Partager

Trotteurs, une mauvaise idée pour apprendre à marcher

Mis à jour le 01 juin 2016 2 de nos experts

BG
 Dr Jacques ROBERT

Écrit par 2
de nos experts

1
(c) Pauline Bocquet

Le trotteur reste très utilisé en France, malgré les avis défavorables de nombreux professionnels de santé. Faut-il l’utiliser ? Quels sont les risques encourus par votre bébé avec un trotteur ?

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

Le trotteur

Le trotteur est un objet de puériculture fréquemment choisi par les parents pour leur nourrisson, lorsqu’il commence à apprendre à marcher. Avec cet instrument, les bébés peuvent ainsi se déplacer en position debout, fixés dans une nacelle sur roulettes. Impression de liberté pour leur enfant, côté pratique, ludique, le trotteur semble être une solution choisie par les parents pour guider leur bébé vers une certaine autonomie dans ses déplacements. Il veut être un objet rassurant et amusant. Pour les parents l’enfant dans son siège est en sécurité, leur attention va se relâcher.

Un bébé dynamique va véritablement faire du karting, tête en avant en fonçant dans les couloirs et pièces de l’habitation. L’enfant plus calme s’assoit dans le siège en toile, pleure et souvent part en arrière. Pour ces raisons le trotteur devient un véhicule dangereux! A-t-il un rôle dans le développement psychomoteur de l’enfant?

Rien ne sert d’apprendre à marcher trop tôt

Avant de savoir marcher (entre 12 et 18 mois), votre bébé passe par plusieurs étapes de développement, pendant lesquelles il apprend à mobiliser sa colonne vertébrale et son bassin… c’est ainsi que vous pouvez observer votre bébé attraper ses pieds dans sa bouche. Il apprend ensuite à se retourner, à tenir assis, à marcher à 4 pattes, avant de se mettre debout avec appui, puis de faire finalement ses premiers pas.

La découverte de la marche (à peine stimulée) est un grand moment de bonheur et de fierté pour le bébé. Laissons lui découvrir seul cette autonomie, le bébé se verticalise. En plaçant votre enfant dans un trotteur (appelé également youpala), vous allez accélérer les étapes de ce développement et l’empêcher de trouver peu à peu son propre équilibre.

En réalité le bébé court après son centre de gravité. Ce trotteur favorise une marche non maîtrisée. Il se retrouve de façon prématurée en position verticale, le trotteur lui procure un rythme de déplacement peu naturel et ne favorise pas un bon développement musculaire.

Le trotteur, facteur d’accidents domestiques

Le trotteur procure à votre bébé une plus grande liberté de déplacements. C’est donc l’occasion pour lui d’explorer des territoires potentiellement dangereux et de se retrouver dans des situations à risques. Il faut ajouter à cela la vitesse du trotteur, dépassant celle de l’enfant en cours d’apprentissage de la marche et risquant de tromper la vigilance des parents.

Dans ces conditions, votre bébé risque de

  • De faire une chute : les escaliers étant la principale source de chute, veillez à installer des barrières de protection pour empêcher l’accès de votre enfant aux marches.
  • De se cogner : installé dans son trotteur, votre enfant peut heurter un meuble, ou une table, au risque de faire tomber un objet posé sur le meuble. Le nombre de traumatismes crâniens des enfants qui circulent en trotteur n’est pas anodin. Si votre enfant percute un meuble dans la cuisine, s’approche de la cuisinière ou cherche à ouvrir un tiroir, attention aux risques de brûlures, de pincements des doigts… Dans son trotteur, votre enfant peut également s’approcher trop près d’un poêle ou d’une cheminée, soyez vigilants !
  • De se renverser : lorsque le trotteur bute contre un tapis, une petite marche, un objet laissé sur le sol, votre bébé risque de basculer vers l’avant.

En bref

 

Le trotteur parait être un objet ludique et semble, un temps bref, augmenter les performances du bébé. Il est donné avec la permission des parents, mais il est conduit sans permis par l’utilisateur et devient donc un objet dangereux. Votre bébé risque l’accident : chute de marches, heurt du mobilier, blessure sur l’angle d’une porte, brulure, découverte d’objets dangereux… Le traumatisme crânien représente la lésion la plus fréquente.

Il est enfin, selon certaines études, la cause d’un retard à la marche alors qu’on pense habituellement qu’il en accélère l’acquisition !

II est décrié depuis plus de trente ans par les milieux pédiatriques et les puissantes organisations de défense du consommateur, américains et canadiens…

Le conseil du pédiatre

 

Plutôt que d’utiliser un trotteur, installez votre bébé sur un tapis d’éveil. Par terre, dans cet espace qui lui est réservé, votre bébé va expérimenter de nouvelles postures qui vont le mener tout seul vers la marche : flexion du bassin, retournements, position assise, marche à 4 pattes. Dans un parc à barreaux, il apprend à se mettre debout seul et à faire ses premiers pas avec appui ; puis il apprend progressivement l’équilibre en se lâchant d’une main, puis des deux…

Cet article vous a-t-il été utile ?

Un accessoire de puériculture potentiellement dangereux…
Résumé de thèse du Docteur Jarny,
article paru dans Le Pédiatre n° 187, présenté par le Dr Jacques Langue.

American academy of pediatrics. Caring for your baby and young child: birth to age 5, Bantam Books. 2004. 752 pages

 

 

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Ce service est fermé pour le moment, vous pouvez poser vos questions à nos experts du lundi matin jusqu'au vendredi à 12h.