.

Critères de choix d’un lait

Pour le choix d’un lait 1er âge, il est recommandé de préférer un lait avec :

  1. Un apport limité en protéines : Les laits 1erâge contiennent 1,2 à 1,7 g/100ml de protéines (moyenne : 1,34 g/100ml) contre 1,0 à 1,1 g/100ml pour le lait maternel. Un apport protéique excessif augmente la charge de travail pour les reins et il a été associé à un risque plus élevé d’excès de poids ultérieur.

Votre choix devrait se porter vers un lait dont le taux de protéines se situe en dessous de 1,34 g/100ml.

  1. Des acides gras poly-insaturés à longue chaîne (AGPI-LC) avec du DHA (entre 14 et 35 mg/100ml) et de l’ARA avec une teneur égale ou supérieure à celle du DHA. L’apport en AGPI-LC oméga 3 contribue à un meilleur développement neurosensoriel.

Votre choix devrait se porter vers un lait apportant ces AGPI-LC.

  1. Un apport limité en sel : Les laits 1erâge contiennent entre 16,2 et 33,8 mg/100ml (moyenne 23,5 mg/100ml) de sodium (Na) contre 16 mg/100ml pour le lait de maternel. L’excès de sel peut entraîner une élévation de la tension artérielle et une augmentation de l’appétence pour le sel.

Votre choix devrait se porter vers un lait apportant moins de 23,5 mg/100ml de Sodium (Na).

Cet article vous a-t-il été utile ?

Notes :

La FAO/OMS est un comité international mixte aussi appelé JECFA (Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives“)

  1. Briend A, Legrand P, et al. Les apports en lipides chez l’enfant de moins de 3 ans en France. Mise au point et recommandations du Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie. Arch Pediatr. 2014 ;21(4) :424-38.
  2. Chouraqui J.-P. Préparations pour nourrissons, de suite et pour enfants en bas âge. In : O Goulet, M Vidailhet, D Turck, coordinateurs. Alimentation de l’enfant en situation normale et pathologique. 2ème édition, Doin éditeurs, Paris. 2012 : 137-49.
  3. Commission Delegated Regulation (EU) 2016/127 of 25 September 2015, httPDS://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32016R0127#document1
  4. Bocquet A. et le Comité de Nutrition de la Société Française de Pédiatrie. The new European regulatory framework for infant and follow-on formulas. Archives de Pédiatrie 2020; 27: 351-3.
  5. Gillies D, Sinn J K, Lad S S, et al. Polyunsaturated fatty acids for attention deficit hyperactivity disorder in children and adolescents. Cochrane Database Syst. Rev. 2012; 7: CD007986.

 

 

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

QUIZ Vaccination infantile

Découvrez l'article

Développement de l’enfant, notre dossier spécial

Voir le dossier

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Nos pédiatres sont bénévoles et ne peuvent répondre qu'à un nombre limité de questions par jour. Le nombre maximal de questions a été atteint, n'hésitez pas à revenir sur le site ! Ce service est ouvert du lundi au vendredi midi. Pour toute question concernant la santé de votre enfant, rapprochez-vous d'un professionnel de santé. A NOTER : - Pour toutes les questions concernant le SOMMEIL, il existe déjà sur le site beaucoup de questions auxquelles les pédiatres ont déjà répondu. Etant donné que les pédiatres sont très sollicités et ne peuvent répondre qu'à un nombre limité de questions, nous vous invitons à faire une recherche sur le site avant de poser votre question.