Partager

“Destiné à l’alimentation du tout-petit” : un nouveau logo pour mieux informer les parents

Mis à jour le 23 février 2021 Dr Alain BOCQUET

1

Norme AFNOR NF V90 – 001

La nouvelle norme NF V 90-001 propose un logo permettant aux consommateurs une meilleure identification des aliments destinés aux enfants de 0 à 3 ans et des exigences d’informations associées.

L’apposition de ce logo sur les emballages garantira que le produit est adapté aux nourrissons et enfants en bas-âge, tant pour leur santé que pour leur développement. Que signifie-t-il exactement ?

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

L’importance d’une alimentation adaptée

Les enfants âgés de 0 à 3 ans ont des besoins nutritionnels spécifiques et il convient d’y sensibiliser davantage les parents et les professionnels, qui ne sont pas toujours conscients de l’importance d’une alimentation particulièrement adaptée à ceux-ci.

En effet, les bébés consomment souvent les mêmes plats que leurs parents, parfois dès l’âge d’un an. Or, les besoins nutritionnels d’un adulte et d’un jeune enfant sont loin d’être les mêmes. Le jeune enfant présente en effet une grande vulnérabilité pendant les premières années et particulièrement pendant la période dite des « mille premiers jours » : toute insuffisance ou tout excès d’apports en nutriments, tout polluant (perturbateurs endocriniens, métaux lourds, etc.) peut avoir des répercussions à court terme sur sa croissance et son développement, mais également à plus long terme, sur sa santé future, à l’âge adulte1.

C’est pourquoi l’Association Française de NORmalisation (AFNOR)2, 3 a engagé cette démarche de normalisation volontaire, qui a abouti à la création de ce logo et d’un site internet. Cette nouvelle norme concerne aussi bien les produits prêts à consommer, que des produits bruts destinés à la préparation d’un repas, garantissant qu’ils respectent les recommandations nutritionnelles officielles.

La réglementation en vigueur pour les aliments de l’enfance

La composition des préparations pour nourrissons (laits 1er âge) et des préparations de suite (laits 2e âge) mises sur le marché dans l’Union européenne (UE), répond depuis 1991 à des textes règlementaires communautaires (Directive 91/321/CEE, remplacée par la 2006/141/CE). Un nouveau règlement délégué (2016/127 du 25 septembre 2015) est entré en vigueur le 22 février 2020, sauf pour les formules contenant des protéines hydrolysées pour lesquelles la date d’application est au 22 février 2021. (L’ajout de DHA deviendra obligatoire)4.
Quant aux préparations lactées pour enfants en bas âge (laits de croissance), elles ne sont plus régies par une réglementation européenne depuis l’abrogation, en 2016, de la directive EU 2009/39. En revanche, en France, un arrêté datant de 1978 impose les critères d’une préparation de suite pour un aliment lacté destiné aux enfants en bas âge.

Enfin, les préparations à base de céréales et les aliments pour bébés sont encadrés par la directive 2006/125 du 05/12/06.

Les réglementations européenne et française, définissent donc la composition nutritionnelle des aliments de l’enfance, et les règles de sécurité des aliments de la manière suivante :


1/ La composition des aliments destinés aux enfants en bas âge respecte les recommandations nutritionnelles officielles, en particulier la composition en protéines, lipides, sucre, sel, vitamines et minéraux.


2/ Dans les aliments destinés aux bébés et aux enfants en bas âge, proposés par l’industrie, la sécurité est très contrôlée. Par rapport aux aliments courants, on note :

  • l’interdiction totale d’utilisation de conservateurs, colorants, édulcorants, arômes artificiels, hormones,
  • l’autorisation d’un nombre très limité d’additifs (53 au lieu de 400 pour l’alimentation courante),
  • des seuils applicables au nitrate 10 fois plus faibles que pour les aliments courants,
  • l’interdiction d’utiliser certains pesticides dans les cultures ; et pour les autres, des seuils de résidus dans les produits finis jusqu’à 500 fois plus stricts que pour les aliments courants (taux inférieurs à 0,01 mg/kg),
  • des seuils de conformité de 2 à 25 fois plus faibles en métaux lourds (plomb, cadmium, etc.),
  • une surveillance des contaminants microbiologiques après stérilisation ou pasteurisation (par exemple, 10 contrôles pour la listéria, contre 1 seul pour les aliments courants).


Même l’emballage a son importance : certains phtalates sont interdits car ils sont identifiés comme perturbateurs endocriniens.

Une démarche pédagogique pour mieux informer parents et professionnels

Cette nouvelle norme AFNOR est le résultat d’une enquête publique réalisée en 2017 et de 2 ans de travaux collectifs associant acteurs économiques, professionnels de santé, pouvoirs publics, experts scientifique, associations de consommateurs, et restauration collective.

Le logo « Destiné à l’alimentation du tout-petit » pourra être apposé sur le produit, si :

  • tous les critères de sécurité et de conformité nutritionnelle définis par la réglementation sont remplis,
  • son fabriquant favorise la connaissance sur l’alimentation spécifique de l’enfant de 0 à 3 ans, dans le cadre de l’adoption de bonnes pratiques alimentaires.

Le fabricant ou producteur qui décide d’apposer ce logo engage sa propre responsabilité. Il peut être sanctionné par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) en cas d’usage abusif.

Désormais, lors de vos achats, pensez donc à repérer le logo AFNOR pour vous assurer que l’aliment ou le produit que vous avez choisi correspond bien aux besoins de votre jeune enfant, de manière à privilégier pour lui une bonne alimentation, qui respecte sa santé.

Cet article vous a-t-il été utile ?

1/ Simeoni U, et le Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie. L’origine précoce des maladies chroniques de l’adulte. Arch Pediatr. 2016;;23(5): 443-6.

2/ ISO : AFNOR France

https://www.iso.org/fr/member/1738.html

3/ Certification QSE. Afnor : Agence Française de Normalisation

https://www.certification-qse.com/afnor/

 

4/ Bocquet A et le Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie. Le nouveau cadre règlementaire européen pour les préparations infantiles. Perfectionnement en Pédiatrie 2020;3:326–329

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

VEO : comment faire autrement ?

Voir le dossier

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

La rubrique est fermée jusqu'au lundi 23 août.

Merci pour votre compréhension.

Bel été à tous !