Partager

Le père de mon fils est décédé alors qu’il n’avait qu’un mois et une semaine

il y a 2 ans

Mon conjoint est décédé alors que notre fils n’avait qu’un mois.
Ressent-il le manque ?

Comment faire pour qu’en grandissant il soit naturel pour mon fils d’aller sur la tombe de son père, qu’il ne pense pas qu’il n’a pas de papa ?

J’aimerais continuer à parler de lui comme s’il était là pour que mon fils sache comment était son père envers lui.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Je vous adresse toute ma compassion. Ce que vous vivez est horrible et je comprends votre détresse. D’autant plus que ce drame est tout récent.

Je ne me fais pas trop de souci pour votre petit bébé quant aux conséquences pour lui de la réalité de l’absence de son père. Il vivra avec cette absence, si je puis dire. Il se construira sans son père biologique car il ne l’aura pour ainsi dire pas connu, et il se construira avec vous et les autres adultes qui l’entoureront. `

Bien sûr qu’il faudra lui parler de son père et cela se fera tout naturellement, d’abord en regardant les photos de sa naissance et de son premier mois, ou vos photos avec son père avant sa naissance. Ensuite, à l’occasion de vos discussions où il vous faudra répondre très précisément à ses questions. Le cimetière, oui bien sûr, pourquoi pas, avec vous, de temps à autre. Sans en faire une obligation ni un rite trop fréquent.

Tout cela viendra en son temps…

Pour l’heure, le plus important est de vous occuper de votre propre chagrin, car votre enfant ne ressent à son âge absolument pas le manque de son père puisqu’il vous a vous, mais il ressent votre détresse. Pour de si petits bébés, la maman est le seul point d’ancrage initial. Bien sûr, vous êtes une maman dans le chagrin et pour votre bébé vous devez gérer au mieux ce chagrin de façon à ce qu’il ait une maman disponible psychiquement pour lui. C’est très difficile pour vous, j’imagine, d’être toute à votre bébé car votre pensée doit bien souvent partir vers son père et vos souvenirs et ce qu’il s’est passé… Il vous faut donc faire un gros effort pour ne pas être trop triste quand vous vous occupez de votre bébé. C’est difficile mais la magie des bébés est, j’en suis sûre, qu’il va vous aider.  Par les soins que vous lui devez et bientôt par ses sourires et ses gazouillis.

Cependant et en cela je suis je très formelle, il est très important pour votre bébé (mais aussi bien sûr pour vous) que vous soyez accompagnée dans ce deuil par un(e) psychologue ou psychiatre. Cela est impératif. Si vous ne connaissez personne, demandez conseil à votre médecin ou au service de PMI de votre ville.

Bien sûr ayez recours à votre famille et à vos amis pour avancer dans cette période très douloureuse, faites-le pour vous mais aussi pour votre bébé.

Je vous souhaite tout le courage qu’il vous faut en ce moment mais je ne me fais pas de souci pour votre bébé.