Partager

Mon enfant refuse de s’endormir depuis la naissance de son petit frère, que faire ?

il y a 9 mois

Bonjour,
Ma fille de deux ans et demi n’a jamais eu de problème d’endormissement, au contraire elle faisait des siestes de 3h l’après-midi et pouvait dormir jusqu’à 9h30 le matin si on ne la réveillait pas (en se couchant à 20h30).
En septembre un soir, elle a vu un éclair par sa fenêtre. Cette nuit là elle n’a pas réussi à trouver le sommeil avant 23h30. Les semaines suivantes elle avait besoin de beaucoup de réassurance le soir et de notre présence un petit temps avant d’accepter de dormir.
Puis à la fin de l’année, au cours des deux derniers mois de ma grossesse elle commençait à se lever de son lit et nous attendait en rigolant dans le couloir. Nous devions intervenir deux à trois fois et attendre un petit temps devant sa chambre avant qu’elle ne se rendorme.
À mon début de congé maternité, nous avons arrêté le contrat avec sa nounou. Ma fille est restée seule avec moi les dernières semaines de ma grossesse. Je lui ai verbalisé mi décembre que bientôt, je devrais aller à l’hôpital avec son papa, afin que son petit frère “sorte du ventre de maman”. Je lui ai dit que nous la préviendrons quand ce jour arrivera et que papi et mamie seront là avec elle, puis que son papa retournerait à la maison.
Ma fille et moi n’avions jamais été “séparées” auparavant. N’ayant pas de famille vivant à proximité, elle n’a jamais dormi chez quelqu’un ou été gardée par une autre personne que sa nounou durant plusieurs heures.
La séparation de quelques jours s’est bien passée. Elle était toute la journée avec ses grands parents (à notre domicile) et elle voyait son papa au cours des repas et le soir pour son coucher.
Depuis la naissance de son petit frère en janvier, son rapport au sommeil s’est peu à peu détérioré. Le temps d’endormissement du soir s’est progressivement rallongé. Il y a des soirs où elle ne s’endort qu’à 23h. Nous veillons à maintenir les mêmes rituels pour son coucher (brossage de dents, lecture d’histoires, câlins, veilleuse, porte ouverte et lumière du couloir). Même notre présence auprès d’elle ne semble pas suffire. Malgré la fatigue apparente, elle refuse de s’allonger dans son lit, nous parle, se lève.. Parfois mon mari est obligé de rester auprès d’elle jusqu’à 23h, le temps qu’elle s’endorme d’épuisement. Elle réclame plus souvent son papa maintenant et peut même parfois dire “non pas maman”. Nous étions très proches voire fusionnelles avant la naissance de son petit frère. Aujourd’hui elle peut parfois avoir des réactions “de rejet”, comme si je n’étais pas la bonne personne pour la rassurer.
Nous avons tout tenté concernant les approches de son coucher, en étant plus ferme, en la laissant pleurer quelques minutes avant de revenir la voir, en la préparant à l’avance des différentes étapes de son coucher … Nous verbalisons beaucoup avec elle et ce depuis toujours. Nous lui disons que nous l’aimons, que nous serons toujours là pour elle. Son petit frère dort dans notre chambre en cododo. Nous lui expliquons que c’est dû à son jeune âge, son besoin que l’on lui donne sa sucette la nuit … Et surtout que nous avons fait pareil pour elle lorsqu’elle avait le même age..donc que tout comme elle, quand il sera plus grand il dormira dans sa chambre à lui. Je lui rappelle que l’on s’occupe de son petit frère mais aussi d’elle. Nous verbalisons que ça ne doit pas être facile pour elle d’entendre souvent son petit frère pleurer, que ça n’est pas facile mais qu’un jour elle pourra jouer avec son frère et elle sera contente de cette relation. Toutefois pour le moment elle ne peut pas en profiter. Nous lui disons que la présence de son petit frère n’affecte en rien notre amour et notre attention pour elle. Nous verbalisons aussi que nous voyons son mal-être, que c’est compliqué pour elle de réussir s’endormir, mais que nous sommes là et que nous allons tout faire pour que ça aille mieux.
Nous veillons la journée à passer du temps seul avec elle, à lui proposer des choses qu’elle aime afin d’alléger son quotidien.
Depuis deux semaines, ses difficultés d’endormissement concernent également la sieste. Il y a des jours où elle ne s’endort pas avant 15h30 et d’autres où c’est refus de dormir catégorique. Alors qu’il y a un mois encore, elle pouvait dormir jusqu’à 2h30.

Que pouvons-nous faire pour l’aider au mieux ? Pouvez-vous nous confirmer que cela n’est que transitoire et que bientôt elle parviendra à trouver un nouvel équilibre ?
Merci par avance pour les conseils que vous pourrez nous apporter.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Votre dernière question est assez amusante “comment pourrais-je vous confirmer que ces troubles du sommeil sont transitoires et que bientôt elle trouvera un nouvel équilibre”. Non je ne peux pas vous le confirmer à cause du “bientôt”. Ce que je peux vous confirmer c’est qu’effectivement, ces troubles seront transitoires et qu’un jour votre fille dormira bien. Ça c’est certain. Mais je ne sais pas si c’est dans un mois ou dans 1 an…

Ce qui m’apparait, à vous lire, c’est que je pense que vous manquez certainement de fermeté vis à vis de cette petite fille. Il vient de lui arriver une chose merveilleuse : la naissance d’un bébé dans sa famille. Bien sûr cela impose un chamboulement de la vie, bien sûr cela n’est pas toujours drôle d’être détrôné, bien sûr elle ressent de la jalousie mais tout cela est parfaitement normal et lui apprend la vie ! La famille n’est jamais qu’une micro-société et on y apprend à gérer toutes ses émotions, amour et jalousie compris, ce qui sera fort utile ensuite dans sa vie professionnelle ou familiale.

Je trouve que vous prenez beaucoup de précautions pour lui dire que vous l’aimez (ce que j’espère qu’elle sait sans qu’on le lui dise) et pour tout lui expliquer vis à vis de son petit frère et c’est parfait ! Inutile de revenir dessus c’est dit.

En revanche à aucun moment vous ne me dites que vous lui avez dit à quel point elle vous ennuie à vous priver ainsi de vos soirées. Vous ne me dites pas lui avoir dit avec beaucoup de fermeté que vous étiez épuisés et en aviez vraiment mais alors vraiment assez et qu’il vous semblait complètement ridicule de passer tout ce temps debout à la porte de sa chambre.

Les troubles de l’endormissement existaient bien avant la naissance de son frère et il ne faut donc pas les rapporter forcément à cette naissance.

Non franchement je crois que vous verbalisez vraiment trop et qu’à trop comprendre et à trop expliquer on crée le problème. Votre enfant a certainement besoin d’un cadre moins complaisant et plus ferme alors même que vous culpabilisez beaucoup de lui avoir mis ce petit frère en travers du chemin.

Alors prenez les choses au premier degré : le bébé est là et elle a le droit d’être un peu en colère et chamboulée mais elle n’a absolument pas le droit de vous embêter le soir.

Si vous êtes convaincus vous serez convaincants et elle comprendra qu’elle doit se “soumettre”.

Je suis sûre que trop de complaisance angoisse les enfants et que la bienveillance n’est jamais efficace sans fermeté.

Bon courage.