Partager

Partir avec un bébé d’1 mois à la montagne ?

il y a 9 mois

Bonjour,

Ma fille va accoucher en janvier 2020. Nous voudrions partir en février 2020 tous ensemble bébé, les parents et 4 futurs grand-parents, plus une tante du bébé. Dans une station située à 1 000 mètres d’altitude en France. Je voudrais savoir les précautions à prendre, avec l’altitude, le froid, les maladies (bronchite, bronchiolite…). Si de partir à la montagne avec un nouveau-né est déraisonnable, ou bien en prenant quelques précautions avec la météo et les températures nous pouvons partir avec le nouveau-né et ses parents ?
Bien cordialement.

La réponse de notre expert

WERNER Andréas Dr
Dr Andréas  WERNER

Bonjour,

Des auteurs américains (Katz et al) ont publié en 2015 une étude qui démontre une petite augmentation du risque de la MIN (mort inattendu du nourrisson) au-delà de 8000 pieds, par rapport à une altitude inférieur à 6000 pieds.

L’altitude en soi n’est à priori pas un facteur de risque de la MIN, mais probablement un cofacteur chez des bébés avec d’autres facteurs de risques comme le coucher ventral, le tabagisme passif, le Co-sleeping dans certaines ethnies ou des pathologies sous-jacentes.

Au cabinet je conseille habituellement de ne pas dépasser les 1200-1500m chez les tout-petits avant 6 mois, mais sans preuve scientifique. Avec les 1000 m, qui vous indiquez, vous êtes en dessous des 6000 pieds de l’étude.

J’ai eu cependant plusieurs cas dans ma clientèle de parents qui ont interrompu des vacances en altitude avec des tout-petits pour des pleurs inconsolables et des troubles du sommeil en altitude.

Mais comme déjà dit, pas de niveau de preuve, juste un conseil personnel.

A moins de 1000 mètres, on considère qu’il s’agit d’une altitude basse, alors qu’aux environs de 2000 mètres, on parle d’altitude moyenne.

Problème de température.

En hiver il faut se méfier du soleil, mais en plus du froid, surtout que votre bébé, contrairement à vous, ne bouge pas… Attention à la circulation dans les membres si vous utilisez un porte-bébé. Réservez les promenades aux meilleures heures ensoleillées de l’après-midi, mais limitez les sorties s’il gèle, surtout s’il y a du vent.

A 2000 mètres, l’oxygène diminue très légèrement. On ne ressent une gêne qu’à l’effort, et les bébés ne seront pas concernée. Le MAM (mal aiguë des montagnes) existe au-dessus de 3000 mètres (Pic de l’aiguille du Midi). Dans ces circonstances, il faut être très vigilant, car les signes sont très atypiques chez le nourrisson et l’enfant.

Le barotraumatisme est dû à une variation rapide d’altitude et de pression (remontée mécanique, voiture) : il se traduit par des otalgies (douleurs de l’oreille) et peut aller jusqu’à la perforation tympanique.

Il est favorisé par les pathologies ORL (rhinopharyngite en cours, répétées, antécédents d’otites aigues, otite séro-muqueuse). L’exemple le plus typique est l’otalgie provoquée par la descente très rapide du téléphérique de l’aiguille du midi à Chamonix.

Il est conseillé de faire des paliers (500 mètres) et donner à boire à votre bébé (sein ou biberon) pour le faire déglutir et ainsi détendre ses tympans.