Partager

Quelles conditions de couchage à 4 mois ?

il y a 2 mois

Bonjour,

Faut-il dormir avec son bébé de 4 mois pour l’aider à passer la phase de régression du sommeil ?

Je ne sais si le prendre avec nous dans le lit la nuit est une bonne idée ou s’il faut essayer de le maintenir dans son lit à tout prix (celui de notre sommeil). Comment commencer à l’éduquer sur ce sujet ? Doit-on le laisser pleurer un peu (entre 5 et 10 minutes) puis revenir ?

Avec mon mari, nous tentons de le maintenir dans son lit mais il pleure. Nous finissons par le prendre avec nous pour pouvoir dormir mais nous avons peur qu’il s’habitue à cela.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Les recommandations pour les conditions de couchage des bébés sont très strictes dans le cadre de la prévention de la mort subite du nourrisson. Un bébé ne doit en aucun cas partager le lit des parents. Pour autant c’est vrai que les bébés ont beaucoup besoin de contact pour être paisibles et dormir. La meilleure des solutions qui concilie les deux impératifs est le lit “co-dodo” ou “side-car” . Ce lit de bébé qui n’a que 3 cotés fermés par des barreaux et le 4ème côté ouvert sur le lit des parents ce qui permet d’ avoir le bébé tout proche, de poser un bras sur lui sans pour autant l’avoir dans son lit et risquer de rouler dessus et de l’étouffer ….

Quant à le laisser crier. C’est vrai que votre bébé a 4 mois, il n’est plus un nouveau-né qui a besoin de vous immédiatement, et le laisser un peu attendre est effectivement possible mais pas plus de 5 à 10 minutes et encore selon l’intensité des cris. Si vous entendez qu’il geint et va se rendormir vous pouvez le laisser plus. Si vous sentez qu’il hurle de plus en plus, ne le laissez pas crier du tout.

Allez .. prenez patience… il a juste 4 mois… vous aurez bientôt de belles nuits mais… pas encore ! Et surtout ne le mettez pas avec vous dans votre lit… sauf si vous êtes parfaitement réveillés ce que vous ne pouvez pas garantir, jamais.