Partager

Notre fils de 15 mois refuse son père la nuit.

il y a 2 mois

Bonjour,

Depuis une dizaine de jours, notre fils de 15 mois fait des crises intenses (cris, pleurs) quand son père intervient sur le sommeil de nuit. Cela peut durer pendant 4h la nuit, 2h au coucher (après avoir donné l’impression que ça se passait bien, il rappelle 5 minutes après et le cirque commence) ; alors même maman a du mal à l’apaiser.
Par contre quand c’est maman qui fait le coucher ou intervient la nuit, en 5 à 15 minutes tout est réglé…

La journée, le traitement réservé à l’un ou à l’autre parent est globalement indifférencié (Papa fait même des couchers de sieste sans problème).
Papa a toujours été très investi depuis la naissance, simplement ces derniers temps il a eu à se déplacer plusieurs jours pour le travail.
Nous avons tout bien expliqué à notre fils, plusieurs fois, sans résultat pour autant.
Avez-vous vous des idées à nous suggérer ? Nous n’en avons plus (et maman choisit souvent la facilité de gérer les nuits, pour le bon sommeil de tous…)

La réponse de notre expert

SALINIER Catherine, Dr, Pédiatre
 Dr Catherine SALINIER

Bonjour Madame, Monsieur,

Je pense vraiment, dans la mesure où le papa est très investi et où dans la journée, y compris les siestes, tout se passe bien, qu’il faut aller au plus simple et donc que… maman assume les couchers et les nuits… Peut-être pourriez-vous tout de même faire en sorte que ce soit le papa ou la maman qui assure le coucher (de façon aléatoire) et qu’au final lorsque c’est le papa, la maman vienne juste faire le dernier petit câlin.

Je pense qu’il s’agit d’une période qui ira en s’estompant et que le papa pourra se lever la nuit dans quelque semaines. A supposer qu’il y ait encore des réveils de nuit, ce qui est peu probable si on fait les choses simplement au coucher et la nuit en attendant.

Par contre, même pour la Maman, 15 minutes de dernier câlin, c’est trop long. D’accord pour 15 minutes du rituel du soir : histoire, etc., mais le câlin ne doit durer que quelques minutes, puis c’est fini. Si vous voyez que la résistance au coucher augmente, il y a un moment où il convient d’être très ferme.

Bonne chance… Surtout à vous, Madame…!