Partager

Comment parler de la mort à une enfant malade ?

il y a 7 ans

Bonjour,

Le mari de la nounou de ma fille vient de décéder d’un cancer du pancréas. Ma fille l’a côtoyé et s’y est attachée pendant 4 ans et l’a vu malade. Ma fille est elle-même atteinte d’une leucémie découverte depuis 4 mois. Elle supporte bien les traitements et est bien en forme. Elle arrive à se projeter sur sa guérison que nous n’avons pas mis en doute afin de la préserver et parce que le pronostic à ce stade est très favorable. J’ai peur qu’en lui apprenant la nouvelle de ce décès, elle réalise qu’on ne peut pas forcément guérir de toutes les maladies et qu’elle perde un peu espoir dans sa guérison… Comment aborder les choses ? J’avoue me sentir un peu perdue…

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour,

Je pense qu’à 5 ans votre petite fille sait déjà qu’on meurt et qu’on ne peut pas guérir de toutes les maladies. Elle sait aussi que ce sont « les adultes qui meurent quand ils sont très très malades ou très vieux ». Si elle va bien, compte tenu du traitement, que vous êtes tous, vous-mêmes, les médecins et elle dans une démarche très optimiste de sa maladie (à juste titre car les leucémies du jeune enfant sont effectivement d’excellent pronostic) je ne pense pas qu’elle ait même envisagé qu’elle pouvait ne pas guérir. A 5 ans la mort est un concept encore imparfait pour un enfant.

Si cette personne est quelqu’un qu’elle côtoyait encore et qu’elle va à nouveau chez sa nounou vous devez lui annoncer ce décès. Si elle ne doit plus y aller ni voir sa nounou (comme il est fréquent après la période de garde) vous pouvez passer ce décès sous silence si vous craignez sa réaction et si c’est difficile pour vous de l’aborder compte tenu des circonstances. Rien ne vous oblige à en parler. Souvenez-vous seulement que les enfants ont des antennes et que même si vous ne lui en avez pas parlé directement mais en avez parlé en sa présence elle le sait (par exemple simplement au téléphone alors même que vous pensez qu’elle n’ait pas pu entendre). Si vous en parlez, ne donnez pas de détail avant que votre fille ne pose de questions et si elle en pose vous répondrez clairement mais en avançant dans les détails et les explications qu’au rythme de ses questions, avec des mots simples de son âge et selon vos convictions et croyances sur la mort en général.

Ensuite n’oubliez pas que les enfants sont plus sensibles à l’expression de nos propres émotions qu’à la réalité des mots et des situations. Si vous annoncez ce décès et en parlez en étant triste bien sûr à la mesure de ce que vous ressentez mais sans être vous-même effondrés elle s’inquiètera moins que si cette mort vous a vous-mêmes beaucoup déstabilisés.

Une fois l’annonce faite vous observez les réactions de votre enfant. Si elle continue à vivre tout à fait normalement sans changement dans ses réactions, ses jeux, son sommeil, son comportement lors de ses traitements etc… c’est que tout va bien. Si au contraire vous la sentez troublée voire déstabilisée il y a forcément dans le service où elle est soignée un psychologue dont c’est le travail de travailler cette question de la mort avec les enfants malades. Il a parfaitement l’habitude et il ne faudra pas hésiter à lui en parler et à lui demander un entretien avec votre enfant.

Regardez cet article de mpedia qui cite à la fin des livres sur la mort. Je vous souhaite le meilleur Noël possible en cette période difficile en espérant que le traitement fera une trêve pendant ces jours dédiés au Père Noël !