Partager

Relation conflictuelle adolescent et sa petite soeur : que faire ?

il y a 9 mois

Bonjour.

Je suis une mère de deux enfants de 16 ans et 11 ans et de deux jumeaux de 4 ans. Les deux grands sont plus que chiens et chats. Le grand ne supporte pas la petite. Il dit qu’elle ne vaut rien. Qu’elle parle tout le temps – qu’elle fait trop de commentaires. Pour le moment ils ont toujours la même chambre et difficile de trouver un logement social pour une famille de 4 enfants.

Le problème de cette fratrie a commencé avec le confinement et ne s’est plus jamais arrêté.

Comment réconcilier un grand frère et une petite sœur qui se détestent. Je crois que la petite ne déteste pas le grand mais c’est le grand qui déteste la petite. Il est pourtant super charmant et très travailleur. Il dit qu’il est obligé de sortir pour ne pas nous voir. Il n’est heureux que dehors. Les week-end sont une galère pour lui. Nous devons manger en silence quand il est là. La petite doit être transformée en statuette les week-end et là, les vacances scolaires approchent. J’appréhende déjà les colères. Dire de laisser la petite parler ou danser ou chanter revient à lui à me dire que je préfère la petite à lui. Il n’hésite pas à me dire que je ne connais pas le travail de mère car je préfère une aux 3 autres garçons. J’ai déjà demandé de l’aide à un généraliste qui m’a donné le numéro d’un psychiatre pour le remboursement de la consultation. Il n’a rien écouté de ce que la dame a dit et pourtant c’était très intéressant. Elle a fait un travail avec la photo de la petite et ça n’a pas marché. J’ai dit à ma mère de dialoguer avec le petit car avec moi ça devient impossible. Tout ce que je dis est contre lui. Km ne fait que de me traiter de moche, de Pantin, de lèche-bottes. De vraies insultes pour un enfant triste et qui après vous dit ah mais tu es comme ça que avec moi. Tout le temps que avec moi. Je te dis de l’éduquer et tu veux pas l’éduquer. De grandes phrases blessantes que me font pleurer les soirs quand ils sont tous couchés. Même là rien qu’à l’écrire jen ai des larmes qui coulent. Son adolescence est ratée. Je ne sais plus quoi faire. Il me déteste et pourtant c’est le seul qui m’a le plus fait souffrir pour avoir été beaucoup malade. Un prématuré très fragile au début. Maintenant il est grand fait du basket – A deux fois ma taille- j’ai même accepté qu’il se tresse les cheveux car ce qu’il voulait faire quand il aura 15 ans.
Je ne sais pas comment faire pour récupérer cet ado qui me dépasse. Lui parler? Non il s’emporte. Il est dans son délire. Il n’est heureux que quand na petite et moi sommes pas avec lui. C’est triste vu là où nous sommes arrivés. Et pourtant il est très attachant et est touché quand je pleure. Il se sent coupable mais recommence 2 jours après.. aucune remarque négative au lycée.. 15 de moyenne. Mais une ado complexe à la maison. Je n’ai jamais regretté d’être seule avec eux 4. Mais des fois, je me dis que si une seconde vie existait, je n’aurais plus d’enfants dans cette vie-là car les enfants sont pesant. On fait tout pour eux car ils n’ont pas demandé à naître et au final, tout ça pour de la souffrance.

Bref.. pourriez-vous m’aider à les réconcilier. J’ai fait appel au centre médico-social mais il n’a pas voulu y aller. Ma mère lui parle souvent. Mais pour le moment rien ne change.

Merci et à bientôt.

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre Pédiatre Ambulatoire & Past Présidente de l'AFPA
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame,

L’adolescence est toujours très compliquée c’est presque normal tout ce que vous me dites …. Bien sûr vos difficultés de logement ne simplifient pas les choses. Votre grand aurait bien besoin d’un espace à lui, et il est normal que à 16 ans s’il est dans la même chambre que sa soeur, il la déteste… Je me demande si vous ne pourriez pas mettre la petite de 11 ans avec les jumeaux ou avec vous, pour qu’il ait son espace… Mais même s’il a sa chambre, le problème n’est pas forcément que là. Il est à l’adolescence, si je puis dire, qui doit (c’est presque obligé ) remettre en cause l’autorité et fait qu’on se se sent mieux dehors comme vous dites. Evidemment, il me semble comprendre que vous êtes seule avec les 4 ce qui ne simplifie pas les choses non plus. Je ne sais pas s’il a un père qu’il voit ou non, chez qui il pourrait habiter ou non, au moins de temps en temps ou chez sa grand mère ( e serait une très bonne idée si elle était d’accord)… il me manque beaucoup d’éléments.

Ce qui est sûr c’est qu’il travaille bien, fait du sport et a des amis (puisqu’il sort). Ces trois domaines là sont primordiaux ! Un adolescent qui travaille bien, fait du sport et a des amis est un adolescent qui va très bien, même (excusez moi) s’il insulte sa maman… Pour grandir et partir de la maison, un adolescent a besoin de trouver sa mère moche et stupide… pour avoir envie de la quitter et de vivre sa vie. C’est comme ça ! Vous ne me dites pas s’il y a des motifs d’inquiétude autre (tabac par exemple). Et comme il va bien il n’a pas besoin de voir de psychiatre, c’est pour cela qu’il ne veut pas y aller.

Par contre vous et sa petite soeur vous pourriez voir cette psychiatre pour avoir la force de le supporter et d’attendre qu’il grandisse. Ensuite, je suis sûre que tout ira bien.

Plus vite il quittera la maison et mieux ce sera pour tout le monde. Dès qu’il aura le bac il faudra voir avec l’assistante sociale pour lui trouver un internat d’étudiant.

En attendant, garder le dialogue et ne vous laissez pas envahir par le découragement. Il a besoin de vous savoir solide pour, lui, ne pas perdre pied.

Parlez avec votre généraliste et envoyez-le lui parler mais ne soyez pas présente à ses consultations à lui.

Bon courage.