Partager

Quels besoins en protéines à 6 ans ?

il y a 7 mois

Bonjour,

Mon fils a 6 ans et demi et je pense lui donner trop de protéines dans son alimentation. Il mange de la viande rouge ou blanche ou du poisson à chaque repas, midi et soir. Est-ce trop ? Pouvez-vous me donner une semaine type pour la prendre en exemple ? Puis-je lui donner des protéines végétales plusieurs fois par semaine telles que des lentilles pour remplacer les apports en protéines animales sans gêner son développement et sa croissance ?
Merci.

La réponse de notre expert

BOCQUET Alain, Dr
 Dr Alain BOCQUET

Bonjour,

A 6 ans,

Pour les protéines animales on conseille :

  • viande / poisson / œuf = 70 g par jour, soit 14 cuillères à café de viande ou de poisson mixés ou 1 et 1/2 œuf. (en sachant que la viande et le poisson contiennent 20% de leur poids en protéines, l’œuf 13%).
  • lait et laitages = 500ml par jour (maximum 800 ml/j) (le lait contient 3,5% de son poids en protéines)

Pour les protéines végétales on conseille d’apporter 1/3 de féculents pour 2/3 de légumes verts.

Ces quantités conseillées sont données pour une journée, et il est préférable de ne donner de la viande / poisson / œuf qu’à un seul repas.

Sur une semaine il est conseillé de donner :

  • du poisson 2 fois par semaine (pas moins, pas plus), 1 fois du poisson maigre (cabillaud, colin, merlan, sole, etc.), et 1 fois du poisson gras (saumon, maquereau, sardine, hareng, truite fumée). Il faut éviter certains poissons apportant potentiellement du PCB (anguille, barbeau, brème, carpe, silure), ou du méthyl-mercure (espadon, marlin, siki, requin et lamproie). La consommation des poissons prédateurs sauvages doit être limitée : lotte (baudroie), loup (bar), bonite, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon…
  • ou des fruits de mer, provenant d’une poissonnerie, ou d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée
  • de la viande, rouge ou blanche 3 à 4 fois par semaine
  • de l’oeuf 1 à 2 fois par semaine
  • il peut y avoir 1 à 2 jour sans viande en proposant une association de céréales et de féculents– céréales (blé, seigle, orge, avoine, riz, maïs, etc.) et pseudo-céréales (sarrasin, quinoa) sous forme de céréales dans le lait, pain, ou céréales associées aux légumes verts : semoule fine, pâtes, vermicelles, riz, polenta, quinoa, etc.- féculents ; pommes de terre, patate douce, manioc (tapioca), et légumes secs (lentilles, pois cassés, pois chiches, haricots secs, fèves, etc.).