Partager

L’hyperactivité, une maladie difficile à diagnostiquer

Mis à jour le 18 février 2015 Pr Pierre FOURNERET

1
(c) Pauline Bocquet

L’hyperactivité est reconnue en France depuis de nombreuses années, sous l’appellation «d’hyperactivité pathologique» depuis 1925, de THADA (trouble d’hyperactivité avec déficit d’attention), jusqu’au TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité) en 1987. Hyperactif, superactif ou juste turbulent, comment poser un diagnostic fiable? Si pour l’entourage vivre avec un enfant hyperactif est épuisant, il est essentiel de comprendre que l’enfant concerné souffre. Dans cet article, nous aborderons essentiellement ce qu’est l’hyperactivité, ce que ce n’est pas, les symptômes et le diagnostic.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Qu’est-ce-que l’hyperactivité ?

Ce que l’on appelle communément “hyperactivité” est en fait un trouble neuro-développemental : le TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité). Souvent difficile à diagnostiquer avant 4/5 ans, il se manifeste par de nombreux problèmes de comportement ; ce sont des enfants qui ne tiennent pas en place, n’arrivent pas à se concentrer longtemps, se dispersent très facilement ou encore sont impulsifs.

Leur comportement les handicape au quotidien, dans leurs relations avec autrui et surtout au niveau des apprentissages à l’école. Alors même qu’ils possèdent un potentiel intellectuel et créatif souvent normal voir supérieur, l’échec scolaire reste fréquent.

On compterait, en France, 3 à 5 % d’enfants concernés. Les garçons semblaient plus souvent touchés par ce trouble. Or, il apparaît désormais que les filles le sont autant mais que les symptômes sont moins bruyants chez elles.

Les troubles s’atténuent généralement à l’adolescence pour parfois même disparaître à l’âge adulte. Il est constaté que les adultes hyperactifs sont plus souvent perturbés par un trouble de l’attention plutôt qu’une réelle hyperactivité ou impulsivité.

Bien différencier hyperactif et agité

En tant que parents, on a souvent tendance à confondre l’hyperactivité (qui n’est pas une maladie car il n’existe pas de cause univoque identifiée mais bien un trouble d’origine poly-factorielle) et la tonicité ou la “superactivité”. Un hyperactif n’est ni un enfant qui manquerait d’un cadre éducatif et s’en trouverait perturbé, ni un enfant en besoin de reconnaissance.

Pour poser le diagnostic, il est important d’étudier certains aspects du comportement de votre enfant tels que le désintérêt pour les détails ou les activités longues, une grande difficulté à suivre ou se conformer aux règles, une concentration laborieuse, une capacité à être distrait très facilement…

Par ailleurs, les recherches scientifiques montrent l’importance de l’hérédité puisque 25% des enfants hyperactifs ont un parent atteint de ce syndrome.

Existe-t-il des traitements ?

Il existe un traitement médicamenteux (le métylphénidate) mais sa prescription est loin d’être systématique d’autant plus qu’en France il reste assez controversé. C’est un stimulant du système nerveux mais paradoxalement, il permet d’apaiser et de calmer les enfants atteints par ce trouble. Ce traitement est conseillé dès lors que le comportement de l’enfant peut le mettre lui-même ou quelqu’un d’autre en danger, ou que son trouble de l’attention est fort et qu’il l’empêche de suivre correctement sa scolarité. Il ne peut pas être prescrit avant 6 ans, sauf rares exceptions.

Il ne faut pas oublier que ce traitement atténue les symptômes mais n’a pas d’effet curatif sur la maladie. Ainsi, il est souvent conseillé de l’arrêter pendant les vacances scolaires, lorsque le besoin d’attention et de concentration n’est plus aussi indispensable.

En parallèle une thérapie appropriée doit être mise en place pour aider l’enfant à adapter ses réactions et son comportement dans le quotidien. C’est une thérapie dite cognitive.

Il existe aussi les thérapies familiales afin de d’apaiser les relations parfois compliquées avec les parents ou frères et sœurs.

Hyperactivité / Précocité ?

Les enfants hyperactifs présentent des capacités intellectuelles non négligeables. S’avérant parfois précoces, ces enfants sont souvent curieux, empathiques et intelligents. Cependant il ne faut pas faire de raccourci car tous les enfants hyperactifs ne sont pas précoces.

 

A savoir

Le TDA, Trouble de l’Attention sans Hyperactivité, se caractérise essentiellement par des problèmes de concentration et une forte impulsivité.

Le conseil du pédiatre

Conseils de lecture

Comment aider mon enfant hyperactif – Dr Marie-Claude Saiag, Dr Stéphanie Bioulac, Pr Manuel Bouvard – Odile Jacob

Mieux vivre avec…un enfant hyperactif – Dr Frédéric Kochman

Mon enfant s’oppose Que dire ? Que faire ? – Dr Gisèle George – Odile Jacob

« On se calme » – Olivier Revol – Editions JC Lattès (267 pages)

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité. O. Revol et V. Brun.

Collection : Rencontres en rééducation. Editeur : Elsevier / Masson 2010
: 83 pages

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Plus que 8 questions disponibles aujourd’hui