Partager

Quelles sont les conséquences de l’usage de drogues chez la femme enceinte ?

Mis à jour le 22 juin 2017

Écrit par l'équipe de rédaction

1

Tout comme le tabac et l’alcool, la drogue fait partie des substances à proscrire durant la grossesse. En effet, l’usage de substances illicites peut être lourd de conséquences sur la santé du bébé, en plus d’être mauvais pour celle de la future maman…

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Les risques de fausses-couches, de prématurés…

Les répercussions sur la grossesse des différentes drogues (cannabis, héroïne, cocaïne, ecstasy et autres amphétamines) sont difficiles à évaluer en raison de leur association très fréquente à d’autres facteurs de risque : alcoolémie, tabagisme, conditions de vie…

Le risque de malformations fœtales ne semble pas plus élevé, sauf en cas de consommation de cocaïne et d’ecstasy.

En revanche, les troubles du cycle avec augmentation de la stérilité sont fréquents avec l’absorption d’héroïne. Avortements spontanés, accouchements prématurés, retards de croissance intra-utérins, sont plus fréquents en cas de prise d’héroïne, de cocaïne et de certaines amphétamines.

Des poussées d’hypertension artérielle avec décollement placentaire sont observées avec la consommation de cocaïne.

Le cannabis, très consommé en France, n’a pas d’action malformative connue sur le fœtus avec les doses habituellement utilisées. Les enfants peuvent présenter de petits troubles de sevrage. Sa nocivité est essentiellement due au tabac auquel sa prise est associée.

Le décès du nouveau-né

Chez le nouveau-né, le syndrome de sevrage peut avoir une évolution fatale. Ce syndrome peut exister également in utero, ce qui rend difficile les traitements de désintoxication en cours de grossesse.

La prise en charge en cas de toxicomanie, complexe, doit être pluridisciplinaire et le sevrage, conduit par le psychiatre, doit être antérieur à la grossesse car il s’avère dangereux. En effet, les traitements de substitution nécessaires (méthadone…) ne sont pas dénués de risques pour le fœtus et le nouveau-né.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !