Partager

Sommeil perturbé depuis 1 mois à 18 mois : que faire ?

Dernière question posée le 23/09/2020

Bonjour,

Ma fille a un sommeil très perturbé depuis 1 mois (début du télétravail pour mon mari, de l’arrêt de la crèche etc).
J’imagine que le confinement n’aide pas, mais je ne sais plus quoi faire, je pense avoir tout essayé.
Au début c’était des réveils nocturnes, mais on la recouchait facilement, puis après des problèmes dès le coucher, et des problèmes de rendormissement pendant la nuit.
Les réveils sont généralement une heure après le coucher et il peut y en avoir plusieurs, jusqu’à minuit.
Elle arrive aussi à rester éveillée et calme pendant plus d’une heure sans pleurer une fois consolée d’un réveil pendant la nuit
Et il arrive qu’elle pousse un cri vers 2/3h mais elle se rendort illico.
Chaque nuit est différente depuis un mois.
Elle a toujours été dormeuse et est plutôt facile je dois dire.
Le rituel reste inchangé mais les journées elle est collée avec moi et son papa à dispo du coup.
Merci d’avance.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Il est indéniable que nous vivons une période tout à fait particulière et que les enfants le ressentent bien. Il est normal qu’elle soit collée à vous la journée car elle est bien petite pour jouer seule et elle est habituée à une crèche où justement on n’a aucun moment seul… Par contre la nuit vous pouvez fort bien ne pas aller la voir à chaque réveil. Elle est grande maintenant et elle doit accepter que la nuit vous avez envie de dormir. Il ne faut pas la laisser hurler sans aller la voir, bien sûr, mais il n’est bien sûr pas raisonnable de rester près d’elle ou de la bercer jusqu’à ce qu’elle se rendorme. Vous allez la voir, la rassurer d’une caresse, d’un petit bisou, vous lui dites que tout le monde dort et vous la laissez. Elle va insister il vous faudra donc y revenir mais pas tout de suite et ainsi de suite vous verrez qu’elle acceptera. Voilà il vous faut trouver le bon ajustage entre bienveillance et fermeté… ce n’est jamais facile et chacun de nous a son curseur. Mais un bébé de 18 mois n’est plus un nouveau-né et il peut comprendre que “non” c’est “non” si on le lui dit calmement, gentiment et avec assurance et puisque la journée on est à sa disposition sans pour autant tout lui céder.