Partager

Quel rythme scolaire pour mon enfant ?

il y a 8 ans

Bonjour,

Le débat actuel sur le rythme scolaire de la semaine à 4,5 jours intéresse de nombreux parents.

Quel est l’avis des pédiatres à ce sujet ? Un planning et des activités sont-elles à privilégier ?

La réponse de notre expert

WERNER Andréas Dr
Dr Andréas  WERNER

Bonjour,

Avis du Dr Andréas Werner, pédiatre

Je pense que les avantages de la semaine de 5 jours pour les enfants sont prouvés et peu discutables. Il y a assez d’études à ce sujet.

Il resterait à se positionner sur la faisabilité et le coût de la question. Avec un taux de 50% des femmes et 80% des hommes travaillant à temps complet la garde des enfants risque de poser un sérieux problème pour les ménages. La solution idéale serait certainement d’aménager un temps d’étude et un temps d’activités sportives / artistiques périscolaires dans l’enceinte de l’école.

Avis du Dr Hélène de Leersnysder, pédiatre

Toutes les recherches en chronobiologie et en chrono-psychologie s’accordent pour considérer que la semaine de 5 jours est préférable pour les enfants et que les vacances devraient être écourtées et mieux réparties dans l’année. De nombreux rapports ont été publiés sur ce thème (François Testu: Rythmes de vie et rythmes scolaires, Masson 2008; Rapport Touitou et Begue à l’académie de médecine en 2010). Le temps scolaire et les rythmes biologiques sont deux réalités distinctes, mais le rythme scolaire est réglé par les institutions et tient trop compte de facteurs sociaux, économiques (zones, vacances en cours d’année liées à des impératifs touristiques) au détriment du rythme endogène, journalier et saisonnier propre à chaque individu.

En effet, l’horloge biologique interne régule les sécrétions hormonales dont les taux sanguins varient au cours des 24 heures, selon des cycles très réguliers (cortisol, mélatonine, hormone de croissance). Cette horloge dépend aussi de ce que l’on appelle les “donneurs de temps” qui sont des facteurs d’adaptation à l’environnement. Les principaux donneurs de temps sont le jour et la nuit, la veille et le sommeil, les horaires de repas et les rythmes sociaux, notamment l’école. Pour être en forme, il est nécessaire que des horaires réguliers soient respectés. L’heure du lever est un des meilleurs donneurs de temps à condition que les horaires soient réguliers au cours de la semaine. L’heure du coucher dépend de l’heure du lever car l’organisme accumule de la fatigue tout au long de la journée, ce qui facilite l’endormissement. Si, pendant la semaine, l’enfant se lève toujours à la même heure, il aura envie de dormir régulièrement à la même heure. La matinée de classe le mercredi matin évite que l’enfant demande à ses parents de se coucher plus tard, de regarder un film ou un programme télé le mardi soir, cassant ainsi le rythme hebdomadaire.

D’autre part, de nombreuses études ont montré une fluctuation des capacités d’attention au cours de la journée avec de faibles performances entre 8h30 et 9h30, puis une attention maximale entre 9h30 et 12h, puis une diminution sensible de la vigilance et des performances entre 13h30 et 15h et une bonne période d’efficience intellectuelle entre 15h et 17h. Pendant la semaine, le lundi est un jour de performances médiocres du fait de la désynchronisation des rythmes pendant le weekend. Le mardi et le jeudi sont des jours de bons résultats. Plus l’enfant est en difficulté plus il aura du mal à adapter les contraintes scolaires à son horloge interne.

Ces données montrent qu’il n’y a pas de rythme scolaire idéal et que l’adage simple : école le matin, sport (ou activité artistique) l’après midi ne répond pas nécessairement aux besoins réels des enfants. Les différences sociales restent importantes: les parents attentifs et disposant d’aide familiale (grands parents) veilleront à bien doser les activités scolaires et extra-scolaires et offriront aux enfants des vacances reposantes et culturellement intéressantes. Dans les milieux défavorisés, le temps libre risque d’être un temps passé devant la télévision ou devant les écrans, ce qui ne favorise pas non plus le sommeil et perturbe les rythmes biologiques.

Les apprentissages devraient être mieux répartis au cours de la journée, de la semaine, de l’année. L’alternance de travail en groupe et de travail individuel devrait être bien réfléchi, en alternance avec des activités sportives ou culturelles réparties dans la journée. Pour donner aux enfants une égalité de chance, la diversité des activités autres que purement académiques devront tenir compte des possibilités offertes dans chaque région mais aussi d’un aménagement des locaux au sein même de l’école.