Partager

Mon fils de 20 mois se fait mal lors de crises : que faire ?

il y a 4 mois

Bonjour,

Mon petit garçon de 21 mois a des réactions qui me surprennent et commencent même à m’effrayer.
Il est d’un tempérament très jovial, aime beaucoup rire et nous faire rire.
Il est presque propre durant la journée.
Il semble manifester parfois un peu de jalousie lorsque sa grande sœur de 7 ans nous fait un câlin, mais à part cela, les rapports qu’il a avec elle sont très bons.
Il prononce environ une quinzaine de mots (guère plus).
Il est très actif, aime beaucoup escalader, grimper, il ne semble avoir peur de rien. Il a une force herculéenne, il a notamment cassé la vitre de l’insert de la cheminée en tapant dessus avec son marteau en bois !
Les gestions de “crises”, de frustrations, sont très compliquées. S’il ne souhaitait pas sortir du bain, il se débat avec force dans tous les sens, et c’est très compliqué de lui mettre sa couche et son pyjama.

Mais depuis plusieurs semaines, sa gestion des épisodes de colères nous impressionne un peu plus… Avant, sous le coup de la colère, il tapait ou cherchait à mordre. Mais à présent, il s’est plusieurs fois frappé volontairement la tête contre le mur ou contre le sol…

Il l’a fait tellement fort qu’il pleure après à cause de la douleur…

Nous nous sentons assez désemparés face à ce comportement excessif, et douloureux.

Pensez-vous qu’il y aurait quelque chose à faire pour éviter d’en arriver là ?
Est-ce que les choses risquent encore d’empirer ?

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Votre petit garçon me semble tout à fait normal et me semble avoir une forte personnalité.  J’imagine combien ses colères sont “effrayantes” mais en même temps plus elle vous effrayeront et plus elles l’effrayeront à lui aussi et il aura alors beaucoup plus de mal à se calmer. Il vous faut les accepter avec calme.

Lisez Mpedia

Tout d’abord comme éviter les colères quand on le peut. Un enfant de cet âge veut s’affirmer, supporte mal les contraintes et les frustrations mais en même temps l’adulte est plus malin que lui et peut trouver des voies détournées pour l’amener où il veut. Par exemple dans cet épisode du bain que vous me racontez, y avait-il urgence à ce qu’il sorte du bain ? Ne pouviez vous pas le laisser “décider” et lui octroyer 10 mn de plus ? En est-on vraiment à 10 mn près ? Il y a  des combats incontournables qu’il ne faut pas perdre (donner la main dans la rue , aller se coucher etc …) mais d’autres qu’il faut accepter de perdre en anticipant, en tournant l’injonction en jeu etc…

Quand la colère survient il faut comprendre que l’enfant ne la déclenche pas, qu’il ne la veut pas mais qu’elle éclate en lui malgré lui est qu’il en est victime… Alors il faut l’aider, physiquement si on le peut : le prendre dans les bras et le contenir avec des paroles rassurantes, psychiquement s’il ne se laisse pas toucher “oh je vois qu’une grosse colère est en toi, chut chut chut…  Va-t-en grosse colère laisse mon petit garçon tranquille” (quelque chose comme ça).

Si votre enfant ressent votre calme il sera rassuré.

Cette période des colères dure des années (jusque vers 4 à 5 ans selon les caractères) mais celles avec ces cases à se taper par terre moins longtemps. Il n’y a jamais eu d’accident.

Bon courage.