Partager

Difficultés pour manger et réveils nocturnes à 14 mois : que faire ?

il y a 12 mois

Bonjour,

Depuis sa naissance, Milann n’a jamais fait ses nuits correctement. Tout d’abord, bébé RGO+, ensuite asthme et bronchiolite a répétition.
Je n’ai jamais réussi à lui donner un rythme même en journée. C’est un enfant qui a beaucoup de difficultés à manger et s’attarde encore sur le biberon. Je lui propose de manger à chaque fois. Il refuse et termine par avoir son biberon. Depuis un mois, les nuits sont devenues un enfer. Couché à 20h, réveil à 22h, 00h, 2h, 4h et 6h. C’est devenu tellement compliqué que j’ai fini par avoir des soucis de santé. Début d’ulcère à cause de l’angoisse, des migraines casi quotidiennes…
Plusieurs médecins, pédiatres et ostéopathes consultés et aucune solution ni soutien. Je culpabilise énormément de ne pas y arriver et niveau fatigue et patience ça devient très compliqué.
Merci d’avoir pris le temps de me lire et de me répondre.
Bien à vous.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Je comprends à quel point cela est difficile pour vous et cela l’est aussi pour votre enfant. Il m’apparait à vous lire que vous et lui êtes entrainés dans un tourbillon d’angoisse qui vous entraine l’un et l’autre comme en miroir. Et cela depuis qu’il est né sans doute. Vous ne me parlez pas d’un papa pour cet enfant qui pourrait être un soutien pour vous .

Je vous conseille vivement de consulter un.e psychologue qui connait bien la situation de périnatalité (période de la naissance et des mois qui suivent). Ainsi vous pourrez (vous et peut-être aussi le papa) réfléchir à cette angoisse d’être mère (parents) cette angoisse d’entendre votre enfant pleurer, cette angoisse de le voir ne pas manger… Angoisse qui fait que rien n’est décontracté de votre relation à lui, tout est compliqué.

Ce travail est indispensable pour que vous preniez du recul et ainsi restiez calme et sereine pour rassurer votre enfant en lui mettant un cadre solide, calmement mais fermement. On mange au moment des repas, des morceaux et on dort la nuit, dans son lit. Cela va venir tout doucement avec cette prise en charge indispensable de vous même.

Votre enfant n’y est pour rien car il est lui même entrainé dans ce tourbillon d’inquiétude, d’incertitude. Vous n’y pouvez rien non plus car cela est malgré vous. Seul un travail psycho-thérapeutique pourra vous aider et l’aider. Ce n’est pas grave mais il faut le faire maintenant pour éviter que d’autres soucis surviennent.

Vous pouvez demander des adresses à la maternité ou vous avez accouché ou au pédiatre de votre enfant.

Bon courage