Partager

Mon enfant de 3 ans ne s’adapte pas à l’école, que faire ?

il y a 7 mois

Bonjour,

J’ai un petit garçon de 3 ans très souriant et heureux de vivre mais qui ne veut pas aller à l’école. Il n’a pas connu la crèche : toujours avec moi ou gardé par sa mamie. Papa travaille à New-York donc absent au quotidien mais il revient le plus souvent possible et nous le voyant en FaceTime plusieurs fois par jour. Quand papa est là, il se sépare sans problème de moi.

Toutefois, il se ronge les ongles et se fait mal s’il n’a pas sa tétine. Il a découvert cette manie cet été en voyant sa grand-mère se ronger les ongles. J’ai pensé avoir réglé le problème en lui laissant sa tétine pour entrer à l’école (les maitresses se débrouillent pour lui retirer elles-mêmes), mais ça n’a pas duré.

Etant beaucoup avec moi, j’ai voulu l’habituer à l’école dès janvier en toute petite section de maternelle (bilingue). D’après les maitresses il avait déjà une posture d’élève et tout se passait bien mais la séparation a toujours été difficile. Dans sa nouvelle école (Montessori bilingue) plus proche de la maison, tout s’est bien passé la première semaine… jusqu’au dernier jour où il a expérimenté pour la première fois de sa vie la journée complète. Catastrophe !

Actuellement il ne va donc à l’école que le matin et je le récupère à 12h30 après la cantine. Il en ressort plutôt bien psychologiquement mais a l’air toujours étonné de devoir y retourner le lendemain (il a pourtant un semainier et je lui explique toujours ce qui l’attend le lendemain : école ou pas).

Pour résumer j’ai un petit garçon qui m’explique très clairement qu’il pleure et ne veut pas aller à l’école parce qu’il « veut voir maman » alors qu’il n’y reste que 4h le matin et que tout le reste de mon temps lui est consacré (y compris le mercredi). Il est très peu autonome niveau jeux et réclame toujours ma présence. J’espérais que la philosophie Montessori l’aiderait à passer le cap mais c’est pire. Il est censé faire ses journées complètes à l’école à partir de décembre et j’ai très peur que la directrice me dise à nouveau qu’il n’est toujours pas prêt.

J’aime mon fils mais cette situation me pèse et j’ai besoin de temps pour moi. Ce qui me déroute c’est que pendant les vacances il me dit parfois qu’il adore l’école. Il dit aussi parfois que son ancienne maitresse lui manque (ce qui m’étonne car il avait les mêmes difficultés de séparation).

Merci de m’avoir lue.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Il me manque pour vous aider un élément de la plus haute importance : je ne sais pas comment votre enfant est pendant sa période d’école.

Si tout va bien pour lui et qu’après le moment difficile de la séparation tout va bien, s’il participe aux activités et s’accommode bien de sa maitresse et de ses camarades, je ne vois pas du tout où est le problème. En effet, pratiquement tous les enfants de 3 ans ont du mal à quitter leur maman le matin… la France est un des rares pays où les enfants vont si tôt à l’école et ça n’a pas de sens… Il est vraiment normal que cela soit difficile pour la plupart d’entre eux, mais… c’est la vie ici…

Si vous avez peur pour décembre, ça ne va pas du tout l’aider… les enfants sont des éponges qui perçoivent beaucoup les sentiments des parents. Aucun d’entre nous n’est vraiment capable de masquer totalement ses émotions vis-à-vis de son enfant. Le fait que vous ayez envie d’être un peu tranquille (ce qui est légitime) devrait vous aider à présenter à votre enfant l’école comme nécessaire, sans discussion.

C’est la même chose pour le fait qu’il ne sait pas s’occuper seul. Il a pris de mauvaises habitudes car vous lui avez consacré tout votre temps. Cela est parfait, mais vous en avez sans doute « trop » fait et il est important maintenant de laisser votre enfant se débrouiller seul, même s’il s’ennuie et même s’il rouspette…

En ce qui concerne le fait qu’il se ronge les ongles, le mieux est de ne pas y accorder d’importance car cela n’en a pas… en tous cas ce n’est pas une raison pour lui donner une tétine qui, à son âge, n’a aucune raison d’être.

Voilà, j’ai envie de vous dire : décontractez-vous et gardez présente à l’esprit la phrase du début de votre post « J’ai un petit garçon de 3 ans très souriant et heureux de vivre » et dites-vous que c’est déjà énorme et que rien n’est jamais parfait… qu’il y a toujours des écueils à franchir et que l’entrée à l’école en est un que tous surmontent.

Donc pas de discussion : il va à l’école à plein temps en décembre même si les premiers jours sont difficiles…