Partager

Comment aider ma fille de 1 an à dormir seule ?

il y a 7 mois

Bonjour,

Je reviens vers vous concernant ma fille de 1 an qui ne veut pas dormir seule dans sa chambre. J’ai suivi vos conseils de lui faire faire les siestes d’abord, d’y aller petit a petit, mais même pour les siestes elle hurle, crie sans s’arrêter. Je la reprends au bout de 20 minutes et la fait dormir dans son parc en bas où elle a l’habitude de faire ses siestes et là elle dort de suite sans pleurer. Pour la nuit elle dort dans son lit qui est à côté du nôtre. La journée on joue aussi avec elle dans sa chambre histoire de la familiariser un peu. Avez-vous d’autres astuces pour que notre puce puisse dormir dans sa chambre ? Où faut-il attendre qu’elle veuille y aller d’elle-même ? Merci.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Vous avez deux solutions : la très douce qui est d’attendre qu’elle veuille bien … et ça risque de prendre des mois, voire des années… La plus ferme qui est de l’y mettre d’autorité parce que vous l’avez décidé est que normalement ce sont les parents qui décident de ce qui est bon pour un enfant et pour eux.

A partir du moment où vous avez décidé, il faut être bien sûrs de vous et bien déterminés car un enfant sent très très bien ce qui est derrière le discours des parents bien plus que le discours lui même. Vous pouvez avoir un discours ferme mais au fond de vous êtres prêts à céder et l’enfant le sens très bien. Vous pouvez avoir un discours calme bienveillant mais ferme et si vous êtes vraiment décidé à obtenir ce que vous souhaitez l’enfant sait qu’il ne pourra pas vous faire changer d’avis .

Et à ce moment là quand vous lui avez bien tout expliqué, vous revenez la voir si elle crie mais vous ne la prenez plus et vous la laisser crier sans vous en émouvoir. Elle a été prévenue, vous y êtes retournés 2 ou 3 fois et à la dernière fois vous lui avez signifié que vous n’y reviendrez plus.

Surtout n’oubliez pas qu’il ne faut pas gronder, pas crier, juste être ferme. N’oubliez pas non plus que la fermeté rassure beaucoup les enfants alors que la sévérité les effraie et une trop grande bienveillance sans fermeté peut les angoisser par manque de cadre rassurant sur lequel s’appuyer pour grandir.