Partager

Angoisse ou réelle phobie de l’école ?

il y a 6 mois

Bonjour,

Mon fils a fait sa 1ere rentrée cette année. Il pleure encore chaque matin avant l’école. La veille au soir il demande déjà où il va “après son dodo” ? Le matin au réveil la 1ere chose qu’il dit c’est qu’il ne veut pas y aller. J’arrive à détourner la chose mais une fois que nous arrivons devant son école je ressens son angoisse monter. D’un coup il ne gère plus son émotion de stress et se met à pleurer. J’en ai parlé à ses instits (il en a deux différents) et ils disent qu’il se calme très vite et participe bien. Cependant il est sensible et discret m’ont-ils dit sans que ça ne pose de problème particulier selon eux. Quand on le cherche il dit que c’était bien pour au final recommencer le lendemain. Je ne sais plus quoi faire pour bien faire ? Laisser passer du temps encore ? Nous le rassurons du mieux que nous pouvons mais malgré cela je vois qu’il n’est pas en confiance. Il se retient mais très souvent, sa trop forte émotion l’emporte tout de même. En vous remerciant.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Votre petit garçon a une anxiété de séparation. On ne peut pas parler de phobie ni de grande difficultés puisque la séparation passée il est parfaitement adapté à l’école. C’est cela qui est important qu’il arrive à passer (avec résignation malgré tout) l’étape de la séparation et ensuite il reste disponible pour partager avec les autres et apprendre. Il va peu à peu s’habituer et surmonter cette difficulté.

Cependant si cela dure trop (par exemple toute l’année) ou si vous repérez d’autres difficultés (pour aller au lit, pour aller à des anniversaires ou chez des amis etc…), si vous le trouvez vraiment trop sensible au fil des ans il vaudra mieux consulter un(e) psychologue .

N’oubliez pas aussi que si vous êtes trop touchée par ses angoisses vous ne le rassurez pas du tout. Je veux dire par là que pour qu’il ait confiance dans la séparation il vaut mieux que vous lui montriez que vous aussi vous avez confiance, que vous compreniez son angoisse mais qu’elle ne vous inquiète pas.