Partager

Précocité à 4 ans ?

il y a 3 ans

Bonjour,

Nous sommes une famille des Hauts de France, et nous nous posons quelques questions sur la précocité éventuelle de notre fils de bientôt 4 ans.

Bien que renseignés à l’aide de différentes lectures trouvées sur Internet dans un premier lieu, il n’en demeure pas moins que le comportement et caractère de notre enfant nous laisse parfois perplexes et démunis. S’agissant de notre premier enfant, il est parfois difficile de savoir réellement si nous ne nous faisons pas un film, si il y a une réelle précocité, ou si c’est un enfant qui est stimulé à la maison.

Notre fils a dès la naissance eut un regard scrutateur, quasiment “accusateur”, avec les sourcils froncés, et ce au bout de quelques heures (sa première photo à la maternité peut en témoigner), a marché a 18 mois sans passer par l’étape du 4 pattes, à parler tôt et ce parfaitement bien malgré un mignon cheveux sur la langue qu’il a toujours.
Il veut régulièrement nous accompagner dans nos activités “de grands”, comme le bricolage, ménage, jardinage par exemple, en posant sans cesse des questions : “c’est quoi ça ? Pourquoi tu fais ça comme ça ? A quoi ça sert ?”, il est impossible pour papa de tondre la pelouse sans sa présence sous peine d’une crise de pleurs intense et incontrôlable…

A l’école, en Toute Petite Section, la maîtresse nous a dit qu’il était bon élève et que : “c’est dommage qu’il soit du mois de janvier, car à quelques jours près, il aurait pu être en petite section et s’en sortir très bien.”
Avec ses camarades, d’après ses dires, il n’est pas forcément seul, nous parle d’élèves plus grands sans en être proche, mais à une quasi fascination pour les élèves les plus “turbulents” de sa classe, nous relatant les bêtises qu’il fait et même par moment jusqu’à s’accuser lui-même d’en être l’auteur, ou nous dit qu’il est embêté par ces élèves la. Lorsque nous essayons de le questionner un peu plus à ce sujet, il change de sujet ou part dans histoires saugrenues, sans queue ni tête pour nous en tout cas… Nous en avons fait part à l’enseignante qui nous a rassuré en disant qu’elle n’avait rien remarqué de particulier et qu’elle fera plus attention a l’avenir…

La moindre petite contrariété sur un biscuit un peu fendu ou cassé par exemple, un changement d’habitude, un changement de programme de dernière minute, et c’est un véritable drame pour lui, est-ce là du caprice ? Difficile à dire car même en essayant de le raisonner, fermement ou non, en détournant son attention, rien n’y fait. C’est pour nous le point le plus difficile à gérer en tant que parents.

A la maison, il n’a pas forcément de passion commune aux enfants à haut potentiel, comme la préhistoire ou l’espace, peut-être parce que nous ne lui en parlons pas, ou vaguement. Il arrive par contre à reconnaître quasiment toutes les marques de voiture. Sûrement grâce à sa mémoire d’éléphant, il est capable de nous reparler de détails qui se sont déroulés des mois auparavant… Il a également appris avec notre aide à reconnaître les lettres de l’alphabet, à sa demande.
Il est également très provocateur, quasiment impertinent, comme un adolescent en pleine crise d’ado, nous sourit ou rigole au nez lorsqu’il est réprimandé.
Il court dans tous les sens le soir après l’école et nous dit “bah j’ai juste besoin de courir” ça le défoule alors nous le laissons faire… perplexes.
Nous faisons face à des crises de larmes lorsque nous devons changer d’activité, entre le jeux et le moment du bain par exemple.

Bref, ce sont autant de questions qui nous trottent dans la tête sans que nous puissions réellement déterminer si il est ou non à haut potentiel, c’est pourquoi aujourd’hui je me tourne vers vous, pour avoir un début de réponse.

Bien à vous.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Monsieur,

Vous vous posez effectivement beaucoup de questions et vous analysez ce petit bonhomme avec une attention vraiment très soutenue. Cela arrive souvent quand on a son premier enfant sur lequel repose beaucoup d’attentes, et dont chaque acquisition remplit les parents de joie et d’étonnement. Manifestement votre enfant répond parfaitement à vos stimulations et est probablement intelligent. Mais pour savoir s’il est à haut potentiel il faudrait passer des tests très codifiés de mesure de ses capacités cognitives chez un psychologue clinicien. Je ne vous encourage pas du tout à le faire. En effet :  pourquoi donc vous poser la question d’une précocité intellectuelle ? Pour faire quoi de cette “étiquette” si jamais on la posait sur votre enfant ? Il est utile de faire ce diagnostic quand un enfant présente des troubles des apprentissages scolaires et qu’il faut se poser la question d’un aménagement scolaire or à 4 ans ce n’est pas la question… Profitez donc de la curiosité de votre petit garçon ! Et apprenez lui tout ce qui n’est pas scolaire ( puisque l’école est faite pour cela). Il n’est pas important de connaitre les lettres de l’alphabet sauf à comprendre ce à quoi ça correspond en terme de représentation de sons, il n’est pas utile de connaitre la litanie des chiffres sauf à savoir dénombrer. Par contre, oui, il est très important à son âge de courir après l’école (comme il vous le demande), de chercher des glands sous les chênes, de faire du vélo sans roulettes, de sauter dans les flaques d’eau, de grimper aux arbres, de “patouiller” dans la pâte à gâteau avec sa maman, d’écouter des comptines et de la musique, de gribouiller ou de peindre avec son imaginaire etc… Je crois que puisqu’il a une tendance naturelle marquée pour les choses intellectuelles il vous faut compenser en l’ouvrant plus à la fantaisie, à la décontraction, au ludique et aux activités physiques.

Il est aussi très important à 4 ans d’apprendre a accepter la frustration. Car on ne peut pas se construire dans la sérénité sans franchir cette étape. Et c’est difficile. Il faut accepter de ne pas avoir raison, de ne pas être le centre de l’attention, il faut accepter qu’on vous impose des choses, il faut accepter de ne pas tout maîtriser. Et il faut que les parents acceptent que l’on pleure ou crie sans s’en émouvoir et sans expliquer sans fin. Il me semble que votre petit garçon a un peu de mal avec ça et que vous avez un peu de mal à le contrarier. Il me parait aussi un peu anxieux car il supporte mal les changements, les imprévus, il a besoin de trouver sa force en suivant les turbulents… Encore une raison pour le décontracter et lui montrer que vous êtes sereins et ne scrutez pas trop ses performances.

Tester son intelligence et savoir s’il est ou non à haut potentiel serait à mon sens assez anxiogène pour lui et pour vous. Laissez le vivre et vivez tranquillement dans le bonheur tout simple d’avoir un petit garçon intelligent qui a la chance de pouvoir s’épanouir dans un milieu stimulant.