> GUIDE PARENTALITÉ > Accueillir un enfant > Accueillir un enfant adopté > Adoption, retour au pays d'origine

Adoption, retour au pays d'origine

de 0 mois à 6 ans
Mémoriser Je vous recommande l'article "Retour au pays d'origine : une fausse bonne idée ?" sur le site mpedia.fr

Retour au pays d'origine : une fausse bonne idée ?

S'interroger sur ses origines : rien de plus naturel

Être un enfant adopté amène inévitablement à se poser un jour des questions : quelles sont mes origines ? Pourquoi ai-je été abandonné ?... Votre enfant risque donc fort d'éprouver un jour le besoin de connaître son histoire. En lui racontant le peu que vous savez (avec les mots adaptés à son âge et à sa compréhension), en le rassurant sur le fait qu'il n'est en rien responsable de ce qui a contraint sa famille à le faire adopter par exemple, vous l'aidez à prendre confiance en lui en développant sa propre estime.

En vivant avec vous, votre enfant doit s'adapter à son nouveau pays, à votre culture, à votre langue. Mais qu'il soit curieux de ses origines, quoi de plus naturel ? La manière dont vous allez lui en parler (en lui racontant la crèche ou l'orphelinat où vous êtes allé le chercher, comment vous avez trouvé le pays, etc...) va lui permettre de se sentir estimé. C'est votre enfant que vous respectez à travers son histoire. Même s'il n'en parle pas et semble ne rien éprouver dessus, en entendant dénigrer son passé ou son pays d'origine, c'est lui qui se sent dénigré.

A l'inverse, lui rappeler en permanence ses origines n'est pas à conseiller : votre enfant est en voie d'adaptation à son nouveau pays, laissez le libre de s'y intéresser ou pas. S'il  pose des questions, où il souhaite s'y rendre, ce sera à lui d'entreprendre les démarches en ce sens. Mieux vaut ne pas les lui imposer dans un désir de bien faire. Car sa place est chez vous. Insister pour qu'il retourne dans son pays équivaudrait à lui dire qu'il n'est pas tout à fait chez lui. Laissez-le donc s'en occuper en lui rappelant simplement que vous êtes là, à ses côtés, prêt à l'aider si nécessaire. Cela lui permettra de prendre son temps, de peser le pour et le contre, de s'y préparer. Qu'il suive son désir est une bonne chose, mais sans précipitation afin que ce soit un acte bien réfléchi.

Retour aux origines : du rêve à la réalité...

Car un retour aux origines n'est pas toujours sans conséquences. Les retrouvailles avec la famille biologique ne se passent pas forcément comme l'enfant a pu l'imaginer : après avoir vécu un certain temps en France, un enfant adopté n'a plus les mêmes coutumes que son pays d'origine, et peut finalement se sentir étranger à son milieu originel. Du rêve à la réalité, il y a souvent un grand fossé.  Un enfant a tendance à idéaliser ses souvenirs ou ce qu'on lui raconte. Le risque de se retrouver face à un rejet de ses parents biologiques ou de s'apercevoir que sa famille vit dans la précarité peut le traumatiser. Il est donc nécessaire qu'il ait la maturité pour y faire face.

Par ailleurs, le désir de renouer avec ses origines n'est pas systématique. Certains enfants ne feront jamais cette démarche et il n'est pas souhaitable de la leur imposer.

Parfois cependant, un retour aux sources peut être l'occasion pour un enfant d'adopter définitivement ses parents adoptifs. En revenant, il peut réaliser les liens d'attachement qu'il a noués avec eux. C'est d'ailleurs pour cela qu'il ne faut pas craindre de laisser votre enfant s'intéresser un jour à ses origines. Il en a besoin dans sa propre recherche identitaire. Cela n'a rien à voir avec vous. Car ne l'oubliez pas, depuis qu'il est devenu votre enfant, c'est avec vous qu'il crée ce lien d'attachement qui lui permet de s'épanouir.

Le conseil du pédiatre

Retrouvez les conseils de lecture du Docteur Mahé Guibert sur l'adoption...

Experts
Article publié le 21/08/2013 Mis à jour le 31/05/2016
Mémoriser Je vous recommande l'article "Retour au pays d'origine : une fausse bonne idée ?" sur le site mpedia.fr

http://leblogdeladoption.blogspot.fr/

Les Deux Mamans de Petirou (éditions Gautier-Languereau, 2001) illustré par Rebecca Dautremer.

Naître là-bas, grandir ici (éditions Belin 2003).

Pédiatrie (éditions Masson, 1999) avec Frédéric Huet et Jean-Paul Belon.

De l'adoption : des pratiques de filiation différente (PU Blaise Pascal, 2004) sous la direction d'Isabelle Leblic, chapitre sur l'adoption en Polynésie.

http://www.agence-adoption.fr/home/

http://www.chu-sainte-justine.org/documents/Pro/d%C3%A9pliantattachementtexte.pdf