Partager

Angoisse de séparation à 9 mois : comment gérer ?

Dernière question posée le 29/10/2020

Bonjour,

Mon fils est en pleine angoisse de séparation. Son attitude a empiré depuis que je suis obligée de partir travailler avant qu’il ne se réveille ; du coup, il ne me voit pas avant le soir et je pense que c’est difficile pour lui.

Je ne peux plus le poser sans qu’il ne pleure. Que ce soit la journée ou le soir, voire la nuit. Je sais que cette angoisse est naturelle et nécessaire à son développement, mais j’aimerais savoir comment la gérer ; j’aimerais pouvoir l’aider à gérer cette période au mieux et sans ”traumatisme”… la nuit, je vais le voir toutes les 10 min, le rassure, jusqu’à ce qu’il s’endorme, mais j’ai la sensation qu’il s’endort d’épuisement et je culpabilise ensuite… Que me conseillez-vous ?

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour,

Je n’ai aucun détail ni sur l’heure à laquelle vous partez, ni sur celle à laquelle vous retrouvez votre enfant, ni sur qui s’en occupe le matin au réveil et la journée. Il n’est donc pas possible de répondre à votre question avec si peu de marge de réflexion.

Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas faire autrement, votre travail est ainsi. Il vous faut en revanche veiller à une grande stabilité le matin (la même personne déjà prête, et donc pas pressée).

À vous de rentrer le soir le plus tôt que vous pouvez et à vous montrer disponible pour lui. Ensuite, prendre les choses le plus calmement et sereinement possible. Si vous êtes coupable ou angoissée, votre enfant le sent très bien et cela n’est pas fait pour le rassurer… Il faut continuer comme vous le faites, c’est à dire: le mieux possible.

Cette période est très passagère et ne laissera aucun « traumatisme», comme vous le craignez. Vous êtes certes la personne sans doute la plus chère à son cœur (figure d’attachement principale) mais, et heureusement pour lui, il a des figures d’attachement secondaires (son papa, sa nounou, ses grands-parents …) qui sont tout aussi efficaces, quand vous n’êtes pas là, pour le rassurer et lui apporter la sécurité affective dont il a besoin.