Partager

Pourquoi les naissances hors maternité sont déconseillées

Mis à jour le 01 juillet 2015

Écrit par l'équipe de rédaction

1

Certaines femmes décident d’avoir recours à un accouchement à domicile. Pourtant, hors maternité et sans moyens médicaux, les risques sont importants. C’est pourquoi peu de sages-femmes acceptent de pratiquer les accouchements à domicile.

Écouter l'article

0:00 / 0:00

Sommaire de l'article

L’accouchement à domicile

L’accouchement programmé à domicile concerne les femmes en bonne santé avant d’être enceintes et dont la grossesse bien suivie se révèle normale.

Seule une femme qui le souhaite peut accoucher chez elle et à certaines conditions :

  • Son état de santé avant la grossesse est normal (pas de diabète, d’hypertension, d’obésité… et sans traitement médical régulier),
  • Ses éventuels accouchements antérieurs se sont bien déroulés,
  • Elle attend un enfant unique qui ne se présente pas en siège,

L’information sur les risques que son enfant ou elle-même encourent lui a été communiquée ainsi que la nécessité d’un éventuel transfert à l’hôpital en cours de travail.

Lors d’un accouchement à domicile, la femme enceinte est accompagnée par le même professionnel de la naissance, tout au long de sa grossesse, de son accouchement, du suivi postnatal et des séances de rééducation du périnée. A l’heure actuelle, la sage-femme réunit toutes les compétences pour le faire.

Ce qui permet à une sage-femme d’accompagner un couple pour une naissance à domicile est la relation qui s’établit entre eux trois, la confiance réciproque étant l’élément primordial. Afin de permettre l’instauration de cette relation de confiance, il est recommandé de rencontrer la sage-femme tôt dans la grossesse.

Mises en garde

Il n’y aura pas d’anesthésie péridurale, pas ou peu d’utilisation de médicaments et, en cas de nécessité, pas de rupture précoce de la poche des eaux, peu d’épisiotomies.

Si le travail se prolonge ou s’il apparaît une complication, il faudra transporter la maman, en cours d’accouchement, dans une maternité qui doit être très proche.

Parfois, la sage-femme continuera de suivre la maman dans l’établissement choisi par le couple.

Parfois, elle n’y sera pas autorisée. Dans tous les cas, il est souhaitable que la mère ait pris au moins un rendez-vous avec les praticiens de la maternité (gynécologues-obstétriciens et anesthésistes) afin d’être connue par les médecins au cas où elle devrait y être transportée en urgence.

La sage-femme assurera la surveillance de la mère (suites de couches, allaitement) et de son bébé.

Elle surveillera en particulier l’état respiratoire et neurologique du nouveau-né, l’apparition ou non d’un ictère et fera les tests de dépistage recommandés. En cas de problème concernant la mère et/ou l’enfant, elle devra faire appel au médecin de famille ou à un pédiatre. En effet, la compétence médicale de la sage-femme est limitée à la normalité. En cas de pathologie, elle doit passer la main aux médecins.

Pourquoi l’accouchement à domicile est déconseillé

En cas d’accouchement à domicile, la sage-femme est seule avec la maman enceinte et son compagnon. Elle n’a aucun matériel à sa disposition (oxygène, poche de sang, forceps ou ventouse) pour traiter les complications éventuelles. Celles-ci, qu’elles concernent la mère ou le bébé, nécessiteront le transfert par ambulance dans un hôpital ou une clinique. Or, entre l’appel de l’ambulance et l’arrivée à la maternité, il faudra compter 1 à 2 heures selon la distance ou les embouteillages.

En cas de difficulté, c’est surtout l’enfant qui risque de souffrir. Un travail prolongé le prive d’oxygène et à domicile, il n’y a pas de moyens de le ranimer. Le cerveau de l’enfant est fragile et toute souffrance à la naissance peut entraîner des lésions irréversibles et des séquelles graves qu’il gardera à vie.

La maman, peut également souffrir en cas de travail très prolongé. Après l’accouchement, il y a aussi un risque d’hémorragie si le placenta ne se décolle pas ou partiellement. L’hémorragie peut être très importante et là encore, la sage-femme est démunie pour la prendre correctement en charge.

Selon une enquête de l’Ordre des sages-femmes, seules 72 sur 1615 pratiquent l’accouchement à domicile, ce qui ne représentait, en 1988, que 4% des sages-femmes. Seulement 5% des sages-femmes pratiquant les accouchements à domicile étaient assurées (assurance professionnelle). Environ 1000 accouchements par mois ont eu lieu à domicile en 2007 et 2008, alors qu’il y a 830000 naissances par an en France.

Avant de décider d’avoir recours à un accouchement à domicile, les parents doivent garder à l’esprit que la sécurité doit primer et qu’on ne sait qu’un accouchement s’est bien passé que lorsqu’il et terminé.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cet article n'a pas encore suffisamment de votes, soyez le premier à le noter

Le grand Livre de la grossesse édité par les Editions Eyrolles écrit par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français sous la direction du Professeur Jacques Lansac, édition 2012/2013.

Note :
Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Aucune question n’a été posée sur ce thème précis, vous pouvez poser la vôtre à nos experts.

 

 

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question ?

Vous pouvez consulter les réponses déjà apportées par nos médecins à ce sujet en tapant votre question ou mots clés dans le moteur de recherche ci-dessous

Toujours pas de réponse ? Posez votre question à l'un de nos experts qui vous répondra rapidement.

Je pose ma question

Le service de questions-réponses est fermé durant tout l'été, nos experts prenant des vacances bien méritées ! Il ré-ouvrira début septembre. D'ici là, vous pouvez trouver des éléments de réponses au sein de nos articles ou parmi les questions déjà posées par d'autres parents de la communauté mpedia. Nous vous souhaitons un très bel été !