Partager

Tics vocaux à 6 ans, comment les gérer ?

il y a 7 mois

Bonjour et merci de votre travail,
Notre fils de 6 ans présente depuis 2 mois des tics vocaux assez prononcés qui commencent à interférer dans ses relations avec ses copains à l’école.
Il avait déjà eu un épisode il y a 6 mois mais moins intense et c’était passé en un mois en y prêtant le moins d’attention possible.
Cette fois-ci, cela semble s’installer malgré nos efforts pour ne pas le remarquer, avec intensification et multiplication des tics, toujours vocaux (type aboiements, raclements de gorge, reniflements, petits prrrr avec sa bouche), jamais de tics moteurs par contre. Surtout quand il est au repos, quand on lit une histoire, devant les dessins animés, à l’endormissement, rarement quand il fait quelque chose. Mais comme c’est bruyant, ses copains commencent à se plaindre beaucoup en classe, et malgré les explications que leur donne la maîtresse, qui est très compréhensive et qui essaie, elle aussi, de ne pas le pointer du doigt, je trouve qu’il commence à s’isoler et j’ai peur que ses tics s’intensifient encore…
Notre fils est un enfant un peu anxieux depuis toujours, un peu timide mais sans problème de socialisation, à l’école ça se passe bien et il est très bon élève. Nous avons déménagé en début d’année, puis il a sauté une classe, (il est donc au CP) et là je suis enceinte du 2e. Cela fait sans doute beaucoup mais je trouve qu’il a plutôt bien vécu tous ces changements, et je ne le trouve pas particulièrement angoissé en ce moment par rapport à d’autres, donc j’ai du mal à comprendre d’où viennent ces tics.
Le médecin traitant n’a pas pu me dire grand chose quand aux solutions pour l’aider. Son examen était normal, il n’a pas de gros problème de santé par ailleurs.
Ma 1ère question est : vers quel professionnel se tourner ? Psychologue ? Pédopsychiatre ? Ostéo kinésiologue ? Je ne veux pas non plus trop dramatiser et le “trainer” chez de multiples professionnels… Mais je vois que cela commence à empiéter sur ses relations donc il faut quand même faire quelque chose…
Ma 2e question est : cela pourrait-il être déclenché par une allergie ? Car il est très allergique au pollen cette année, et c’est vrai que les tics ont commencé à peu prés en même temps… Mais je n’y crois pas trop.
Merci de votre patience pour me lire et pour me répondre et encore merci du travail que vous faites.

La réponse de notre expert

WERNER Andréas Dr
Dr Andréas  WERNER

Bonjour,

Je vais commencer par votre deuxième question :

Pour faire la différence entre des signes d’une pathologie somatique (allergie) et des tics classiques, il suffit d’observer votre petit bonhomme lors de ses périodes de sommeil.

Les signes d’une pathologie somatique ne s’arrêtent jamais quand on dort. Les tics ne font d’ailleurs pas du tout partie des signes classiques d’une allergie respiratoire.

Pour la première question:

Habituellement je recommande une séance d’hypnose, en choisissant bien le praticien. Je vous conseille un psychologue qui travaille dans un centre de prise en charge de la douleur ou dans un département anesthésie.

Prenez en parallèle un rendez-vous avec un pédopsychiatre ou un psychiatre habitué aux enfants. Le but étant d’exclure ou de prendre en charge une pathologie type Gilles de la Tourette ou des tics particulièrement invalidant.

Compte-tenu le délai nécessaire pour obtenir un rendez-vous avec un psychiatre, vous pourriez toujours l’annuler si tout s’est arrangé avec la séance d’hypnose.

Indépendamment des tics, si votre fils est particulièrement anxieux avec des décompensations ces derniers mois, n’hésitez pas de demander à son médecin de le faire bénéficier du dispositif “MonPsy”, ce qui allégera la charge financière pour votre ménage avec une remboursement possible par la CPAM d’une séance d’évaluation et jusqu’à 7 séances de suivi par un psychologue.