Partager

Je travaille de nuit et ma fille de 9 ans ne le supporte plus

il y a 8 mois

Bonjour,

Cela fait aujourd’hui 3 ans que je travaille de nuit. Depuis maintenant plus d’une semaine, ma fille de 9 ans ne veut plus que je parte travailler le soir ! Elle fait des colères et se met dans des états de crises incontrôlable. On a essayé de lui parler de la rassurer de comprendre ce qui la travaille mais rien a faire. Tous les soirs c’est pareil et tous les soirs j’angoisse a l’idée de partir au travail et de la laisser en pleine crise. Je ne sais vraiment plus quoi faire.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Comme vous, je ne comprends pas pourquoi cette réaction de votre fille si récemment et si brutalement alors que la situation de votre travail dure depuis 3 ans. Ils n’y a pas de raison à cet âge là de paniquer tout à coup. Vous ne me dites pas qui la garde pendant que vous n’êtes pas là, si c’est son papa ou une autre personne, ni si elle connait cette personne depuis longtemps ou si c’est nouveau, ni quelle relation elle a avec la personne qui passe la nuit avec elle quand vous partez, ni comment se passe la soirée avant votre départ et après, ni quel travail vous avez, ni si elle est inquiète pour elle ou pour vous (trajet en voiture, travail dangereux). Peut- être aussi que la raison de sa panique, même si elle se situe à la séparation du soir, est due à un évènement qui se passe le jour : relation à l’école, à la maitresse ou avec d’autres enfants etc…

La seule chose que je peux vous dire c’est que quand survient un changement ainsi brutal dans la réaction d’un enfant à une situation habituelle (votre travail de nuit), c’est qu’un évènement précis l’a provoqué. Il convient de parler avec votre enfant, vous deux seules, de lui permettre de tout dire de ce qui la tracasse, de ce qu’elle craint la nuit, puis avec son papa, avec la personne qui la garde, puis avec la maitresse et d’essayer d’y voir clair dans ses craintes.

Si rien ne ressort de ces discussions, il sera très important de l’amener consulter un(e) psychologue.

Bon courage