Partager

Pleurs et gémissements à 1 an, que faire ?

il y a 10 mois

Bonjour,
Mon bébé d’un an et 15 jours est un bébé qui est très éveillé et très en demande, aux besoins intenses. Il ne s’occupe que rarement seul et passe le plus clair de son temps à gémir, à chouiner, râler et à geindre, à être dans les jupons… Si on ne lui prête pas attention, il fini par pleurer pour de vrai et si on prend en compte ses demandes, ça le calme 5 min et c’est reparti. Il faut être en permanence dehors de la maison, qu’il soit occupé avec nous, qu’on joue en permanence avec lui, qu’il voit tout, fasse tout ce que l’on fait… on a beau le faire participer un maximum à nos activités, il continue à se plaindre… c’est épuisant psychologiquement et nous n’avons plus un moment à nous car il ne nous laisse pas une minute. Sans compter les tendinites à force de le porter !
C’est accentué s’il manque de sommeil car parfois, il ne dort que 30 min le matin et 30 min l’aprem. On essaye de respecter son rythme de sommeil mais il n’en a pas vraiment. Il peut nous faire 1h30 matin et après midi un jour et 2 petites siestes de 30 min le lendemain ou alors ne pas vouloir dormir de la journée. Et alors là, la fin de journée est horrible (pleurs, bras et gémissement +++ au programme) jusqu’au coucher et il nous fait une nuit très agitée par la suite…
C’est difficile, nous perdons patience et on ne sait plus quoi faire pour qu’il soit serein et apaisé. Nous avons besoin de retrouver une ambiance familiale paisible. Est-ce normal ? Avez-vous des solutions pour nous.
Merci pour votre retour
Charlotte

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Oui je comprends à quel point cela doit être pénible. Il existe des enfants aux besoins très intenses ainsi et il existe aussi des parents eux mêmes agités ou nerveux et en tout les cas pas sereins et décontractés face à un nouveau-né et tellement soucieux de leur enfant qu’il finissent pas le sur-stimuler ou le rendre trop dépendant d’eux. On voit très souvent cela pour un premier bébé. Ce que je vous décris ne doit pas être vu comme un défaut mais au contraire comme un excès de qualité parentale, je  m’explique. Beaucoup de mamans, beaucoup de papas ne supportent pas du tout qu’un enfant crie car ils pensent qu’un enfant qui crie est forcément mal ou en détresse. Cela est vrai pour un nouveau-né mais normalement, au fur et à mesure que l’enfant grandit, on doit être moins inquiet et accepter mieux ses cris de frustration ou d’exigence (par exemple être toujours pris dans les bras ou ne jamais s’occuper seul). Bien sûr qu’il faut s’occuper d’un enfant et l’éveiller à un maximum de choses. Mais il faut aussi et surtout se préserver soi et le laisser trouver seul la tranquillité. Par exemple, quand il n’a pas assez dormi il n’est pas anormal ni “méchant” de le laisser crier pour qu’il comprenne et se rendorme, on met des jouets dans son lit et il se débrouille.

Pour tout cela, il convient que vous soyez vous même calmes, tranquilles et sereins. Or les petits tracas quotidiens, notre propre histoire de vie, le rapport à notre propre famille ou enfance font que ce n’est pas toujours simple de l’être.

Dans ce cas là, quelques entretiens psychologiques avec un(e) psychologue habitués au début de la parentalité vous seront d’une bien plus grande aide que moi qui ne vous connait pas personnellement. Elle / il  vous aidera à réfléchir et à mieux ajuster le curseur de votre attention à votre enfant.

Bon courage et soyez tranquille car ce qui est important c’est que vous me dites que votre enfant est très éveillé.