Partager

Grossesse et environnement : comment repérer les produits nocifs et situations à risque

Mis à jour le 16 mai 2019 2 de nos experts

NN
DT

Écrit par 2
de nos experts

1

Tout professionnel de santé qui reçoit un couple pour une consultation pré-conceptionnelle ou qui prend en charge les femmes enceintes doit les alerter sur les risques de l’environnement. L’entretien prénatal du 4ème mois de la grossesse ne peut que renforcer cette alerte et aider à la prise en charge des facteurs de risque.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Comment repérer les substances chimiques nocives dans les produits alimentaires et les cosmétiques?

Ne serait-ce que par principe de précaution, il est recommandé de limiter l’exposition des femmes à de nombreuses substances chimiques potentiellement dangereuses qui peuvent provoquer des malformations ou des maladies du fœtus. Pour les produits alimentaires et les cosmétiques, le plus simple aujourd’hui est d’utiliser l’application “Yuka” qui vous permet de scanner le code barre d’un produit et de connaitre les informations essentielles sur la présence de substances indésirables. L’application QuelCosmetic est aussi intéressante.

Chez la femme enceinte ou allaitante la consommation de poisson est recommandée 2 fois par semaine : 1 fois du poisson maigre (cabillaud, colin, merlan, sole, etc.), et 1 fois du poisson gras (saumon, maquereau, sardine, hareng). Il faut éviter certains poissons apportant potentiellement du PCB (anguille, barbeau, brème, carpe, silure), ou du méthyl-mercure: espadon, marlin, siki, requin et lamproie. La consommation des poissons prédateurs sauvages doit être limitée : lotte (baudroie), loup (bar), bonite, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon…

Les solvants sont-ils dangereux pour le bébé ?

Les solvants sont utilisés dans de nombreux secteurs d’activités professionnelles (métiers de l’entretien, de laboratoire, de la coiffure et de la cosmétique, de la santé, etc.) et dans le bricolage en particulier. Mais attention, on en trouve également dans notre quotidien, dans certains produits d’entretien, ou dans les meubles en bois composite récents (avec le temps l’évaporation des solvants cesse).

Les solvants sont dangereux pour le bébé dans la mesure où ils passent la barrière placentaire en étant absorbés par la peau ou les voies respiratoires de la maman et atteignent donc directement le fœtus. Il a également été confirmé que les solvants ont un effet nocif sur les femmes enceintes car il s’agit de perturbateurs endocriniens.

Faut-il se méfier du plomb ?

Il ne faut pas négliger le risque d’exposition au plomb sur les lieux de travail non encadrés par la médecine du travail. De plus, même si les tuyaux en plomb et les peintures qui en contiennent ne sont plus utilisés, elles sont encore présentes dans certaines habitations et il est donc important de repérer les canalisations d’eau du robinet en plomb et de ne pas préparer les futurs biberons avec de l’eau contaminée par du plomb. La future maman doit également être attentive aux fabrications de modèles réduits, aux jouets d’enfants. Il existe également un risque avec l’utilisation de plats traditionnels ou rapportés de voyages touristiques. Il existe des kits de détection de présence de plomb dans le commerce.

Une intoxication au plomb pendant une grossesse fera l’objet d’un suivi particulier par le gynécologue-obstétricien. Si la plombémie de la maman est supérieure ou égale à 100 µg/l l’allaitement peut être contre-indiqué.

La pollution de l’air intérieur peut-elle avoir un impact sur le fœtus ?

L’air des habitations est davantage pollué que l’air extérieur et, selon les teneurs et les gaz concernés, l’air intérieur peut avoir des conséquences néfastes sur la santé du bébé. Pour pouvoir vérifier l’air de sa maison, la maman pourra se procurer des kits d’analyse de la qualité de l’air intérieur.

Que faire au quotidien pour se protéger ?

Il est conseillé à la future maman d’aérer les pièces de son logement le plus souvent possible mais aussi de ne pas hésiter à porter un masque et des gants jetables si elle doit manipuler des produits à potentiel toxique. Une aération de l’habitation de 10 minutes par jour est recommandée. Les travaux de bricolage ou de décoration ayant recours à des produits chimiques ne sont pas non plus recommandés. S’ils sont nécessaires, il est tout de même conseillé à la future maman de se tenir à l’écart des zones à risque.

D’autre part, il est recommandé de limiter les cosmétiques, mais aussi les produits ménagers du quotidien (spray pour les vitres, insecticides, produits de jardinage type engrais…).

Tout risque sévère d’exposition ou d’intoxication devra être consigné dans le carnet de maternité, le carnet de santé de l’enfant et le carnet de santé de la maman.

Concernant l’alimentation, voir notre article sur les 1000 jours.

Il est préférable d’éviter les ustensiles de cuisine en aluminium, en matière plastique (surtout pour le chauffage au micro-ondes), les revêtements anti-adhésifs, les films en plastique ou en aluminium, les plats en terre pouvant contenir du plomb.

Je pense à aérer mon logement chaque jour !

Aerer quotidiennement votre logement - bons gestes sante environnement mpedia

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Le grand Livre de la grossesse édité par les Editions Eyrolles écrit par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français sous la direction du Professeur Jacques Lansac, édition 2012/2013.

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Nos pédiatres sont bénévoles et ne peuvent répondre qu'à un nombre limité de questions par jour. Le nombre maximal de questions a été atteint, n'hésitez pas à revenir sur le site ! Service ouvert du lundi au vendredi midi. Pour toute question concernant la santé de votre enfant, rapprochez-vous d'un professionnel de santé.