Partager

Comment interpréter le comportement de mon fils de 6 ans ?

il y a 3 mois

Bonjour,

Mon fils de bientôt 6 ans a toujours été un enfant réservé, calme et plutôt facile à gérer.
Depuis quelques temps, il n’écoute plus rien quand je lui demande un truc, je dois parfois répéter 5/7 fois avant qu’il fasse ce que je demande. Parfois il m’ignore totalement, je suis obligée d’hausser le ton pour le faire entendre ou de le punir mais j’ai l’impression que cela ne change rien.
Une fois la punition finie je vais le voir et lui demande pourquoi il fait cela et il me dit qu’il n’a rien fait !!
Il me ment très souvent, même s’il a déjà été puni et quand il a peur de l’être ça repart de plus belle.
En dehors du cadre de la maison, à l’école il n’a pas du tout ce comportement, je trouve même qu’il est trop timide (on lui parle il répond en parlant en direction du sol, en articulant à peine). J’aimerais qu’il soit plus extraverti car le CP approche, je veux qu’il ait confiance en lui.
Aussi il répète à longueur de journée caca, pipi, fesses, zizi etc. Je pensais que cette phase était passée. J’ai beau lui expliquer qu’il est grand maintenant et qu’il ne peut dire ça mais il prend un malin plaisir à le répéter encore et encore.
Comment faire pour lui donner confiance en lui, qu’il m’écoute et ne me mente plus svp ?
J’ai l’impression que la punition ne lui fait ni chaud ni froid.
Merci beaucoup.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

Vous dites que votre enfant est très timide, réservé et calme et vous souhaitez qu’il soit plus extraverti et en même temps quand il refuse de se soumettre (par exemple en ne venant pas si vous l’appelez, en vous provoquant avec des mots que vous lui interdisez ) vous le grondez et le punissez. Vous ne me donnez pas beaucoup d’exemples mais il me semble que votre enfant cherche inconsciemment à sortir de sa relation de bébé avec vous, à s’affirmer en quelque sorte. Vous souhaitez qu’il ait confiance en lui mais en même temps vous me parlez beaucoup de punitions. Les punitions ne sont jamais constructives. Elles font peur, elles paralysent surtout si on ne les comprend pas. En effet ce qui est “bien” ou “mal” n’est pas forcément pareil pour l’adulte et pour l’enfant voyez vous. En ce qui concerne le mensonge, il est souvent utilisé par l’enfant pour annuler une action qu’il a faite dont il sait qu’il n’aurait pas dû. Soit parce qu’il n’a pas pu s’en empêcher soit parce qu’il découvre qu’il ne fallait pas la faire au moment où vous lui en parlez… Quand un enfant a fait quelque chose de “mal” (aux yeux des parents) et qu’il sait qu’il va se faire gronder il ment pour ne pas être grondé, or il va être grondé pour avoir menti… Comment voulez vous qu’il s’en sorte et comment voulez vous qu’il ait confiance en lui si vous, vous n’avez pas confiance en lui et le punissez parce qu’il ment…

Il me semble que vous êtes tous les deux entrés dans un cercle vicieux un peu infernal et qu’il faut rétablir entre vous la confiance ce et le dialogue et que vous trouviez une alternative aux punitions. L’alternative aux punition est … l’encouragement !! Aussi bizarre que cela puisse paraitre vous allez essayer, au lieu de le punir quand il ment, de le féliciter (ou au moins de lui notifier votre satisfaction) quand il n’aura pas menti. Au lieu de vous fâcher quand il dit les mots que vous n’aimez pas qu’il dise vous allez transformer cela en jeu. Par exemple vous allez décider ensemble qu’il devra noter chaque fois que vous dites ou faites quelque chose qu’il n’aime pas  et vous chaque fois qu’il dit ces mots là et à la fin de la journée celui qui a gagné est celui qui a fait le moins de choses désapprouvées par l’autre.

Avec un enfant de 6 ans tourner en jeu les challenges éducatifs est souvent bien plus efficace que d’exiger et se fâcher.

Féliciter et surtout encourager est beaucoup plus efficace que gronder et punir !

Vous ne me parlez que de vous et lui , j’en déduis que vous vivez seule avec lui et l’éduquez seule ce qui évidemment n’est pas facile. Demandez de l’aide autour de vous. Comment vous voit-on dans votre en courage ? Trop sévère ? Trop exigeante ? Essayez d’analyser tout cela. Un enfant n’est pas seul dans la relation d’éducation. Il y a les maladresses de l’enfant ( ici les mensonges, les vilains mots et les désobéissances) mais il y a aussi les maladresses des parents (ici les punissions, le manque de confiance, le haussement de ton brusques etc…).

Essayez d’ouvrir la confiance mutuelle, ne traquez pas ses mensongers (sauf s’ils sont trop gros), laissez le décliner ses mots provocants il cessera si vous ne l’en empêchez plus…

Ayez confiance en lui, soyez fière de ce qu’il fait bien, soyez fière de votre enfant car il est votre enfant.

Vous verrez qu’il prendra confiance en lui s’il se sent aidé par vous, épaulé par vous, soutenu par vous, en confiance avec vous.