Partager

Bébé Secoué : définition et prévention du Syndrome du Bébé Secoué

Mis à jour le 21 octobre 2020 4 de nos experts

1

Chaque année, plus de 200 bébés seraient victimes du SBS (Syndrome du Bébé Secoué), maltraitance dont 75% garderont des séquelles irréversibles et 20% décéderont. Qu’est-ce que le SBS ? Quels sont les symptômes du bébé secoué ? Comment le prévenir pour protéger bébé ?

Sommaire de l'article

Le Syndrome du Bébé Secoué (SBS) : définition

Le Syndrome du Bébé Secoué, ou SBS, est un traumatisme crânien grave, provoqué par un ou plusieurs secouements, d’une grande violence.
L’adulte, excédé le plus souvent par les pleurs, perd le contrôle et va empoigner le bébé (dans 66% des cas, il s’agit d’un bébé entre 0 et 6 mois) et l’agiter d’avant en arrière de manière volontaire et violente pour le faire taire.

La tête de bébé, ainsi violemment secouée, va se balancer d’avant en arrière. Le cerveau du bébé est alors ballotté dans la boite crânienne, ce qui rompt les artères recouvrant le cerveau, causant des lésions cérébrales irréversibles et, dans les cas les plus graves, pouvant mener jusqu’à la mort.

Le taux de récidive de cette maltraitance est élevé : dans 55% des cas, l’auteur réitérera son geste.

Séquelles du bébé secoué

Les séquelles liées au SBS peuvent être immédiates ou apparaître au fur et à mesure que l’enfant grandit.

Elles peuvent être intellectuelles (déficience mentale), comportementales (agitation, cris, agressivité ou au contraire apathie), visuelles (cécité) ou motrices (paralysies), mais aussi psychologiques (troubles mentaux, retard psychomoteur).

Quelles qu’elles soient, ces séquelles vont avoir des conséquences – plus ou moins importantes – sur les apprentissages des l’enfant, mais aussi pour toute la famille, car il est très lourd d’assumer un handicap dû à cette cause évitables.

Symptômes du bébé secoué

Les symptômes ci-dessous doivent vous alerter.

Symptômes de comportement

  • Irritabilité, cris incessants,
  • Léthargie,
  • Baisse du contact, absence de réaction aux interactions,
  • Retard psychomoteur (absence de sourire, de babil …).

Symptômes de motricité

  • Diminution de la tonicité du tronc et/ou des membres,
  • Retard des compétences motrices (tenue assise, tenue debout, etc.),
  • Trouble de la coordination, de la préhension.

Symptômes physiques

  • Pâleur extrême,
  • Augmentation rapide du périmètre crânien (PC),
  • Bombement de la fontanelle,
  • Vomissements en jet,
  • Arrêts respiratoires, convulsions, perte de conscience, regard figé,
  • Strabisme.

Si un bébé présente plusieurs de ces symptômes, ou que vous avez le moindre doute, rapprochez-vous d’un professionnel de santé.

Prévenir le Syndrome du Bébé Secoué

Dans la grande majorité des cas, c’est un adulte désemparé et exaspéré par les pleurs intenses et les cris prolongés du bébé, qui va passer à l’acte. Il est donc important de comprendre les pleurs de bébé, pour mieux les calmer.

Il est aussi important de se reposer pour pouvoir supporter les cris car tous les bébés crient. Il convient aussi de savoir dire à son médecin, à ses proches quand on est fatigué.e, triste ou déprimé.e et de plus en plus impatienté.e par le bébé.

En cas de pleurs du bébé dont vous vous occupez, nous vous invitons tout d’abord à le prendre contre vous pour répondre à son appel, et à tout faire pour satisfaire ses besoins :

  • Pleurs de faim : donnez-lui une tétée au sein ou un biberon,
  • Pleurs d’inconfort : vous pouvez lui changer la couche et vérifier qu’il n’a pas trop chaud / pas trop froid

Si le bébé est rassasié et qu’il ne présente pas de signes d’inconfort :

  • Gardez-le dans vos bras, faites-lui des câlins, éventuellement en « peau à peau »,
  • Chantonnez-lui des berceuses et parlez-lui d’une voix douce et rassurante,
  • Faites-lui des massages,
  • Donnez-lui un bain,
  • Allez le promener, en poussette
  • Acceptez qu’il crie sans que vous ne puissiez rien pour lui. Les bébés crient de façon normale 2h par jour en temps de pleurs cumulés.

Si vous vous sentez à bout, exaspéré ou et que vous sentez que vous n’arrivez pas à vous contrôler :

  • Posez le bébé et mettez-le en lieu sûr
  • Sortez de la pièce et allez reprendre votre calme
  • Essayez de trouver, si c’est possible, un relais (papa, grands-parents, amis)
  • Demandez de l’aide si vous n’arrivez pas à vous calmer.

Tout adulte, parent ou professionnel de santé ou de petite enfance peut parfois se sentir dépassé par les pleurs et les cris d’un bébé. C’est humain. En revanche, il est primordial de savoir « lâcher prise » pour ne pas mettre le bébé en danger.

SECOUER N’EST PAS JOUER : IL NE FAUT JAMAIS SECOUER UN BÉBÉ.

Pour aller plus loin

  • Le site de l’Association Stop Bébé Secoué et sa page facebook
  • Recommandation de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé (HAS)
  • Besoin de 15 minutes pour relâcher la pression ?
    Service d’écoute SOS Parentalité : 0 974 763 963 (gratuit, confidentiel, non surtaxé).
    lundi – samedi de 8h à 12h et de 14h à 17h
    mercredi & vendredi de 20h à 22h
  • Dès la grossesse et jusqu’aux 3 ans de l’enfant
    Allo Parents Bébé vous écoute et vous soutient au 0 800 00 3456 (anonyme et gratuit).
    lundi – vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h.
  • Vous êtes assistant.e maternel.le ?
    L’IRCEM met à votre disposition un service accessible 24h/24 et 7j/7 au 0 800 80 20 27.
  • Un enfant est en danger ou risque de l’être ?Alertez Allô Enfance en Danger en composant le 119 !
    Numéro accessible gratuitement 24h/24 et 7j/7 depuis n’importe quel téléphone, fixe, mobile ou cabine téléphonique, en France et dans les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte).

Cet article vous a-t-il été utile ?

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Plus que 7 questions disponibles aujourd’hui