Partager

Crise d’acétonémie lors d’un long moment de jeûne à 6 ans

il y a 2 mois

Bonjour,

Je souhaiterais avoir quelques conseils concernant l’alimentation (ou tout autre) à adopter/adapter pour ma fille de 6 ans qui a une tendance rapide à présenter l’odeur forte d’acétone lorsqu’elle ne mange pas bien ou au réveil le matin (souvent trop tard la crise a déjà commencé…) et quand elle est malade… et elle peut vomir pendant 24h. La dernière crise nous a emmenés aux urgences où on lui a administré un antiémétique, où on l’a hydratée et « sucrée » afin d’arrêter « l’état de cétose ». Je suis complètement désemparée face à sa souffrance. Et je ne trouve personne pour m’aiguiller, m’aider… très peu d’informations sur ce sujet.
Je lui donne un repas (avec féculents ou pain pour les glucides) une heure avant le coucher mais quand elle dort au delà de 10h de sommeil… l’odeur d’acétone se fait sentir déjà.
Elle est très mince, 21kg pour 131cm. Et ce n’est pas une grande mangeuse.
Merci d’avance.
Cordialement

La réponse de notre expert

BOCQUET Alain, Dr
 Dr Alain BOCQUET

Bonjour,

L’odeur d’acétone indique que les réserves de glucose sont insuffisantes et que l’enfant comble ce manque en puisant dans ses graisses. Les crises d’acétone se manifestent par des nausées et vomissements, des douleurs abdominales.

Le traitement consiste à apporter du sucre et à hydrater. La prévention consiste à éviter le jeûne prolongé, et à encourager la consommation de glucides complexes (sucres lents) :

  1. Les céréales (blé, riz, maïs, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, lin.) et l’ensemble des produits qui en sont issus : toutes les farines, le pain, les céréales pour petit déjeuner, la semoule, les pâtes, etc ; et pseudo-céréales : sarrasin, quinoa, sésame, etc
  2. Les légumes secs (aussi appelés légumineuses) : haricots secs, fèves sèches, lentilles, pois cassés, graines de soja, etc ;
  3. Les tubercules : pommes de terre igname, patate douce, manioc, topinambour, panais, etc. ainsi que l’ensemble des produits transformés qui en découlent : purée, tapioca, etc.
  4. Certains fruits : châtaigne,

La particularité première commune à l’ensemble de ces produits est leur richesse en amidon, qui constitue les réserves glucidiques du monde végétal. L’amidon est un glucide de qualité pour l’organisme. La totalité des féculents doivent être cuits avant d’être consommés pour initier la digestion de l’amidon, afin de rendre possible (du moins pour grandement faciliter) sa digestion et son assimilation par l’organisme.

En raison de l’importance des symptômes présentés par votre enfant et de leur fréquence, vous devriez consulter un pédiatre endocrinologue.