Partager

Une angoisse de séparation est-elle possible à 14 mois ?

il y a 2 mois

Bonjour,

Je me permets de vous écrire concernant mon fils de 14 mois… Depuis quelques jours, il a un comportement qui m’étonne.
Dès que je franchis la porte, il hurle, il va a la porte de notre salon et pleure “maman maman maman” même lorsqu’il est avec son papa et sa sœur. Il peut rester là de longues minutes alors même que son père essaye de le divertir.
De la même façon, dès qu’il voit mes parents, il hurle car il pense qu’on va le laisser chez eux (ils sont parfois amenés à le garder).
Les couchers sont aussi plus difficiles alors que ce n’est pas un gros dormeur et qu’il devrait être crevé : il dort de 20h à 7h puis de 12h45 à 14h30/15h. Lorsque nous le couchons, il pleure systématiquement en disant “non non” (mais s’endort relativement rapidement le soir), alors qu’avant il ne disait rien.
Je ne comprends pas cette angoisse de séparation soudaine.
Nous l’avons laissé une nuit à mes parents il y a 10 jours. Est-ce en lien ? Je l’avais bien prévenu que nous partions une nuit et que nous revenions.
Il a par ailleurs beaucoup de mal à dormir ailleurs qu’à la maison. Typiquement, la nuit chez mes parents il a refusé de dormir chez eux à tel point que mes parents ont dû rentrer chez nous pour le faire dormir. Il s’est alors endormi sans difficulté.
Auriez-vous des conseils pour résoudre la situation ?
Une angoisse de séparation tardive est-elle normale ?
Bonne journée.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Cette angoisse de séparation n’est pas tardive. En effet, si l’angoisse de séparation se manifeste de façon évidente pour la première fois vers 7-9 mois, elle peut se réactiver à tout moment au cours du développement et même tout au long de la vie selon les circonstances (entrée en crèche, à l’école, en colonie de vacances… Même adulte dans les situations de séparations, de deuil etc…).

Donc à 14 mois il n’y a rien d’étonnant à ce que, pendant quelques jours ou semaines, votre enfant soit plus fragile. Il peut y avoir une raison précise comme cette nuit où vous l’avez laissé mais pas forcément.

Evitez de le confier la nuit en ce moment si vous pouvez. Mais, tout en le rassurant, prenez les choses le plus sereinement possible. En effet si votre angoisse double la sienne il sera encore moins rassuré. Je suis sûre que, au fil des jours, tout va rentrer dans l’ordre. Même si cela se reproduit à d’autres étapes de son développement.

En ce qui concerne la durée de son sommeil, cela me semble parfait.